UltraSignup

Une mère célibataire court un 500 kilomètres et va travailler le lendemain.

Je ne vous connais pas, mais moi, après un Marathon ou un Trail, j’aime bien prendre un jour de repos. Je m’allonge sur le canapé et je dors le lendemain, constatant la douleur et la raideur de mes muscles. Conséquences normales de mon effort de la veille. Après avoir couru des 42 km, je pense que c’est normal de prendre un petit break ou au moins quelques heures pour se reposer et récupérer. Vous êtes d’accord ?






DC 1

Qui veut voyager loin ménage sa monture

En trail, nul n’est à l’abri d’un pépin matériel, et dans ce domaine également, il vaut mieux prévenir que guérir. La préparation d’une épreuve de trail, qui plus est un ultra, demande une préparation importante. Vous avez planifié, programmé, vous avez investi dans du matériel de qualité (chaussures, sac, habillement, nutrition, bâtons ...), vous avez passé les barrières ultimes du tirage au sort et vous avez réservé votre séjour au plus près de l’événement. Pourtant, il arrive pendant la course qu’un petit grain de sable s’immisce dans les rouages pour mettre à plat toute cette préparation. Voici quelques conseils à partir d’expériences vécues :


sports-731506_960_720

Comment continuer à courir quand on perd sa motivation ?

Vous commencez votre nouveau programme de course avec de bonnes intentions et de grandes attentes ? C’est excitant et vous vous sentez motivé. Qui a besoin de motivation pour aller courir le matin ? Vous sautez presque du lit quand votre réveil sonne. C’est si bon. Et là, la vie, ou une blessure se met sur votre chemin et les choses commencent à patiner. Ce programme de course 5 jours par semaine se transforme en une course le week-end si vous êtes chanceuse. La déception et la frustration prennent place, votre estime en prend un coup et vous commencez à vous demander si vous ne feriez pas mieux d’arrêter tout simplement la course.
Ça vous rappelle quelque chose ?
1 réaction




souplesse-technique

#4 musculation : Chapitre 1 : Les secrets d’une amélioration de la performance

Au risque de se répéter, le travail de renforcement musculaire s’avère être un aspect primordial de l’entraînement du sportif d’endurance. Et pourtant, beaucoup d’entre vous rechignent à planifier ce type de séance et surtout à en programmer toute la saison. Pourtant, tout prouve que des jambes plus solides seront de meilleurs alliés pour vos objectifs, que ce soit en course à pied, triathlon ou cyclisme. Mais quelles adaptations permettront ces miracles. Notre expert Anaël AUBRY fait le tour de la question pour vous.


Sommeil : pour bien dormir, évitez ces pièges.

Un sommeil de bonne qualité est essentiel à la réalisation de bons entraînements et donc de bonnes performances en compétition.
Sachez détecter les amis et ennemis de votre sommeil : 5 choses à ne surtout pas faire

Sommeil : 5 techniques pour réussir à s’endormir

Les athlètes s’adonnent à des cures de sommeil avant des périodes de compétition éprouvantes pour améliorer leur tolérance à la fatigue.
En plus d’éviter certains comportements, quelques astuces peuvent faciliter ce type de récupération.

Les règles d’or de l’affûtage

L’affûtage représente la dernière période d’entraînement pré-compétitive.
À ce titre, son rôle est important pour déterminer l’état de forme transitoire qui nous accompagnera sur la ligne de départ.