Tendinopathie des ischio-jambiers : comment s’en sortir ?

Etirements et stretching

Désespéré après plus de deux mois d'arrêt total de la course à pied, un internaute sollicite l'aide de Yannick Guillodo pour se remettre de sa tendinopathie des ischio-jambiers. Les conseils de notre médecin du sport.

La question : A la fin d’un 10km, 15 jours avant le semi-marathon de Boulogne-Billancourt, j’ai ressenti une douleur à l’arrière de la cuisse gauche, à l’insertion ischio-fessier. J’ai continué la préparation malheureusement (avec du fractionné !) et réalisé le semi-marathon. Un médecin m’a diagnostiqué une tendinite, plus précisément une tendinopathie ! Après 1 mois et 1 semaine, j’ai passé une échographie qui a révélé une « enthésopathie du démi-membraneux gauche ». En reprenant les mots du docteur : « ce dernier est nettement épaissi. Le tendon est hypoéchogène, discrètement hétérogène, avec une zone d’hypoéchogénécité franche, faisant évoquer une micro-rupture 10mm long/5mm large » … Depuis le 20 novembre 2011 (c’est-à-dire 2 mois et 1 semaine) je suis au repos sportif total … Jai déjà eu 6 séances d’ondes de chocs et kinés (cicatrisation par électrostimulation). Le médecin m’a pourtant conseillé un peu de vélo mais par 2 fois, en absence de douleur, j’ai repris très tranquillement juste du pédalage et 24h après la douleur est revenue ! Je suis désespéré car je ne vois pas l’horizon de la guérison et surtout je redoute la récidive … Pour information la tendinopathie semble la conséquence d’un surentrainement. Je suis passé de 5/6 entrainements hebdomadaires à plus rien maintenant et c’est très dur. Merci de votre aide, j’ai vraiment peur de ne plus pouvoir recourir !

La réponse de Yannick Guillodo, médecin du sport

Effectivement, le tableau clinique que vous relatez est nettement en faveur d’une tendinopathie des ischio-jambiers. Cette tendinopathie peut faire partie d’un tableau de surentraînement, comme vous le signalez.

Sachez que les douleurs de l’enthèse des ischio-jambiers (enthésopathie, tendinopathie proximale) sont généralement très chroniques et longues à guérir. L’échographie,  que vous avez pratiquée, élimine une autre cause de douleurs de cette région : la bursite ischiatique (que l’on rencontre plus souvent dans les sports assis).

Malgré tout, sachez aussi que cette tendinopathie n’est pas grave. En effet, il est exceptionnel que cette maladie évolue vers une rupture des ischio-jambiers. Cette lésion aiguë de rupture (claquage) de la jonction myo tendineuse proximale des ischio-jambiers se voit essentiellement dans les sports de vitesse pure (sprint, accélération dans les sports de balle, …) et sur tendon sain (et non sur anciennes tendinopathies).

Le traitement qui a été mis en place, chez vous, me semble correct et notamment la pratique des ondes le choc que l’on pourrait poursuivre (12 à 15 séances au total).

Il faut aussi insister sur l’apprentissage des étirements, du stretching, efficaces, des muscles de la loge postérieure de la cuisse. Demandez à votre kiné qu’il vous enseigne la bonne technique d’étirement / stretching  de vos muscles ischio-jambiers.

Forts de cet apprentissage, vous pouvez reprendre votre activité physique de la manière suivante :

  • Courir uniquement en terrain plat.
  • Faire une importante séance d’étirements à la fin de votre entraînement.
  • Appliquer systématiquement de la glace, au niveau de la région douloureuse, après votre entraînement.
  • Boire très abondamment.
  • Accepter, le lendemain, une certaine « dose de douleurs ». Je m’explique : si vous attendez que la douleur soit totalement nulle, 24 heures après votre entraînement, vous risquez d’attendre longtemps (malheureusement !). Mais si vous acceptez une certaine dose de douleurs (douleurs tolérables pour votre quotidien) vous pouvez courir car le risque d’aggravation (rupture notamment) est très faible au niveau de ce tendon. Il faut donc trouver votre propre équilibre entre votre pratique sportive (durée, intensité, nombre de séances hebdomadaires) et la gêne ou la douleur que vous ressentez, après cette pratique.

Allez, en piste ….

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

17 réaction à cet article

  1. comment évité les récidives de cette lésion. combien demande t elle pour faire guérir cette enthésopathie pour un sportif blesser depuis deux mois.

    Répondre
  2. Bonjour,

    Je souffre de la même chose, tendinopathie de l’ischio-jambier droit au niveau de l’insertion du demi-membraneux. Et voilà maintenant 7 mois que je ne cours plus. La douleur a cependant régressée mais je la ressens toujours. Pourrais-je avoir des conseils afin de me soigner et de retrouver mon entrainement quotidien, désormais réduit à néant.

    En vous remerciant.

    Répondre
    • Moi aussi j ai une tendinopathie des ischio jambiers, j ai d abord eu mal d un cote puis a force de compenser l autre jambe a ete atteinte. Cela fait plus d un an que je souffre, les ondes de choc ne mon rien fai la douleurest pire qu avant. Le medcin m a prescrit le centre anti douleur, il y a 7 moi d attente. Je souffre jours et nuits assise debout ou couchex, ne peux plus faire de sport , j avoue que j ai deja pense au suicide j aimerai tellement que ca s arrete

      Répondre
      • Bonjour Sophie,

        Je comprends cette detresse… souffrant de la même chose sur les deux jambes j’ai moi aussi été touché à la jambe gauche puis ensuite à la jambe droite. Footballeur étant plus jeune, je m’entrainais tous les jours. Puis un arrêt brutal de mon activité sportive pour mes études, prise de poids, a déclenché ces douleurs. J’ai fait pratiquement tous les médecins de Bretagne et les médecins du sport parisiens. Je comprends la détresse psychologique car je ne peux plus rejouer au même niveau et avec la même intensité.

        Après mes différentes investigations, deux pistes m’ont facilité la vie, je ne peux pas dire que je suis soigné mais je me sens plus en confiance avec mes cuisses et je rejoue des matchs entiers !

        – J’ai été voir un posturologue orienté pour les sportifs pour analyser mon problème à Paris (Monceau). Après un batterie de tests divers et variés, les deux posturo m’ont donné un retour intéressant, la posture de mes épaules et mon centre de gravité sont trop vers l’avant (position de course, assis sur l’ordinateur etc), ce qui tire sur toute la chaine musculaire arrière et déclenche mes tendinites. J’ai pris une paire de semelle pour le quotidien et pour le football en particulier.

        – J’ai démarré le Yoga (via une chaine youtube Yoga with Adriene – 30 days yoga camp) pour me forcer à aller au-delà des étirements et régler le problème nommé ci-dessus. J’ai gagné en souplesse, limité mes entrainements de running classiques pour faire plus de fractionné. Je n’ai plus de douleurs après mes séances de sport et plus de douleurs le matin.

        Je vais reprendre le foot dans 2 semaines avec l’esprit plus libre. je vous tiens au courant :)

        Courage Sophie !

        Nicolas

        Répondre
  3. Quels exercices dans le cas d’une prothese peut on pratiUer pour la tendinite de l’ischion gauche merci

    Répondre
  4. Bonjour,

    Voici la méthode qui pour moi est la plus efficace (essayé sur moi même et appliquée sur mes patients).
    Il faut faire de la musculation en excentrique du tendon du muscle concerné tout les 3 jours ou après redisparition de la douleur. (faites les deux côtés ça ne fera pas de mal). Cet entrainement vous fera mal à la fin de la séance mais va permettre une nouvelle cicatrisation et celle si se fera non pas anarchiquement mais dans le sens de la contrainte. Associé aux ondes de chocs et au massage transverse profond (MTP) vous serez guérit après 3 à 6 semaines et n’aurez plus de récidives si vous continuez à faire de l’excentrique et à augmenter la charge. Au début une charge faible suffire pour faire de l’excentrique ( éviter le concentrique à tout prix) et augmenter progressivement la charge au fur et à mesure que le sueil de douleur disparait

    Répondre
  5. Je souffre de tendinites chroniques calcifiantes (trocantères, pyramidaux et maintenant ischio-jambiers) on me fait des ondes de chocs depuis au moins 14 ans avec épithrocléites et épaules. Cela me donne des douleurs recto-verso cuisses avec une remontée à l’appui de douleurs sur mon tibia droit. L’ischio-jambier atteint est le droit. j’arrive à marcher mais la douleur sur tibia haut bas est latente à la marche. mon kiné les masses (2 côtés). toutes les autres tendinites citées sont en ondes de chocs excepté les ischio-jambiers qu’on me masse. oN me dit que c’est des dépots d’hydroxyaapatite.
    jE Prends donc de l’homéopathie (hydroxyaapatite, 9 ch avec du calcaréa pyrophosphorica et hécla lava. jE pratique tous les jours gym sur tapis avec mouvements étirements isométriques. dites-moi comment m’en sortir suis suivie par homéopathe acupunteur et surtout osthéopathe (me coince facilement le dos) petite hernie discale et 2 débords discaux survéillés. Fait cure thermale tous les ans prends (régulièrement cartilamine) J’attends votre réponse. a quoi est dû ma douleurs d’ischio-jambier ? Hernie discale petite soignée ou maladie d’hydroxyaapatite entraînant douleurs ishio-jambier droite. J’appuie souvent sur mon ischio-jambier avec mes mains lorsque je vais à la selle pour constipation chronique merci de me répondre.

    Répondre
    • Qu’appelle-t-on musculation en excentrique du tendon concerné ?
      réponse souhaitée.

      Répondre
    • Vous nous parlez de deux pathologies qui, à mon sens, n’ont aucun point commun.

      -les CALCIFICATIONS qui sont en rapport avec la maladie des calcifications tendineuses multiples ou Rhumatisme à Hydroxyapatite peuvent se retrouver au niveau des tendons de toutes les articulations périphériques et au niveau de l’axe rachidien. A ma connaissance on en ignore à l’heure actuelle la cause, donc pas de traitement spécifique, pas de régime particulier. C’est une pathologie relativement fréquente, les localisations les plus souvent rencontrées sont les épaules et les hanche (périarthrite ou tendinopathie calcifiante).
      Ces calcifications évoluent au fil du temps et peuvent disparaitre comme elles sont apparues. La disparition de la calcification est due à sa liquéfaction et se traduit par une crise inflammatoire souvent « fort » douloureuse.
      Elle nécessite un traitement anti-inflammatoire par voie générale ou locale et le repos relatif de l’articulation. Selon les localisations il existe des possibilités de trituration sous scopie ou d’ablation sous arthroscopie. Aucun traitement de la formation n’existe à ce jour, y compris les ondes de choc radiales.

      -la HERNIE DISCALE. Il s’agit d’une dégénérescence d’un des amortisseurs principaux du rachis qui va se traduire par une « excroissance » ou un « débord » qui va venir irriter le nerf crural ou sciatique. Selon le nerf concerné la topographie de la douleur ou des troubles de la sensibilité (brulures, fourmillements) pourra concernée la face postérieure de la cuisse, puis la face postérieure de la jambe et le petit orteil ou le bord externe et le gros orteil (sciatique) ou la face antérieure de la cuisse et le bord interne de la jambe (crural).

      Voilà à vous de vous retrouver dans ce labyrinthe médical.

      Répondre
  6. Que pouvez vous me dire sur un foyer de calcification de 2 cm dans l ischions jambier indépendant du tendon. Les douleurs dont constantes violentes et aucun médecin rhumato ou chirurgien n ont pu trouver de solution????

    Répondre
  7. Bonjour , il y a 7ans j ai fait un grand écart forcé et j ai eu une rupture totale des ischios jambier , je me suis faite operee il y a deux ans avec complications des trois musclés soudés nerf sciatique et calcification de 4 cm sur l ischion ….j ai mal depuis 7 ans , mal jour et nuit , comment arrêter cette sciatique chronique qui me gâche la vie ? Merci

    Répondre
  8. Bonjour
    j’ai bien galéré avec ma tendinite des ischiaux suite à de la course a pied un peu trop débridée cet été. Pendant 6 mois sans sport, j’ai enchaine kiné, ondes de choc, massages, glace, excentrique, concentrique, étirement, repos, activité modérée… car il y avait tant d’avis divergents, je ne savais pas à quel Saint me vouer… aucune amélioration.
    Finalement ce qui a débloqué la situation c’est la fruit d’un certain temps passé sur pubmed et une série d’études et de revues a propos de la trinitrine (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2658939/) . 4 semaines de patch (demi-dose par rapport à l’angine de poitrine) et la poursuite des exercices plutôt isométriques sans étirements et je suis sur le chemin de la guérison. y-a-til d’autres témoignages sur ce traitement?

    Répondre
  9. J’ai réglé un pb de tendinite du demi-tendineux qui persistait depuis 3 mois (due probablement à une augmentation trop rapide de mon kilométrages hebdomadaire), par des exercices excentriques, notamment le « russian curl leg », voyez ici:
    https://www.youtube.com/watch?v=43sgMWY9Pf4

    J’ai ressenti les effets dès le premier jour. Au bout de 5-6 jours, je ne ressentais plus rien, même lors d’acroupissements « profonds » (c.a.d ischio-jambiers et mollets au contact).

    Répondre
    • Bonjour,
      A quelle fréquence faites-vous les exercices ? Quotidiennement ?
      Et combien de répétitions à chaque fois ?
      Merci d’avance !

      Répondre

Réagissez