athlete runner dirty feet running forest trail

COVID-19 et entraînement trail : comment faire ?

En quelques semaines, les informations relatives au COVID-19 sont devenues de plus en plus pessimistes et ont restreint les libertés individuelles auxquelles les coureurs nature sont particulièrement attachés. Face à une menace invisible, le temps d’adaptation est relativement long mais il faut se rendre à l’évidence : le risque est élevé, pour soi et pour les autres, et chacun doit réagir !

9 réactions

back male runner running mountain trail marathon on background o

Les courses horaires en trail : une préparation idéale ?

Dans le monde de la course à pied, on a l’habitude des courses horaires sur la route. Les 6h sont fréquentes, les 12 heures un peu moins, les 24 heures officielles. Il ne s’agit plus d’établir un chrono mais une distance, chacun définissant sa propre ligne d’arrivée. Et bien ce type d’épreuve a maintenant a fait des émules en trail, mais sous une forme nouvelle et stimulante : il s’agit le plus souvent de répéter une même montée pendant 6 heures, alors que le temps de descente en télécabine est neutralisé. L’intérêt majeur de ce type de compétition : cumuler sous forme fractionnée un fort dénivelé positif, tout en se préservant des effets redoutables de la répétition de descentes.

Man running on high mountain trail

Développer sa force (Part V) : la planification

Voici le 5ème article sur la problématique de la force. Après avoir montré l’importance de cette qualité chez les coureurs de trail et course de montagne, nous avons expliqué comment développer la force maximale et l’endurance de force, sans négliger la force explosive et la puissance-force en complément. Bien entendu, il faudrait davantage d’articles pour montrer la large panoplie d’exercices à réaliser, au poids du corps ou avec charges. Mais comme nous l’avons répété, il est judicieux de se rapprocher d’un préparateur physique diplômé pour planifier, programmer et réaliser les séances de renforcement musculaire à visée d’amélioration de la performance et de prévention des blessures.
1 réaction

forcetrail4

Développer sa force (Part IV)

Avant d’entrevoir la planification annuelle du travail de la force, revenons sur 2 catégories de force que nous n’avons pas détaillé, et sur une modalité d’exercices : le circuit-training. L’analyse de l’activité trail démontre que l’endurance de force est la qualité première à développer et acquérir. Mais nous avons vu que l’endurance de force est dépendante de la force maximale, définie dans l’article 1. Dans le même ordre d’idée, le développement de la force explosive (dont fait partie la pliométrie) et de la force-vitesse, ne serait-il pas judicieux pour améliorer la performance globale de l’athlète ? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

Runners. Young people  trail running on a mountain path. Adventure trail running on a mountain. Runners receive injuries from running trails on a mountain

Développer sa force (Part III)

Dans les 2 précédents articles, nous avons défini la force et les intérêts de développer cette qualité, puis nous avons déterminé les paramètres à prendre en compte dans la programmation d’une séance, et notamment le fameux 1 RM. Aujourd’hui, nous poussons un peu plus loin en proposant des séances tenant compte des paramètres étudiés, et destinés à développer la force maximale et l’endurance de force. 7 réactions


male runner running

Développer sa force (Part I)

En trail et en course de montagne, nous avons de nombreuses fois souligné l’importance de la qualité de force dans la performance. Pour les non-connaisseurs qui en doutent encore, placez-vous au pied d’une montagne et gravissez le plus vite possible 1000m de dénivelé positif sur une distance de 3 à 5 kilomètres. Puis selon votre spécialité, imaginez répéter cet effort entre 1 et 10 fois, en ‘’récupérant’’ dans des descentes où il faudra freiner et résister à la déformation. Très vite, vous comprendrez que la force est première dans l’activité trail, et que le cardio sans la force n’est pas grand-chose.
5 réactions



trailnuit

Préparation à la SaintéLyon : les derniers réglages !

Vous avez suivi notre programmation pour la Saintélyon et vous approchez du but. Les derniers jours et les dernières heures ont une importance capitale pour la réussite de l’entreprise, et tout ce que vous avez mis en place depuis des semaines peut être sublimé ou balayé par le contenu de l’avant-course. Voyons comment éviter les principales erreurs et mettre toutes les chances de votre côté. Ces 8 conseils valent pour l’ensemble des courses de la Saintélyon 2019.
3 réactions

image1

Partage de séance : Marie Perrier, en route vers la Saintexpress !

Marie Perrier est une athlète à part dans le sens où elle pratique avec bonheur le cross, la piste, la route et le trail. Championne de France de trail court en 2018 puis 6ème des France de 10000m sur piste à Pacé en 34’43, Marie a vu sa saison 2019 stoppée par un trait de fracture de fatigue au bassin. La faute à une succession malencontreuse d’un stage d’équipementier et d’une longue course de qualification (nombre de points oblige) à l’OCC courue dans des conditions très difficiles. Quelques mois après du repos et un suivi bienveillant au centre Universitaire Hospitalier de Toulouse, une reprise progressive s’est mise en place avec comme objectif de fin d’année la Saintexpress. Cette course de 44 km courue majoritairement sur bitume, se déroule entre Sainte-Catherine et Lyon avec un départ à 23 heures.
4 réactions



image2

Entraînement trail : une séance « spéciales »

Nous avons déjà présenté dans cette rubrique de nombreuses séances spécifiques ou non de l’activité trail. VMA, PMA, VMA ascensionnelle, technique descente, pacing, renforcement…en se rappelant bien que chaque séance a un objectif, qu’elle s’inscrit dans une progression, et que l’objectif global de l’entraînement est de stresser positivement l’organisme pour le contraindre à s’adapter et à élever son potentiel



image1

Ultra trail : Se préparer au départ

Au cours des articles précédents, nous avons abordé la notion d’affûtage (ou tapering) sur les dernières semaines, nous avons parlé de la séance de trop à éviter et de la nécessité d’arriver frais au départ de la course, au risque d’un léger désentraînement. Et puis le jour J est là et beaucoup de choses peuvent se jouer, en positif mais surtout en négatif si le laisser-aller ou le stress prennent le dessus. Que ce soit sur des aspects nutritionnels, physiques ou psychologiques, les dernières heures sont importantes afin de se mettre dans les meilleures conditions.


Se rassurer par une grosse séance avant son ultra, ou se faire confiance ?

Stop à la séance de trop !

Dans notre précédent article sur les erreurs à éviter avant son ultra trail, nous avons évoqué l’erreur courante de vouloir se rassurer par un fort kilométrage à l’entraînement, comme pour se prouver jusqu’au dernier moment que l’on est capable de couvrir de longues distances. Or contrairement à d’autres disciplines de course où la dernière séance peut apporter des éléments rassurants, ce n’est pas le cas en ultra trail car la durée prévaut sur la qualité. En effet, un coureur de 1500m peut courir des 300m à l’allure de course, le spécialiste du 10 km peut se rassurer sur des 500m ou des 1000m à intensité spécifique, mais que peut faire l’ultra traileur pour se rassurer ? Et bien rien, si ce n’est se reposer et accumuler de la fraîcheur. Dans le cas contraire, il risque fort de réaliser la séance de trop, celle qui va condamner ses chances de réussite.