Douleurs fessière et lombaires

Bonjour,

J’ai 39 ans. Suite à une douleur dans la fesse droite apparue il y plus d’un an, mon médecin du sport m’a conseillé d’arrêter la course à pied pendant plusieurs mois. Au début, la douleur apparaissait au bout de 45 minutes, puis très rapidement avant que je n’arrête la course à pied. J’ai donc arrêté la course à pied sans reprendre d’activité physique, si ce n’est un peu de natation.

Désormais, après un an d’arrêt, la situation s’est dégradée, à savoir :
– Phénomène de lombalgie (bas du dos et haut des fesses)
– Difficulté pour marcher pendant plusieurs heures (douleurs lancinantes dans le bas du dos), comme si mon dos avait du mal à me porter. Station debout pénible alors que j’étais sportif.
– La douleur dans la fesse est désormais quotidienne, plus ou moins importante.

J’ai essayé de recourir 20 minutes il y a quelques jours et une douleur aigüe est apparue 12 heures après, localisée entre le bas du dos et le haut de la fesse. Elle s’estompe petit à petit pour laisser la place à la douleur lancinante. Cette douleur ne descend jamais plus bas que la fesse.

Pendant ces 12 mois, mon parcours de soin a été le suivant :
– Un scanner et une IRM lombaire qui indique deux protusions discales légères (des tassements de disque L5/S1 et L4/L5) sans conflit disco radiculaire apparent
– Une radio lombaire : rien
– Une IRM des sacro iliaques : rien
– Une échographie de la masse fessière : rien
– 16 séances d’onde de choc sur la fesse : pas d’effets
– 16 séances de rééducation fonctionnelle à base de gainage, mobilité et assouplissements : pas d’effets. Je précise que je suis très raide (distance doigt-sol = 24 cm)
– Test du HLA B27 négatif (spondylarthrite ankylosante)

Les différents spécialistes que j’ai consultés (médecin du sport et de rééducation fonctionnelle) m’indiquent que les racines nerveuses ne sont pas compressées, même s’il se peut que la compression ne soit pas visible à l’IRM. Les disques sont globalement en assez bon état. L’examen clinique est plutôt bon.

A priori, mes muscles du dos auraient fondu ce qui pourrait expliquer les douleurs lombaires. On me conseille de faire du renforcement musculaire et de reprendre une activité physique légère.

Qu’en pensez-vous ? Quelqu’un peut-il m’aider ? Je ne sais plus quoi faire pour comprendre cette douleur fessière et les problèmes de dos. Mon médecin du sport n’est pas favorable à l’infiltration, ni à l’EMG.

Je vous remercie par avance.

Une réponse à la question

  1. Bonjour,
    J’ai exactement la même douleur que toi, et mon ostéopathe m’a dit que cela venait du bassin : ayant une jambe plus courte que l’autre, Ce léger déséquilibre a un impact sur le bas de mon dos / le haut de ma fesse seulement d’un côté. J’arrive à soulager ma douleur en faisant beaucoup d’étirement notamment des torsions couché.
    Je pratique le yoga bikram en complément de la course et ma prof m’a dit que cela s’apparentait à des douleurs sciatiques. As tu essayer de chercher de ce cotes la?
    Bon courage

    Répondre
  2. Bonjour Sarah,

    Merci d’avoir pris le temps de repondre. Selon mon osteo, je suis équilibré des 2 côtés. Les étirements ne changent pas grand chose. J’ai bien pensé essayer le yoga mais je suis tellement raide que je pense qu’il faut que je passe par autre chose avant (style tai chi).

    A quel moment tes douleurs apparaissent ? Pendant ? Après? Et comboen de temps après ?

    Amicalement.

    Répondre
  3. Et benh …

    Je me reconnais. 8 ans de douleurs difficilement localisables. Un dénominateur commun : la fesse. J’ai aussi fais tous les diagnostiques. Rien. Mais je vous donne un espoir : après de nombreuses recherches et un parcours comme le votre j’ai trouvé ce qui n’allait pas pas : syndrome du muscle pyramidal. Ce muscle loge au fond de la hanche appuie sur une racine du nerf sciatique. Je me suis fait opéré, le chirurgien a vu la compression, la libéré et aujourd’hui je suis grâce a dieu guérit du côté opéré. Malheureusement l’autre côté me fait aussi souffrir (symétrie de ma morphologie). Mon chirurgien voit beaucoup de gens dans notre cas.
    Parmi mes symptômes : position assise douloureuses, prosternation longue douloureuse, allonge sur le cote douloureux également douloureux, pedale d’embrayage douloureuse.

    Répondre
    • Le problème que vous décrivez ressemble vraiment au mien. La douleur coté de la fesse (droite, gauche ou les 2 còtés) date de plusieurs années mais depuis 2 ans, ce sont des douleurs lacinantes. Incapacité de marcher fréquentes, douleurs pire le soir et la nuit mais présentes également souvent le jour. J’ai passé aussi beaucoup de radiographie mais aucun disgnostic. J’en ai de nouveaux la semaine prochaine dont prise de sang pour le HLA B27…Et s’il s’agit comme vous du syndrome du musclepyramidal, comment votre medecin l’a diagnostiqué?

      Répondre
  4. Bonjour,

    Merci d’avoir pris le temps de me répondre.

    Dans mon cas, pour l’instant, la position assise n’est pas douloureuse, la position allongée non plus. Elles sont au contraire plutôt reposantes. La douleur est à droite donc côté pédale d’accélérateur en voiture.

    C’est en position debout que je ressens cette douleurs lancinante. Mais j’ai tout de même l’impression que plus je suis assis, plus la fesse est douloureuse ensuite en station debout.

    Pourrez-tu m’indiquer en message privé les coordonnées de ton chirurgien et comment a été diagnostiqué ton problème de pyramidal.

    Je te remercie par avance et te souhaite également bon courage

    Répondre
    • Bonjour

      Dans votre question et tous les détails de votre cheminement il y a toute « la panoplie » du « lombalgique chronique ».

      Sur le plan du diagnostique, je pense que vous avez eu tous les examens nécessaires pour étayer et compléter l’interrogatoire et l’examen clinique avec entre autre la recherche d’une cause de douleur autre que mécanique par la demande de l’antigène HLA B27, marqueur assez spécifique de la spondylarthrite ankylosante, sensible aux anti-inflammatoires.

      Le trajet de la douleur qui ne descend pas sous le genou peut correspondre aux protrusions discales dont vous parlez (écrasement du disque intervertébral) mais aussi à des douleurs générées par les petites articulations situées de chaque côté à la partie postérieure des vertèbres constituées respectivement de la partie basse de la vertèbre sus-jacente et la partie haute de la vertèbre sous jacente. Pathologie autrefois méconnue mais responsable de phénomènes algiques invalidant.

      Je jouerai cette carte, si ce n’est déjà fait. Cette pathologie peut être accessible à des techniques ostéopathiques manipulatives ou autres. Elle peut relever d’infiltration radioguidée ou de thermocoagulation.

      La prise en charge thérapeutique des pathologies discales faisant, quant à elles, appel l’arsenal thérapeutique des médecines traditionnelles ou plus « marginales ».

      bon courage

      Répondre
      • Bonjour,
        Je me retrouve également dans vos commentaires. 3 ans de douleurs aiguës au fond du dos à gauche et dans la fesse. Douleur qui est devenue lancinante avec le temps. Les IRM lombaires n’ont pas mis en évidence de problème objectif. Parcours identique au vôtre, physio, osteo, renforcement musculaire du dos et des abdos mais sans succès. Pouvez-vous nous donner des nouvelles à présent ? Avez-vous trouvé une solution ? Avez-vous essayé les infiltrations facettaires ?
        merci

        Répondre
  5. Bonjour je me trouve moins seul en lisant vos messages où en êtes-vous dans votre combat de la douleur ? je sors aujourd’hui d’une IRM sans diagnostic bien établi de mon côté la douleur apparaît lors de la conduite côté accélérateur irradie dans la fesse sinon le reste du temps je pourrais dire qu’elle se contente d’un point lancinant à l’insertion de l’ischio jambier. cela correspond-t-il à vos douleurs ?
    avez-vous trouvé une solution ? mon kiné m’a fait faire des exercices qui soulage et peut-être qu’avec le temps LA douleur disparaîtra selon lui. cela consiste à position assise par terre à coïncider mouvement de tête avec des mouvements de pied ensuite position assise sur le lit une jambe dans le vide une jambe sur une chaise mouvement de tête mouvement de pied cela est efficace et m’a permis de reprendre la course à pied.
    Dans l’attente de vous lire.

    Répondre
  6. Bonjour, je me retrouve dans vos commentaires. cela fait 6 mois que j’ai mal dans la fasse gauche et que cela me lance très fortement lorsque j’éternue par exemple . fatiguant à la longue.. et positions assise et debout difficiles.
    j’air fait une IRM qui montre une légère protusion discale L5/S1 avec discopathie banale.. le rhumato m’a prescrit une infiltration mais la radiologue me dit qu’elle ne voit pas de protusion claire .. elle veut bien me faire l’infiltration pq n’a pas à revenir sur le diagnostic du rhumato mais je m’interroge : une infiltration c’est lourd .. du coup avez vous eu recours à ce genre de traitement ? est ce que ça vous a soulagé?
    et sinon, où en êtes vous de vos douleurs ? qu’avez vous suivi comme traitements?
    merci

    Répondre
  7. Bonjour,

    Désolé de répondre tardivement, je n’avais pas vu votre message.

    Je n’est pas essayé l’infiltration. Le rhumato n’était pas chaud mais c’est une solution que je n’exclus pas.
    Par contre, j’ai rencontré un médecin spécialiste du rachis qui est persuadé que les douleurs sont dues aux Trigger points au niveau du moyen et grand fessier. Vous pourrez lire la littérature à ce sujet. J’ai donc eu une première infiltration d’un anesthésiant au niveau des moyens fessiers. Je devrais avoir 3 piqures à un mois d’intervalle. J’ai fait la première, je l’ai senti passé et j’attends maintenant de voir le résultat.
    On peut se tenir au courant si vous voulez.
    Bon courage

    Répondre
  8. Bonjour, la même douleur est parvenue suite à ma dernière grossesse.
    Je me réveille la nuit car je ne peux pas rester sur le côté de la douleur allongée

    Répondre
  9. Bonjour, pour ma part la position debout statique prolongée (plus de 10 minutes) m’est difficilement supportable. C’est pire si je ne fais pas de sport durant quelques jours (en salle= tirages, altères, cardio= vélo et tapis de course). Tant que je bouge énergiquement, je n’ai pas de douleurs. J’ai 58 ans mais déjà très jeune le problème est apparu et des accidents de la circulation n’ont rien arrangé. Je suis incapable de visiter un musé (ou alors en courant !!) et lorsque j’allais à des manifestations, il me fallait prendre au moins 4 Dafalgan codéiné mais je n’en prends plus depuis 2 ans, depuis qu’un nouveau traitement au Propanolol l’a remplacé, mais là c’était pour des migraines constantes depuis mon enfance (ouf pour ça, je m’en suis superbement sorti avec l’aide du professeur VALADE Dominique, un pionnier dans sa catégorie). Pour revenir à mes lombalgies, elles sont soulagées si je suis assis ou encore couché mais avec les jambes et le buste en légère surélévation afin que mon bassin soit en bonne position. D’ailleurs en position debout, si j’arrive à rester un temps avec le bassin en bascule avant (moins de cambrure), ça soulage mais c’est difficile de rester ainsi et lorsque je fais des achats en magasins, je m’accroupi toute les 2 minutes en faisant semblant de chercher un article en bas des rayons pour reprendre ensuite la position debout sinon ça lance de trop (lombaires- les deux fesses- derrière les jambes- derrière les genoux et sous les 2 pieds alors que plus jeune, c’était un côté puis l’autre ensuite, là c’est maintenant les 2 côtés). J’ai bénéficié il y a quelques années de 6 infiltrations (3x les 2 côtés à chaque intervention dans les corps vertébraux avec en alterné gauche/droite, de l’Hexatrione et du Cortivazol) et ça m’a bien réussi car je pouvais ensuite rester debout assez longtemps. Mais ensuite, on m’a refusé toute infiltration car cela détériorerait les os selon les médecins. Bien sûr, au cours de ma vie, j’ai dû avoir au moins 50 radios du dos avec des conclusions plutôt neutres (pas de hernie ni autre choses à part du remaniement osseux dû à mes accidents et une fois sur une radio, une note faisant état d’un porte-à-faux par levier avec influence sur L4-L5 et S1 ou quelque chose comme cela mais je n’ai plus la radio).
    En réalité, je pense qu’il doit s’agir de petits nerfs coincés et qu’il serait peut-être simple d’y remédier. Quand il m’arrive encore d’aller faire une radio, mon rêve serait que le médecin qui rédige le compte rendu se mette à ma place le temps d’une demi-journée et il comprendrait que ce n’est pas facile (avant qu’il rédige son résultat d’examen)…….

    Répondre
  10. Bonjour, Yanick FAVEUR
    Je sais ce que vous avez ressentie pendant toute ses années, qu’on se mette d’accord. Cette douleur n’est pas dans la fesse mais en bas du dos et en haut des fesses au même niveau que le coccyx.
    Une douleur horrible, une vie de douleur. Moi c’est suite a un accident au travail et depuis j’en souffre. J’ai fais une radio rien IRM rien.
    Le rhumatologue ma prescrit des anti douleur même après ça je ne vais pas mieux. personne ne peut me dire ce que j’ai exactement.
    J’ai l’impression que nos professionnels de santé non jamais entendu parlé de cette pathologie. Bon bref .
    Yannick je voulais savoir si vous allez mieux après tes infiltration ? Et qu’elle est le spécialiste que vous avez vu?
    Je rêve d’une vie sans douleur .

    Répondre
    • Bonjour,

      J’ai eu 6 injections de ProcaÏne associées à 2 cachets par jour de Prégabaline. J’ai un senti un mieux au niveau de ma douleur fessière pendant quelques semaines.

      Mais cela vient de revenir. Cela fait suite à une période de travail et de stress important. J’ai la sensation que ces douleurs ne sont en rien mécaniques mais nerveuses même si très localisées dans les fessiers.

      Donc, ces injections n’ont pas été une grande réussite. je pense que la tension nerveuse y est pour beaucoup.

      Répondre
  11. je vais suivre vos échanges avec interet…. douleur identique.
    pour moi c’est intervenu après une opération où ils m’ont prelevé un peu de l’os illiaque pour réparer une fracture de clavicule.
    tout allait bien et qq mois après l’opération la douleur est apparue lors d’une sortie vtt.
    c’était il y a 5 ans et elle ne m’a pas quitté depuis.
    scanner, IRM, radio, écho, centre anti douleur, infiltrations…. rien.
    a noter que même la morphine ne résoud pas le problème ce qui serait un signe d’une affection côté nerveuse.

    Répondre
  12. Bonjour, les medecins sont des charlatants qui profitent de ce mal pour nous faire revenir tout les mois (voir 15 jours). C’est des traficants, qui travail pour les firmes pharmacetique. J’ai arreté le traitement, qui attenuer la douleur. Sauf que si je depassai l’heure de prises, les douleurs ete encore plus forte qu’a la normale. IRM (sacro-illite) mais les medecin ce contredise, hernie L4/L5 pareil suivant le medecin… Bref, ils ne prennent pas la realitée de notre mal et a part nous chouter au medoc… Bref j’ai arreté les medicaments et au moins j’ai l’esprit claire, pour le mal, je vie avec et j’en ai assé. Franchement, si je n’avais de charges familliale, a quoi bon vivre avec des douleurs permanantes ou dans un etat végétative? J’espére un jour rencontrer un vrai medecin.

    Répondre

Réagissez