trailnuit

Préparation à la SaintéLyon : les derniers réglages !

Vous avez suivi notre programmation pour la Saintélyon et vous approchez du but. Les derniers jours et les dernières heures ont une importance capitale pour la réussite de l’entreprise, et tout ce que vous avez mis en place depuis des semaines peut être sublimé ou balayé par le contenu de l’avant-course. Voyons comment éviter les principales erreurs et mettre toutes les chances de votre côté. Ces 8 conseils valent pour l’ensemble des courses de la Saintélyon 2019.
3 réactions


vv

7 conseils pour éviter de se mettre dans le rouge !

Savoir jusqu’où ne pas aller pour ne pas rentrer dans une fatigue qui soit néfaste à la performance : pas simple lorsque l’on aime s’entraîner ! Nous savons tous que trop fatigués, progression et performance ne seront plus au rendez-vous. Et pourtant bien trop souvent nous nous retrouvons dans le dur et à déclarer « je n’aurai pas dû faire cette séance… ». Voici quelques clefs très simples pour maitriser ses charges d’entraînement.
1 réaction

image1

Partage de séance : Marie Perrier, en route vers la Saintexpress !

Marie Perrier est une athlète à part dans le sens où elle pratique avec bonheur le cross, la piste, la route et le trail. Championne de France de trail court en 2018 puis 6ème des France de 10000m sur piste à Pacé en 34’43, Marie a vu sa saison 2019 stoppée par un trait de fracture de fatigue au bassin. La faute à une succession malencontreuse d’un stage d’équipementier et d’une longue course de qualification (nombre de points oblige) à l’OCC courue dans des conditions très difficiles. Quelques mois après du repos et un suivi bienveillant au centre Universitaire Hospitalier de Toulouse, une reprise progressive s’est mise en place avec comme objectif de fin d’année la Saintexpress. Cette course de 44 km courue majoritairement sur bitume, se déroule entre Sainte-Catherine et Lyon avec un départ à 23 heures.
4 réactions

affutage

L’affûtage a des questions pratiques

« S’affûter », un terme un peu étrange quand on n’est pas coutumier des compétitions sportives. Or, on s’aperçoit vite à quel point les interrogations que cette étape de l’entraînement soulève sont minutieuses dès que l’on met le pied dedans…




antifatigue

La technique, cet « anti-fatigue »

Il est commun aujourd’hui d’attribuer le résultat d’une performance en endurance de type contre-la-montre (réalisée hors contexte de compétition) à 3 facteurs principaux dont l’un renvoie à l’économie de mouvement. Cette économie, c’est concrètement la quantité d’énergie dépensée par le sportif pour avancer à une certaine allure. Alors que c’est aujourd’hui la musculation qui est mise sur le devant de la scène pour améliorer cette composante de la performance grâce au renforcement de la raideur des fibres musculaires, le travail de coordination devient lui, indirectement, le parent pauvre d’un plan d’entraînement à la durée limitée. Cela étant, n’oublions pas que « sans maitrise, la puissance n’est rien ».
2 réactions

running_fatigue

Vous écoutez-vous trop ?

La fatigue musculaire, les courbatures et les petites douleurs faisant suite à des séances d’entraînement particulièrement poussées sont-elles uniquement la conséquence des dommages musculaires provoqués ? Pas si l’on en croit les conclusions d’une récente étude. Il semble en effet que la dimension mentale jouera un grand rôle dans la tolérance à la douleur…

image2

Entraînement trail : une séance « spéciales »

Nous avons déjà présenté dans cette rubrique de nombreuses séances spécifiques ou non de l’activité trail. VMA, PMA, VMA ascensionnelle, technique descente, pacing, renforcement…en se rappelant bien que chaque séance a un objectif, qu’elle s’inscrit dans une progression, et que l’objectif global de l’entraînement est de stresser positivement l’organisme pour le contraindre à s’adapter et à élever son potentiel



Source : Olympic Channel

Les Ingebrigtsen : une histoire de frères

Depuis 2012, les 3 frères Norvégiens font main basse sur le 1500m européen en dehors de la victoire de Mahiedine Mekhissi-Benabbad en 2014. L’an passé, l’écrasante domination européenne (doublé 1500-5000m du cadet Jakob (dans sa 18 -ème année alors) lors des championnats d’Europe à Berlin mettait en lumière cette famille atypique. En 2019 la saga continue : Jakob, champion d’Europe du 3000m en salle, a battu le record d’Europe espoirs du 1500m en 3 :30.16, réalisé 3 :51.30 au mile et 13 :02.03 au 5000m et terminé 2ème à Monaco, Lausanne, Paris et en finale de la Diamond League battu à chaque fois par T. Cheruyot. Les 2 frères ne sont pas en reste Filip, 3ème en finale de Diamond League et à Paris-Charléty, 3 :49.60 au mile et Henrik avec 7 :36.85 sur 3000m.

Un travail de recherche d’un collègue norvégien amène quelques nouveaux éléments sur leur évolution de carrière et sur leur entraînement.

Fitness and workout wellness concept.

Toutes les intensités ne se valent pas

Prenons 3 critères révélateurs de l’intensité d’une séance d’entraînement : la fréquence cardiaque, le ressenti et la vitesse. Parmi eux, deux sont intrinsèques (relatifs aux réactions de notre corps), deux sont objectifs (non-soumis à interprétation), un seul est facilement dispensable de tout matériel de mesure. Ce qui en font des supports plutôt complémentaires.


fotolia_85296801

« Ta séance commence quand ça fait mal »

Presque inscrite dans la philosophie controversée du NO PAIN, NO GAIN, l’idée que le travail ne paye que lorsque l’on sort de notre zone de confort peut être challengée. Effectivement, toute performance (quelle qu’elle soit : contre soi, contre l’autre, etc.) suppose l’inconfort ; mais l’inconfort du corps n’entraîne pas toujours la performance… Dans ce jeu de rebond, quels arguments peuvent peser en faveur / contre l’idée que « la séance ne commence que quand ça fait mal » ?

Running in the country

24 h : Le mondial approche

A l’automne dernier, nous avons consacré 2 articles à la course de 24 heures. Le premier concernait les déterminants de la performance sur une telle épreuve, alors que le deuxième résumait le championnat de France de la spécialité et relatait les victoires de l’ultra traileur Erik Clavery et de l’aventurière Stéphanie Gicquel, 2 néophytes.

Rappelons qu’il s’agissait de couvrir la plus grande distance possible en 24 heures de course, sur un circuit fermé de 1114 m de long, et que les 2 champions de France avaient parcouru environ 254 et 215 km, alors que les records de France se situent à 268 et 243 km.