unnamed

Douleurs de la face externe du genou : Syndrome de l’essuie-glace ou tendinopathie du muscle poplité ?

La face externe du genou est très riche en structures cartilagineuses, osseuses tendineuses, ligamentaires, musculaires qui sont sollicitées en permanence dans la plupart des gestes sportifs et notamment dans la course. Mais toutes les douleurs de la face externe du genou ne sont pas des syndromes de l’essuie-glace. Loin de là ! Au niveau de la face externe du genou, sous la peau et sur quelques centimètres carrés, de nombreuses pathologies peuvent survenir et il n’est pas toujours facile de poser un bon diagnostic. Chez les sportifs, les erreurs de localisation de la lésion sont très souvent à l’origine de problèmes thérapeutiques et de retard à la reprise sur le terrain. Ainsi, la tendinopathie du muscle poplité peut très bien se confondre avec un syndrome de l’essuie-glace alors que le traitement en est totalement différent.

fotolia_92319577

Sportifs, confinez-vous !

Après des semaines d'interrogations, d'incompréhensions et de déni, les européens doivent faire face à un virus inconnu qu'aucun humain n'avait jamais rencontré sur la planète. Ce virus issu de la grande famille des coronavirus a été répertorié sous le nom de Covid-19 par les spécialistes des maladies infectieuses. Les sportifs, quel que soit leur niveau de pratique, vivent très mal la suspension ou le report des compétitions et encore plus le confinement. L'objectif de cet article est de présenter aux sportifs des arguments fiables au plan médical et scientifique et qu'ils adhèrent aux mesures de santé publique mises en place pour les protéger.
3 réactions

image2

Dents et sports : que faut-il savoir ?

« Personne ne peut se dire en bonne santé s’il n’est pas en bonne santé bucco-dentaire ».

Selon l’OMS les problèmes parodontaux auxquels nous pouvons être confrontés sont un indicateur d’une mauvaise santé bucco-dentaire qui altère la santé générale.

fotolia_43366188

Un sportif d’endurance sur 2 souffre de troubles intestinaux : des conseils simples pour les éviter !

Votre participation au marathon de Paris a été repoussée ? Tant mieux cela vous laisse du temps pour mettre tous les atouts de votre côté. Des études statistiques ont montré que près de la moitié des sportifs longue distance ont déjà souffert de troubles intestinaux, mettant en péril leur performance physique et donc leur résultat compétitif. Il ne sera pas rare de faire ce constat sur les marathons, courses cyclistes ou trails. Voici des conseils simples qui pourront vous permettre de limiter ces risques.

fotolia_83931755

L’endurance pour être en bonne santé : pourquoi et comment ?

Il n’y a plus de doutes à avoir à ce sujet : l’activité physique est un excellent moyen pour améliorer notre santé. Alors voyons pourquoi et comment les activités d’endurance peuvent nous aider à contrecarrer les effets de la sédentarité et booster notre organisme.


young woman running on sunrise beach

L’exercice physique intense : une redistribution instructive des flux sanguins

Dans la majorité de nos articles, nous parlons d’exercices physiques intenses ou longs, mettant à mal les systèmes physiologiques de l’individu, parfois jusqu’aux limites tolérables. Les problèmes musculaires, la déshydratation, la dérive cardiaque, les désordres gastro-intestinaux…peuvent être mis en lien plus ou moins directement avec la redistribution des flux sanguins à l’exercice. Voyons ce qu’il se passe.



coeurhit

Séance HIT vs Tempo : quels dommages cardiaques ?

Des fibres, des nerfs, un flux sanguin, un rythme de contractions… Tout comme les muscles, le cœur aussi se fatigue à l’exercice. Qu’en est-il alors de l’effet de 2 séances au format différent, mais qui imposent à l’organisme la même charge de travail ?

1 réaction


enceinte1

Femmes enceintes et nouveau-nés : « Maman, cours pour ma santé ! »

La grossesse s’accompagne de restrictions alimentaires, professionnelles et environnementales. Mais elle est aussi faite d’encouragements, notamment sur le plan de l’activité physique. Et pour cause, les répercussions de cette pratique dépassent le « simple » cadre de la grossesse : elles accompagnent l’enfant bien des années !



addict

Addict : quand cerveau rime avec bourreau

Une question revient sur l’activité physique : quelle dose suffit à être sain de corps et d’esprit ? Pour ce qui est du corps, l’OMS pose clairement les bases : au moins 3x30’ d’intensité modérée par semaine. Pour ce qui est de l’esprit, c’est plus difficile… Et si ici, le mieux était l’ennemi du bien ?


Never stop to run

Sommeil rallongé = endurance maximisée

Les bonnes pratiques de l’hygiène de sommeil se démocratisent et évincent une partie des troubles qui y sont liés, permettant notamment un regain de performance physique. En endurance, alors que ce sont surtout les effets d’une restriction du sommeil qui sont étudiés, que savons-nous des enjeux liés à son extension ?

Breast Cancer Hope Healthcare Believe Concept

Cancer : l’activité physique vous protège de ~15%

En 2018, 18,1 millions de personnes dans le monde étaient diagnostiquées atteintes d’un cancer ; 9,6 millions en sont décédées - dont ~150 000 en France - faisant du cancer la 2nde cause de mortalité. Cet article vise à présenter au lecteur un regard actuel sur l’état de la relation cancer - activité physique (AP).


Senior man and woman and young female instructor  workout on fresh air. Outdoor activities, healthy lifestyle, strong bodies, fit figures. Stylish, modern sportswear. Different generations

Force : quel déclin lié à l’âge et au sexe ?

Il nous attend tous, entraîné ou non, performant ou non, ambitieux ou non. Le déclin de performance est inéluctable avec les années. Qu’en est-il chez les hommes et les femmes sur une qualité physique comme la force ?

cetones

Cétones : une étude de plus… et toujours pas d’intérêt

Les composés cétoniques commencent à occuper le marché alors que leur intérêt sportif demeure inconsistant. Tandis que certains produits nutritionnels réussissent effectivement à apporter sur le tas la preuve de leur efficacité, la supplémentation en cétones reste aujourd’hui encore l’affaire d’une poignée d’études. Ce mois-ci, les résultats d’un nouveau protocole (parus dans Medicine and Science in Sports and Exercise) sont venus apportés de l’eau au moulin. 1 réaction


REUTERS/© Gustau Nacarino / Reuters

L’impact de la morphologie chez les nageurs de haut niveau

Qui n’a jamais entendu parler du physique des nageurs ? On entend souvent parler de nageurs « taillés en V » ou bien aux « larges épaules ». Aujourd’hui, lorsque l’on regarde les compétitions internationales de natation, cela n’échappe à personne que la plupart des nageurs sont grands et costauds. Jusqu’à présent, peu d’études avaient investigué l’impact de la morphologie chez les nageurs de haut niveau. Cet article dresse un résumé d’une étude publiée récemment dans une revue scientifique, avec l’aide de statisticiens du laboratoire IRMES (Institut de Recherche bio-Médicale et d'Epidémiologie du Sport) au sein de l’INSEP.