Sylvain Cachard et Simon Fisher en pleine séance qualitative à Font Romeu

Préparation de traileur élite

Si le principe d’individualisation doit rester premier dans la préparation d’une compétition, il est toujours intéressant et inspirant de voir comment s’entrainent les élites. Nous allons examiner la préparation de Sylvain Cachard pour la course de sélection aux championnats du monde de trail 2019 au Portugal. La sélection aura lieu à Buis les Baronnies le 14 avril sur 42 km et 2210m d+.
6 réactions


trailtraining

La répétition de côtes-descentes

La durée de l’effort en trail ne dépend pas seulement de la distance mais bien de la combinaison entre distance, dénivelé et technicité. Pour une même distance en ultra trail, on peut observer des moyennes (pour les vainqueurs) de 8 km/h à l’UTMB et de 12 km/h à la Western States, soit une différence de 50%, ce qui est énorme. Le même raisonnement s’applique pour les trails longs et courts. Ainsi, il faut se préparer à la distance, mais avant tout à la durée et à la spécificité de l’effort. Sur le site Lepape-info, nous avons évoqué de février à mars 2018 les principes d’entraînement à respecter, à savoir la progressivité, l’alternance des sollicitations énergétiques, le transfert, l’individualisation et la spécificité. Si tous ces principes peuvent être méthodiquement appliqués quand on pratique la piste ou la route, c’est plus complexe en trail car le principe de spécificité ne peut pas s’appliquer si on réside en plaine avec peu ou pas de dénivelé.
1 réaction

La nature qui prépare à la route ou à la piste : retour aux sources. Bruno Dheilly

Cross, piste, route, montagne, trail : Peut-on tout pratiquer avec bonheur sur une même saison ? Le cas de Marie Perrier

On a souvent tendance à opposer les disciplines de l’athlétisme, dans le stade ou hors du stade. Mais à trop vouloir travailler spécifiquement, ne perdons-nous pas de notre capacité à nous adapter et à progresser grâce au transfert de compétences ? Voyons cela avec Marie Perrier, une touche à tout de l’athlétisme.



870-Serre Che Trail4(2018-09-16-1338)Cyril QUINTARD-1

Aérobie/Anaérobie, quelle voie pour le traileur ?

Le trail est une discipline aérobie continue, ce qui n’empêche pas dans certaines circonstances (départ, côte raide…) de solliciter également la voie anaérobie. L’intensité et la durée de l’exercice déterminent conjointement les filières utilisées. Ces filières se caractérisent par la nature des substrats énergétiques dégradés (ATP, phosphocréatine, glucides, lipides), et ces substrats possèdent des vitesses de déplétion* et de réplétion* propres.





Source : utmbmontblanc (Instagram)

UTMB® : Que faire le jour J ?

Nous avons échangé dans notre dernier article sur l’approche des 15 derniers jours précédant la course. Rappelons qu’il s’agit d’une phase de récupération-régénération pendant laquelle on ne peut plus rien faire pour progresser. C’est donc une phase critique dans la mesure où le « trop de charges » peut avoir des effets contraires à ceux recherchés. Se faire confiance et réunir toutes ses énergies doit être la ligne de conduite à tenir, en savourant la chance de pouvoir participer à ces épreuves exceptionnelles de par leur histoire et leur environnement.

© sportpoint

Courses du Mont Blanc : Que faire les 15 derniers jours ?

Fin août à Chamonix et autour du Mont Blanc va se tenir le sommet mondial de l’ultra trail. Et il faut bien admettre qu’au fil des années, ce qui se fait de mieux dans le monde de l’ultra s’est donné rendez-vous ici, sous les feux des projecteurs de la presse spécialisée internationale.
OCC®, CCC®, TDS®, UTMB®, 4 courses qui vont permettre à l’élite mondiale et à pratiquement 10 000 passionnés d’en découdre sur cet objectif de l’année.

Crédit photo : Dirima

L’entraînement, c’est du sérieux !

Nous avons évoqué dans une série d’articles les sacro-saints principes d’entraînement qui mènent à la performance et qui permettent à chaque individu de progresser sans se blesser. Mais nous ne sommes pas toujours rentrés au cœur de l’entraînement des athlètes pour évoquer l’importance de la programmation et du suivi « strict » des séances programmées par l’entraîneur. Strict est écrit entre guillemets car l’athlète doit être en mesure d’adapter sa séance en fonction des conditions extérieures (température, vent, pluie, altitude …) et individuelles (niveau de fatigue centrale et périphérique). En effet, l’autonomisation de l’athlète doit être recherchée par les entraîneurs, à l’entraînement comme en compétition.
2 réactions

Crédit :  Daxiao Productions

Stratégie pré-ultra : course de préparation ou rando-course avant mon prochain ultra ?

La question se pose pour pratiquement tous les ultra traileurs au moment de la planification-programmation de la saison. A l’approche de mon objectif principal, dois-je plutôt programmer une compétition ou me concentrer sur mes entraînements en réalisant par exemple un stage ou un fameux week-end choc ? Voyons quelles réponses apporter à cette légitime problématique.

La sortie à jeun estivale, que du bonheur ! Marie Perrier

Les vacances justifient-elles une débauche d’entraînement ?

Youpi c’est les vacances ! On va pouvoir charger en toute liberté et se préparer aux courses estivales, et notamment aux ultras de la fin de l’été, que ce soit pour le Tour du Mont Blanc, l’UT4M ou encore le Grand Raid de la Réunion au début de l’automne. Pour autant, peut-on passer d’une activité modérée et rythmée par la vie professionnelle à une activité immodérée et apparemment sans contrainte, dans le but d’engranger les précieux kilomètres qui permettront d’aborder sereinement les futurs rendez-vous ? Cela demande de la réflexion et surtout le respect des sacro-saints principes d’entraînement dont la valeur ne fond pas au soleil estival.