Breast Cancer Hope Healthcare Believe Concept

Cancer : l’activité physique vous protège de ~15%

En 2018, 18,1 millions de personnes dans le monde étaient diagnostiquées atteintes d’un cancer ; 9,6 millions en sont décédées - dont ~150 000 en France - faisant du cancer la 2nde cause de mortalité. Cet article vise à présenter au lecteur un regard actuel sur l’état de la relation cancer - activité physique (AP).


Senior man and woman and young female instructor  workout on fresh air. Outdoor activities, healthy lifestyle, strong bodies, fit figures. Stylish, modern sportswear. Different generations

Force : quel déclin lié à l’âge et au sexe ?

Il nous attend tous, entraîné ou non, performant ou non, ambitieux ou non. Le déclin de performance est inéluctable avec les années. Qu’en est-il chez les hommes et les femmes sur une qualité physique comme la force ?

cetones

Cétones : une étude de plus… et toujours pas d’intérêt

Les composés cétoniques commencent à occuper le marché alors que leur intérêt sportif demeure inconsistant. Tandis que certains produits nutritionnels réussissent effectivement à apporter sur le tas la preuve de leur efficacité, la supplémentation en cétones reste aujourd’hui encore l’affaire d’une poignée d’études. Ce mois-ci, les résultats d’un nouveau protocole (parus dans Medicine and Science in Sports and Exercise) sont venus apportés de l’eau au moulin.


REUTERS/© Gustau Nacarino / Reuters

L’impact de la morphologie chez les nageurs de haut niveau

Qui n’a jamais entendu parler du physique des nageurs ? On entend souvent parler de nageurs « taillés en V » ou bien aux « larges épaules ». Aujourd’hui, lorsque l’on regarde les compétitions internationales de natation, cela n’échappe à personne que la plupart des nageurs sont grands et costauds. Jusqu’à présent, peu d’études avaient investigué l’impact de la morphologie chez les nageurs de haut niveau. Cet article dresse un résumé d’une étude publiée récemment dans une revue scientifique, avec l’aide de statisticiens du laboratoire IRMES (Institut de Recherche bio-Médicale et d'Epidémiologie du Sport) au sein de l’INSEP.


recupsante

Ration de récupération : que choisir ?

En rapprochant la nutrition sportive, la diététique et l’entraînement, on peut affiner les recommandations nutritionnelles globales. En particulier, à la question de savoir s’il faut opter pour des macronutriments comme les glucides en récupération, on peut répondre plus précisément quoi, combien et quand.

running_fatigue

Vous écoutez-vous trop ?

La fatigue musculaire, les courbatures et les petites douleurs faisant suite à des séances d’entraînement particulièrement poussées sont-elles uniquement la conséquence des dommages musculaires provoqués ? Pas si l’on en croit les conclusions d’une récente étude. Il semble en effet que la dimension mentale jouera un grand rôle dans la tolérance à la douleur…


Close-up medical syringe with a vaccine.

Dopage à Doha ?

Comme à chaque grand championnat, et ceci depuis plusieurs décennies, les mêmes questions vont se poser devant des performances exceptionnelles, des comportements trop dominateurs chez des sportifs depuis longtemps au premier plan ou, au contraire, l’apparition sur les podiums d’athlètes peu connus. Et devant la suspicion de dopage, les athlètes vont se défendre, comme depuis plusieurs décennies, en arguant du fait qu’ils ont été contrôlés à de nombreuses reprises dans l’année et que tous leurs contrôles sont revenus négatifs. Pour les observateurs et les spectateurs, qu’ils soient avertis ou simplement attentifs, la question pertinente de la crédibilité des contrôles antidopage va se poser. Les analyses sanguines, à travers le suivi biologique longitudinal et le passeport biologique de l’athlète, sont le plus souvent présentées comme « le fer de lance » de la lutte contre les tricheurs. Sur ce sujet précis, peut-on encore croire les organismes de lutte contre le dopage ? Pour mieux comprendre le suivi biologique et son évolution, voici quelques éléments historiques et techniques.

fotolia_92319577

Surmenage ou dépassement de soi : comment distinguer ?

Il est intuitif de penser que le surmenage est avant tout révélé par un changement dans le niveau de performance du sportif : qui ne peut soutenir la séance prévue est alors un profil possiblement surmené. Effectivement, cela fait partie des repères de choix autant dans les laboratoires de sport que sur le terrain.

douleur intestin - fotolia

Courir, c’est dans les tripes !

Le point de côté survient souvent de façon anodine et met clairement un frein à notre confort. On parvient à le réduire de façon plus ou moins rapide en contrôlant la ventilation et/ou en réduisant l’allure.
Idem, les douleurs à l’estomac peuvent survenir à l’effort. Si leurs causes sont davantage liées aux aliments ingérés (dose / timing / concentration en glucides), elles aussi peuvent se dissiper après quelques minutes d’effort.
En revanche, un autre problème de douleur au ventre, moins ponctuel et plus profond celui-là, peut radicalement nous empêcher de nous entraîner. Et pas seulement à l’échelle d’une séance… À l’échelle de tout un programme d’entraînement !
5 réactions

muscu_chaleur

Musculation et période de chaleur

Alors qu’au fil des années les chaleurs d’été deviennent particulièrement longues et éprouvantes, elles ne sont pas sans effet sur notre niveau d’endurance. D’un point de vue physiologique, la montée en température du corps à l’exercice entraîne une sollicitation cardiaque et énergétique supérieure, et compromet VO2max. D’un point de vue extérieur, elle dégrade les performances des traileurs, runners et cyclistes d’endurance.



Tired female athlete standing on running track

Comment votre corps apprend à mieux transpirer

On entend des gens dire « Je suis en nage ! Je manque vraiment d’entraînement… ». Et d’autres qui, au moindre effort, rougissent comme une tomate. Mais avez-vous remarqué que ces deux phénomènes (être rouge tomate, et suer abondamment) ne se manifestaient pas ensemble ? La raison est simple : ils s’inhibent l’un l’autre.

activite_sedentarite

Activité physique, temps assis et mortalité : prenez soin de vous !

Pour donner du crédit à l’activité physique, on parle souvent de choses complexes (la physiologie du cœur, du cerveau…). Pour discréditer son opposé, la sédentarité, il en est de même (ostéoporose, inactivité enzymatique…). Si l’on prend du recul sur ces explications complexes pour observer plus simplement des statistiques sur la mortalité – ce qui nous parle à tous, il faut l’avouer – le message reste tout aussi limpide et gagne même en impact. Principe d’ergonomie.