Enthésopathie droit fémoral

Bonjour, à la suite d’une blessure l’an dernier au genou, j’ai repris la course à pied cet été (juillet 2012).
Néanmoins, au fil des séances j’ai commencé à ressentir une sorte de gène dans la partie haute du quadriceps, j’ai fait un 10 km à la mi-août et a l’arrivée la douleur était telle que je boitais pour marcher.
Je suis donc allé passer une échographie, le médecin à diagnostiqué une enthésopathie du droit fémoral, après une longue coupure d’un mois 15 séances de kiné (ultrasons et massages transverses profonds) la douleur s’est un peu calmée mais je ressens toujours « une gêne » en haut du quadriceps notamment à l’étirement mais aussi lorsque je marche ou trottine en descente.

J’ai également essayé tous les remèdes anti-tendinite: cataplasmes d’argile, huiles essentielles (gaulthérie, hélycrise, menthe poivrée, eucalyptus citronné) mais sans effet.
Auriez-vous des conseils pour guérir de cette tendinite d’insertion,
je pratique le cross l’hiver et les courses en montagnes l’été mais cette tendinite m’a déjà couté la saison de cross…
Je vous remercie d’avance.

12 réponses à la question

  1. Bonjour,

    J’ai également une enthésopathie au 2 talons d’achille depuis juin 1986 et détecté janvier 2009

    Avant que je ne trouve LE médecin qui l’a découvert ma vie était devenue un enfer :
    Douleur 24/24 : nuit et jour
    Ma tête (moi) ne pensait qu’à ça
    Je ne rêvais plus en dormant
    Mon corps n’arrivait plus à récupérer pendant mes nuits
    1 verre d’alcool accentue (toujours) la douleur
    Etc, etc …..et la dernière année je ne pouvais plus poser mes talons parterre ….je marchais donc sur la pointe des pieds !!…..

    Donc depuis janvier 2009 j’ai des séances de kiné : 1 fois/semaine
    (je profite de faire un break l’été car avec la chaleur j’ai moins de douleurs)
    Je fais par alternance des massages profonds et des ondes de chocs
    Suivant le degré de douleur que tu peux avoir, les ondes de chocs peuvent être terribles mais au bout de qques séances on peut sentir une véritable amélioration

    Voila en qques lignes MON expérience …..mon calvaire n’est pas encore terminé car je suis toujours des séances de kiné ….et je n’ai toujours pas repris la course à pieds

    Bon courage
    Philippe

    Répondre
    • Bonsoir,
      Il serait intéressant de continuer les séances de kinésithérapie ajouter au traitement actuel des étirements du quadriceps, du travail excentrique sur le muscle, continuer les ondes de chocs, le massage profond restera aussi très important sans oublier de finir les séances par de la cryothérapie (vessie de glace).
      En complément, il y a l’électrostimulation afin de palier une diminution de la force musculaire.
      Maintenant, la fréquence des séances de kiné à raison de une fois par semaine me parait peu (2 à 3 séances peuvent améliorer la rééducation).
      Il y a aussi, l’isocinétisme qui pourrait vous aider.
      J’espère que cette réponse vous aidera.

      Répondre
  2. Bjrs Mbuy,

    Merci pour tes commentaires et infos
    Pour moi pas possible de mettre du froid cela me fait encore + mal
    Par contre je vais voir pour augmenter les séances de kiné /semaine

    Merci et bonne semaine
    Philippe

    Répondre
    • Bonjour,

      En tant que médecin du sport, il me manque deux ou trois éléments pour répondre de façon très précise à votre question :
      • quelle était la blessure au niveau de votre genou ?
      • votre âge
      • la localisation précise de votre douleur

      En effet, j’aurais compris une relation entre votre blessure au genou et votre douleur actuelle, si cette gêne se situait dans la partie basse du quadriceps, c’est-à-dire juste au-dessus de la rotule, au niveau du tendon quadricipital. Dans ce cas, il s’agirait d’une tendinite quadricipitale, classique. Cette tendinite, distale du quadriceps, n’est généralement pas très préoccupante et le traitement est centré sur les ondes de choc, les étirements du quadriceps, et quelques conseils dans votre activité de course (il faut supprimer, pendant quelque temps, la course en descente et privilégier le terrain plat).

      Mais, d’après votre description, vous souffrez de la partie haute du quadriceps, c’est-à-dire en haut de la cuisse, en regard de l’articulation de la hanche. Si c’est le cas, il ne me semble pas logique de voir une relation avec votre ancienne blessure du genou.

      Cette tendinite proximale du quadriceps ne pose pas vraiment de problème médical sérieux. En effet, il est rare que cette lésion tendineuse devienne réellement chronique et longue à guérir dans le temps. J’aurais, là également, privilégié un traitement par ondes de choc (à condition que votre kinésithérapeute soit équipé de ce matériel). Mais face à cette localisation (douleurs proximales du quadriceps), je pense qu’il faut revoir l’intégrité de toute la région inguinale et notamment faire un examen complet de la hanche (en fonction de votre âge, il faut être certain qu’une douleur de la racine de la cuisse ne soit pas un début d’arthropathie de hanche).

      Donc, mes conseils : vérifier la hanche, continuer à courir sur terrain plat car la tendinite proximale du quadriceps n’est pas une contre-indication formelle à la course à pied.

      Yannick Guillodo

      Répondre
  3. Bonjour,
    J’ai une gêne depuis plusieurs mois au niveau des insertions proximales des muscles fémoraux. Cette gêne était présente
    lors de mes séances de sport (quotidienne) Puis, la semaine dernière, j’ai senti pendant ma séance de sport que ça “tirait” plus qu’à l’habitude. Le lendemain je boitais. Puis la douleur est montée crescendo jusqu’à devenir insoutenable. Je ne pouvais plus marcher. J’ai pris de l’anti-inflammatoire pendant 4 jours et cela a fini par se calmer. Une semaine après je
    constate une amélioration mais je ne suis toujours pas sortie de chez moi (je
    peux me déplacer mais de là à marcher quelques minutes, c’est plus compliqué).

    J’ai fait une échographie dont les conclusions sont les suivantes: “présence des calcifications à des insertions proximales des muscles droits fémoraux pouvant correspondre à une enthésopathie du muscle fémoral droit et gauche.
    Que cela signifie t il ? Quel est le traitement adapté? Est-ce que des séances chez un kinésithérapeute sont nécessaires ? Combien
    de jours de repos nécessaires? Je vous remercie par avance pour votre aide.
    Bien Cordialement

    Répondre
    • Bonjour,
      Merci pour vote confiance.
      Les douleurs que vous décrivez et la gêne fonctionnelle qui en découle (je ne peux pas sortir de chez moi…) me semblent très importantes.
      En révélant la présence de calcifications, l’échographie est en faveur d’une tendinopathie à l’insertion des muscles grands droits sur le bassin.
      Mais, en général, cette forme de tendinopathie, si elle est douloureuse, n’empêche pas les sportifs de sortir de leur domicile.
      Je me permets donc de vous conseiller de faire une radiographie du bassin et du rachis lombaire pour éliminer une atteinte osseuse qui expliquerait mieux l’importance de vos douleurs.
      Oui, il faudrait que vous soyez prise en charge par un kinésithérapeute car il vous orientera dans la rééducation et vous aidera à surmonter cet épisode douloureux.
      Tenez-nous au courant.
      Cordialement
      Dr J.Pruvost

      Répondre
  4. Bonjour,

    Suite échographie tendinopathie aigue mécanique du muscle moyen glutéal et enthésopathie calcifiante tendon direct du muscle antérieur droit, pas de douleur mais une gène en haut de la cuisse notamment le levé de jambe même en marchant. J’ai commencé du kiné avec des ondes de chocs, puis-je continuer à courir sur du plat et à faible allure? le vélo est-il conseillé? quelle est la durée moyenne pour que cette géne disparaisse.
    Cordialement

    Répondre
    • Bonjour,
      Les tendinopathies du muscle moyen glutéal ne sont heureusement pas très fréquentes chez le coureur à pied. Et même si actuellement le diagnostic est plus précis et les traitements mieux codifiés, ces tendinopathies sont toujours complexes à prendre en charge.
      Oui pour les ondes de choc mais le traitement de rééducation doit être accompagné d’un renforcement et d’étirements des muscles glutéaux et des muscles fessiers.
      Car ces muscles ont un rôle essentiel dans le travail de stabilisation et d’horizontalisation du bassin en course à pied.
      Aussi, tant que les douleurs sont présentes à la mobilisation de la hanche, il serait plus raisonnable de vous limiter à la pratique du vélo en salle ou sur route.
      Il est difficile de vous donner une date précise pour la reprise de la course à pied.
      Les tendinopathies du muscle glutéal et du droit antérieur sont parfois très sensibles pendant plusieurs semaines et mieux vaut reprendre la course sur le plat lorsqu’elles sont véritablement indolores.
      Soyez patient et prudent. Et, avec le soutien de votre kinésithérapeute, profitez de cet arrêt momentané du running pour améliorer la qualité de vos appuis au niveau des pieds.
      Vous trouverez sur notre site les exercices à réaliser dans l’article : « Les appuis en course à pied. Quels muscles renforcer pour améliorer ses performances et moins se blesser ».
      Tenez-nous au courant ( mais sans courir pendant 4 à 6 semaines…).
      Cordialement.
      Dr J.Pruvost

      Répondre
      • Bonjour, je ne m’en sors pas suite kiné et pas de course à pied sauf reprise vélo j’ai repris au bout de 4 semaines la cap à une allure plus que modérée, d’abord 3 kms puis 2 sorties de 5 kms et la dernière sortie de 7 kms, cette fois ci plus la gène mais douleur toujours au niveau de l’aine non pas au montée de genou mais en descente de la jambe, refait une écho ras et refait une autre écho chez un autre radiologue et autre diagnostic mais pour moi et mon kiné pas très clair donc repos de nouveau et du kiné ci-dessous CR de l’écho :
        ECHOGRAPHIE INGUINALE DE LA CUISSE ET DE LA FESSE DROITE
        INDICATION :
        Douleurs lors de la course à pied et sensation d’ enraidissement
        RESULTATS :
        Présence de calcifications douloureuses au passage de la sonde de l’insertion du tendon direct du
        quadriceps sur l’épine iliaque antérieure.
        Majoration des douleurs par les manoeuvres contre résistance.
        Aspect contracté du quadriceps avec douleur lors de l’extension contrariée du genou.
        Pas d’épanchement articulaire coxofémoral. Pas de lésion des adducteurs.
        Diminution d’épaisseur du tendon moyen glutéal par rapport à l’examen précédent
        CONCLUSION :
        Tendinopathie calcifiante du quadriceps.
        Contracture du quadriceps.
        Amélioration de la tendinopathie du moyen glutéal

        C’est embêtant car je n’ai jamais eu de soucis de cette ordre et surtout je n’arrive pas à avoir un diagnostic clair et fiable pour expliquer d’où vient cette douleur et mettre un protocole en place.
        J’envisage de consulter un médecin du sport mais personne dans l’oise et sur Paris c’est difficile d’obtenir un rdv et je n’en connais pas.
        Dans l’attente de votre avis, merci.

        Répondre
  5. Bonjour,

    J’ai eu une blessure un peu similaire à la vôtre, inflammation de l’articulation sacro-iliaque avec enthésopathie du tendon du droit fémoral. J’ai mis plus de 8 mois à m’en remettre avec beaucoup de repos, mobilisation de la hanche, étirements, massage, ostéopathe et reprise très progressive. Au moment le plus douleurs, je pouvais à peine marcher et tout comme vous malgré les résultats d’examens médicaux, les médecins peinaient à me dire à quoi était dû cette blessure et comment la soigner. Pour moi ce qui a beaucoup aidé, c’est les étirements de la hanche (position du chevalier servant) avec élastique afin de bien ouvrir la hanche et étirer les fléchisseurs de hanche, ainsi que la boxe thaï car on améliore fortement la mobilité de la hanche. Je vous souhaite bon courage et un bon rétablissement.

    Répondre
  6. Bonjour,

    Je me suis blesser suite à un exercice trop brusque( ramener ma jambe au niveau de ma tête , sans m’étirer puis sa à craquer) je pensais que s’allait passer au bout de 1semaine sauf que cela fait 2 ans bientôt que j’en souffre . J’ai donc fait de la kiné avec ultra sonde etc qui ne savait pas ce que j’avais ( 10 séances ) l’année dernière, j’ai du arrêter le taekwondo et d’autres activité…
    J’ai fait une écographie cette année et ils ont détecté : légère bascule gauche du bassin de 8 mm .
    J’ai donc fait une séance chez l’ostéopathe aujourd’hui et il m’a appuyer au niveau des muscles iliaque ( psoas?) ou j’y est ressentit des douleurs de l’ordre du 9/10 ! Par comparaison à la hanche gauche ce n’était pas si doulereux.

    Petit problème qui s’est ajouter depuis 1 mois maintenant , c’est le genou droit … Je décrirai pas ca comme douloureux mais plutôt comme inconfortable .

    Mon ostéopathe ma donc diagnostiquer d’une forte possibilité de Tendinite droit fémorale droit .

    Je vais donc commencer les séances chez le kiné en septembre mais j’ai peur d’être « handicapé » par cette douleur plus longtemps…

    Qu’en pensez vous ? Avez vous des conseils ? Combien de temps encore avant que je ne ressente 0 douleur et que peux reprendre mes activités sportives ? Des exercices ? Est il POSSIBLE de plus avoir de douleur ?

    Merci d’avance!!

    Répondre
    • Bonjour,
      L’exercice trop brusque que vous décrivez a sans doute été responsable d’une lésion importante au niveau du bassin et/ou de la hanche et/ou de l’insertion du tendon commun des ischio-jambiers sur le bassin.
      Il me semble important que vous consultiez un véritable médecin du sport qui va examiner votre bassin, vos hanches et tester les différents muscles du bassin et de la hanche.
      Dans ma longue expérience de l’exercice de la médecine du sport, j’ai vu de gros dégâts osseux ou tendineux déclenché par le type d’exercice que vous décrivez.
      L’échographie est un examen souvent faussement rassurant dans votre cas.
      Il me semble donc important d’envisager au minimum des radiographies du bassin, et sans doute un scanner ou une IRM du bassin, pour comprendre deux ans après ce qui s’est réellement passé au niveau osseux, articulaire ou tendineux.
      Ce n’est que lorsque nous aurons un véritable diagnostic lésionnel que nous pourrons vous orienter au niveau des activités sportives.
      Tenez-nous au courant.
      Cordialement
      Dr J.Pruvost

      Répondre

Réagissez