Man running on high mountain trail

Développer sa force (Part V) : la planification

Voici le 5ème article sur la problématique de la force. Après avoir montré l’importance de cette qualité chez les coureurs de trail et course de montagne, nous avons expliqué comment développer la force maximale et l’endurance de force, sans négliger la force explosive et la puissance-force en complément. Bien entendu, il faudrait davantage d’articles pour montrer la large panoplie d’exercices à réaliser, au poids du corps ou avec charges. Mais comme nous l’avons répété, il est judicieux de se rapprocher d’un préparateur physique diplômé pour planifier, programmer et réaliser les séances de renforcement musculaire à visée d’amélioration de la performance et de prévention des blessures.
1 réaction

forcetrail4

Développer sa force (Part IV)

Avant d’entrevoir la planification annuelle du travail de la force, revenons sur 2 catégories de force que nous n’avons pas détaillé, et sur une modalité d’exercices : le circuit-training. L’analyse de l’activité trail démontre que l’endurance de force est la qualité première à développer et acquérir. Mais nous avons vu que l’endurance de force est dépendante de la force maximale, définie dans l’article 1. Dans le même ordre d’idée, le développement de la force explosive (dont fait partie la pliométrie) et de la force-vitesse, ne serait-il pas judicieux pour améliorer la performance globale de l’athlète ? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

Runners. Young people  trail running on a mountain path. Adventure trail running on a mountain. Runners receive injuries from running trails on a mountain

Développer sa force (Part III)

Dans les 2 précédents articles, nous avons défini la force et les intérêts de développer cette qualité, puis nous avons déterminé les paramètres à prendre en compte dans la programmation d’une séance, et notamment le fameux 1 RM. Aujourd’hui, nous poussons un peu plus loin en proposant des séances tenant compte des paramètres étudiés, et destinés à développer la force maximale et l’endurance de force. 9 réactions


male runner running

Développer sa force (Part I)

En trail et en course de montagne, nous avons de nombreuses fois souligné l’importance de la qualité de force dans la performance. Pour les non-connaisseurs qui en doutent encore, placez-vous au pied d’une montagne et gravissez le plus vite possible 1000m de dénivelé positif sur une distance de 3 à 5 kilomètres. Puis selon votre spécialité, imaginez répéter cet effort entre 1 et 10 fois, en ‘’récupérant’’ dans des descentes où il faudra freiner et résister à la déformation. Très vite, vous comprendrez que la force est première dans l’activité trail, et que le cardio sans la force n’est pas grand-chose.
5 réactions

Woman in the gym . Woman exercising in gym with olympic barbell

Méthode lourd/léger ou méthode bulgare adaptée à deux exercices clés

Cette méthode sert au développement de la puissance musculaire (force x vitesse). On se sert de cette phase d’entrainement pour gagner en explosivité. Les athlètes l’utilisent après une phase orientée sur la force pour la convertir, mais elle peut être utilisée afin de gagner en vitesse pour les sprints finaux par exemple ou les trails ou en encore les parcours d’obstacles.
1 réaction


Source - Fotolia

Femmes-Hommes : des écarts incompressibles ?

La semaine dernière, nous avons évoqué les écarts entre les femmes et les hommes concernant les records de l’athlétisme du 100m au marathon. Quelles que soient les distances, ces écarts se sont stabilisés entre 9 et 11%. Ils permettent donc de comparer les niveaux de performances selon le genre pour toutes les courses : montagne, trail et route. Avec l’écart entre le 1er et le 10ème de chaque épreuve, pour les hommes comme pour les femmes, nous avons également un outil pour mesurer la densité de performance et comparer les épreuves entre elles.
La question à présent est de savoir pourquoi il existe des écarts apparemment incompressibles entre les sexes, et quelle est la particularité des différences intersexuelles par rapport aux différences interindividuelles. Pour cela, intéressons-nous aux données cardiovasculaires, musculaires, à la masse grasse et aux habiletés psychologiques.


Source - Fotolia

Alors ! Êtes-vous souple, coordonné(e), équilibré(e) ? Testez-vous sur ce simple exercice !

L’exercice que nous vous suggérons de réaliser est simple à comprendre mais il peut être plus ou moins facile / difficile à réaliser. Nous dirons qu’il est relativement complet dans le sens où il fait appel de façon simultanée à un certain de nombre de ressources psychomotrices et motrices (les muscles adducteurs sont très concernés par ce type de travail).