Sportifs de plus de 50 ans : Faut-il une alimentation spécifique ?

Diététique du sportif débutant : Savoir récupérer

De notre « mode de vie moderne mais sédentaire » émergent des sensations de fatigue, d’épuisement, de mal-être, voire de maladies chroniques (diabète de type 2, maladies cardio-vasculaires,…). Nombre d’entre vous souhaitent y échapper par la reprise de l’activité physique. Bravo ! La pratique d’exercices présente de nombreux bienfaits mais il faut aussi penser à son alimentation pour optimiser la récupération après l’effort.

© georgerudy

Quelles protéines manger pour mieux récupérer ?

Le meilleur choix de source de protéines pour récupérer au mieux est un sujet souvent débattu. Deux questions seront principalement soulevées : les sources de protéines provenant de source animale ou de végétaux diffèrent-elles dans leurs capacités à favoriser la récupération après l’entraînement et quelles seront les aliments à privilégier ?

Mieux dormir pour mieux performer

Mieux dormir pour performer !

On ne sait pas encore clairement pourquoi en dort, mais on sait que le sommeil est le facteur n°1 de notre récupération. Faisons un point sur cette activité qui nous occupe 1/3 de notre vie.

Source - Fotolia

Comment mieux récupérer grâce à son assiette !

On se concentre souvent sur « LA » séance d’entraînement. Mais on en oublie trop que le but de celle-ci est de s’y adapter. Or, pour remplir cet objectif au mieux il sera important d’en récupérer pour pouvoir enchaîner avec les séances suivantes et donc maximiser les phases de préparation. L’un des moyens les plus efficaces pour récupérer sera la combinaison nutrition/hydratation/sommeil. Pour les deux premières solutions, certains auront leur shaker tout prêt à consommer à l’issue de chaque série. Pourtant, très souvent de bons choix nutritionnels pourront contribuer à une stratégie de récupération optimale.

1 réaction


Source - Fotolia

Jus de Cerise : la solution miracle pour la récupération ?

Ces dernières années, nous avons vu un intérêt croissant pour ce que l’on appelle les « aliments fonctionnels » ou « super aliments ». Ces aliments sont censés présenter des avantages supplémentaires pour la santé au-delà du simple contenu calorique. Examinons le cas du jus de cerise, avec notre expert Anaël Aubry.

Source - Fotolia

Quelles échelles de ressenti pour s’entraîner ?

Les échelles de sensation recueillent de la subjectivité. Par définition, elles peuvent donc omettre certains facteurs essentiels comme en refléter d’autres estimés sans importance. Ainsi, elles sont partielles. Pourtant, dès lors que l’individu interpellé par cet outil s’y adonne consciencieusement, les mesures réalisées peuvent devenir cruciales. Prévention de la blessure, qualité de récupération, satisfaction liée à l’entraînement… s’en trouvent toujours améliorés. C’est démontré. Le lien avec la performance est alors tout tracé. Voici quelques-unes des échelles couramment utilisées dans le monde de l’entraînement (en endurance notamment) pour réaliser un suivi de l’état de forme d’un athlète.


Source - Fotolia

Quel entraînement pour perdre du poids ?

A l’écriture de cet article nous sortons des fêtes de fin d’année. Pour beaucoup de Français la bonne résolution de la nouvelle année a été de faire du sport plus régulièrement. Bien être mental et/ou physique, lâché prise et perte de poids seront les principaux objectifs de cette décision. Pour ce dernier objectif, nous entendrons le plus souvent que cela devra passer par des efforts d’endurance relativement longs mais surtout à basse intensité. Et oui, nous savons que le taux optimal d’oxydation des lipides (graisses) se situe entre 60 et 70% de VO2max. Oui c’est un fait, à basse intensité nous tapons principalement dans les graisses… Cette constatation est donc devenue assez universelle et vos pairs vous dirons souvent « tu veux perdre du poids ? Privilégie des footings longs et lents ou encore des sorties longues à vélo » Vous allez voir que ce n’est pourtant pas si vrai et que ce mythe n’est pas l’exacte vérité !

Source - Fotolia

Trail : Que faire à l’entraînement selon mon niveau d’expertise ?

Au sein d’une discipline toujours en plein essor, il n’est pas simple de trouver des repères et de savoir quoi travailler à l’entraînement. En effet, les facteurs de performance en trail sont multiples. Il ne s’agit pas de s’intéresser uniquement aux facteurs cardio-vasculaires mais aussi de développer les facteurs techniques, structurels, stratégiques et nutritionnels.



Source - Fotolia

Diminuez votre Stress (2ème partie)

Aujourd’hui, nous le savons, le stress est responsable de nombreux maux. En sport il peut agir négativement le jour de la compétition ou en amont en mettant à mal, par exemple, le système immunitaire. Mais il n’est pas une fatalité. Dans ce dossier de plusieurs articles, nous verrons quels outils permettent de diminuer le niveau de stress chez l’individu. Dans ce second billet nous nous intéresserons au « lâcher prise», à l’importance de la parole et à l’exercice de la relaxation !




RECUPERATION DEUTSCH 2

Les fondamentaux : Planifiez le repos !

Dans un précédent article nous avons explorer les dix fondamentaux qui permettent de programmer un entraînement efficace. Pour aller encore plus loin, nous vous proposons un focus pour chaque élément clé de la programmation. Dans ce billet c’est la planification du repos que l’on va détailler !