Petits plats mijotés anti-grisaille

Ne boudez ni les matières grasses ni les sauces

Tour d'horizon des plats hivernaux en sauce pour garder le sourire.

Boeuf bourguignon

Saison de silences froids, de températures rudes, de vents tourmentés, l’hiver est arrivé. Vous ne rêvez que d’une chose à votre retour d’entraînement : un bon plat chaud pour vous réchauffer.

Des a priori

Trop gras, trop longs à préparer, les plats en sauce sont souvent les oubliés des tables des sportifs. Les préjugés tenaces planent au-dessus des cocotes fumantes et des plats mijotés !

Trop gras à manger ?

Ne vous brouillez pas avec les matières grasses. Elles sont essentielles à la cuisine et  à la bonne santé. Pot au feu, poulet basquaise,  mitonnée de veau aux carottes…, des plats à déguster sans exagérer les cuillerées d’huile ou les noix de beurre. Reprenez la recette héritée de votre grand-mère et diminuez… un peu les matières grasses d’ajout pour ne pas vous compromettre.

Trop longs à préparer ?

Bœuf bourguignon, lapin aux pruneaux, blanquette de veau…, des recettes qui n’exigent pas des heures de préparation (hormis l’épluchage des légumes !). Seule leur cuisson à feu doux dure parfois des heures…, mais des heures à embaumer votre cuisine d’odeurs merveilleuses qui mettent l’eau à la bouche. Une fois mitonnés, ils vous rendront la vie facile. Réchauffés le lendemain, ils gagnent encore en saveur. Congelés, ils se conservent fort bien et peuvent être préparés à l’avance. Les soirs de grande fatigue, il suffit d’ouvrir une barquette pour se régaler et bien récupérer.

Et vous quelles sont vos recettes préférées ?

2 réaction à cet article

  1. Toutefois, je pense qu’il faut deconseiller ce genre de plats avant une course mais également(surtout?) après.

    Répondre
  2. Vous avez, ces petits plats en cocotte n’ont pas leur place sur la table d’un repas juste avant une épreuve… mais la vie alimentaire du sportif est longue… Consommés de temps en temps, ces plats mitonnés sauront réchauffer et réconforter les organismes endoloris par les entrainements hivernaux. Si certaines préparations vous paraissent trop grasses, limitez les quantités de beurre ou d’huile indiquées dans la recette.
    Bons entrainements… et bon appétit!
    Dominique POULAIN

    De plus, notez que cet article figure dans la rubrique « Manger équilibré » et non diététique de l’effort ! :)- La rédaction

    Répondre

Réagissez