Tendinite d’insertion du gastrocnémien latéral : que faire ?

Une pathologie assez rare

Un internaute souffre d'une tendinite d'insertion du gastrocnémien latéral. Gêné par cette douleur au mollet, il demande conseils à Yannick Guillodo, médecin du sport. Sa réponse.

Question : Bonjour. Je souffre depuis peu d’une tendinite de l’insertion haute du gastrocnémien latéral qui m’oblige à stopper la course à pied pendant 15 jours. Que puis-je faire comme autre sport et exercices pour ne pas trop perdre ?

La réponse de Yannick Guillodo, médecin

Je suis très étonné de votre pathologie. Comment a été fait ce diagnostic ? Car les tendinites d’insertion du gastrocnémien latéral sont d’une très grande rareté. La faiblesse de ce muscle se situe plutôt en portion distale. En effet, en pathologie du sport, la désinsertion distale du gastrocnémien latéral est assez classique : c’est le tennis-leg. Il s’agit d’une douleur brutale, en plein milieu du mollet,  qui survient principalement à la course, chez des sportifs de plus de 40 ans.

La douleur proximale de ce muscle est très rarement décrite en pathologie du sport. Mais lorsque que l’on souffre de cette région (douleur à l’arrière du genou, portion latérale, externe), il s’agit le plus souvent une tendinite du poplité.

Je remets donc beaucoup en doute votre diagnostic de tendinite du gastrocnémien. Je pense que vous souffrez plutôt d’une tendinite du poplité ou d’une autre pathologie postérieure du genou (tendinite biceps, lésion méniscale latérale, …).

De toute façon, les tendinopathies de l’arrière du genou (poplité, ischio-jambiers) ne contre-indiquent pas la pratique de la course à pied. Il faut par contre, systématiquement, étirer la chaîne postérieure, après la pratique sportive (étirement des ischio-jambiers, du triceps sural). Il faut également privilégier la pratique en terrain plat (éviter les parcours trop vallonnés).

Bien évidemment, comme vous me le demandez, on peut opter pour une autre pratique sportive : la pratique du vélo peut s’envisager, sans oublier les étirements, en fin d’effort.

Pour conclure, continuez la pratique de la course, en privilégiant les étirements en fin d’effort et consulter un médecin du sport, si la douleur persiste. Car, comme je vous l’ai dit et je vous le répète, le diagnostic que vous me donnez apparaît fortement improbable. Il faut examiner votre genou et affirmer qu’il n’existe aucune pathologie intra articulaire (ménisque externe). Il faut tester les muscles ischio-jambiers et le muscle poplité. Il faut aussi éliminer une sciatique tronquée …

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

Réagissez