Microbiote intestinal, la nouvelle communauté sportive !

Le sportif n’est pas seul lorsqu’il court,…. Son tube digestif abrite des organismes microscopiques protecteurs 100 fois plus nombreux que ses propres cellules. La corrélation entre la «richesse» génétique du microbiote intestinal et la santé donne l’envie d’en prendre soin… par l’alimentation !!!

Source - Fotolia
Source - Fotolia

L’Homo microbicus

Des milliards de micro-organismes,… ils sont 100 000 milliards à peupler notre intestin, soit 2 à 10 fois plus que le nombre de cellules constituant notre propre corps. Bactéries les plus abondantes, mais aussi virus et champignons non pathogènes forment une communauté importante propre à chaque sportif. Ce microbiote est notre carte d’identité digestive. Il est unique à l’image des empreintes digitales ou d’une paire de running personnelle!

 

Lourd de cet écosystème microbien vital à notre santé, notre Homo microbicus héberge un microbiote intestinal pouvant peser jusqu’à deux kilos.

Nos locataires dynamiques l’aiment notre intestin, bercés par les mouvements péristaltiques¹  du tube digestif, bien à l’abri dans la tiédeur environnante. Et, ils nous le rendent bien en travaillant avec et pour nous, incognito. Bien loin d’être hostiles, ils sont des alliés indispensables et fonctionnels.

 

Intestin et Microbiote : Partage des forces

Collaboration active entre nos cellules digestives et nos bactéries intestinales, interactions constantes et mutuelles, permettent de protéger le bon fonctionnement de notre organisme.  Le microbiote intestinal assure un grand nombre de fonctions biologiques qui participent à notre santé :

  • Participe à la digestion : Véritable usine, le microbiote est indispensable à l’assimilation des fibres et des sucres complexes. Nos propres cellules intestinales n’ont pas l’équipement enzymatique pour tout digérer. Une partie de ce qui n’aura pas été absorbé va être utilisée par les bactéries intestinales. Elles décomposent à notre place les fibres, et divers sucres non digestibles, puis les transforment en nutriments indispensables et facilement réabsorbables.
  • Synthétise et fournit une petite lichette de vitamines B 9, B 12, ou de vitamine K nécessaire à la coagulation sanguine
  • Renforce notre protection face aux infections par l’extermination des bactéries extérieures suspectes, la désagrégation de leurs toxines, le massacre des microbes potentiellement dangereux,… Ne soyons pas étonné par la localisation de la majeure partie de notre système immunitaire (80 %) dans notre intestin !

 

La diversité bactériologique assure la stabilité et les performances du microbiote. Encore faut-il bien le nourrir !

 

Alimentation, Activité physique et Microbiote : le trio gagnant

Notre nourriture influe sur la composition de la flore intestinale. Pour s’offrir ces micro-organismes équilibrés en qualité et en quantité, il faut assurer un environnement alimentaire varié et qualitatif. Pour exemple, des journées exemptes de fruits et légumes perturbent la survie des bactéries spécifiques de la digestion des fibres végétales. Un déséquilibre du microbiote peut engendrer des déficiences nutritionnelles, voire des problèmes de santé si les repas persévèrent en alimentation ultra-ultra transformée.  

Avant de vous lancer dans la course vers le premier probiotique, pensez d’abord à ajuster et optimiser votre nutrition quotidienne. C’est la base. Nos aliments comptent parmi les facteurs les plus influents sur nos bactéries. La très grande majorité des produits sur le marché des compléments alimentaires n’a pas prouvé leurs effets promis sur l’étiquetage.

Et, sans oublier l’activité physique qui s’avère efficace pour soulager certains mécanismes de survenue du syndrome du colon irritable par anomalie du microbiote digestif.

 

Microbiote, assistant digestif, mais des études intéressantes sont en cours pour comprendre ses rôles sur nos sensations de satiété,….  

¹ Le péristaltisme intestinal est l’ensemble des contractions musculaires qui parcourt le tube digestif afin d’assurer la progression des aliments ingérés

 

Dominique POULAIN, Diététicienne nutritionniste du Sport. http://www.nutritionniste-dieteticien.fr

Sources :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4615660/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21206488

 

Réagissez