Bien dans sa tête, bien dans sa perf : le soutien du CIO aux athlètes

Le Comité International Olympique (CI0) en fait l’un de ses chevaux de bataille. Le bien-être psychologique n’est effectivement pas une mince affaire pour des sportifs élites soumis quotidiennement à de multiples tensions (alimentation, blessure, carrière, fatigue, etc.).
Pour répondre à cette problématique, un consensus a donc été récemment publié. Suivez le guide.

gettyimages-679545756

Alors que nous approchons de l’événement majeur des Jeux Olympiques, les athlètes se préparent à cette compétition dans les moindres détails.

Routines, renforcement des automatismes, gestion du stress, travail de l’attention… Leur « mental » est mis à rude épreuve. (Beaucoup) Plus qu’on ne pourrait le croire.

 

Les athlètes élites ne sont pas épargnés par les « troubles mentaux », au contraire. Ils en souffrent dans des proportions similaires, voire supérieures (ex, pour les troubles de l’alimentation) à la population générale – alors que l’on pourrait penser l’inverse étant donné la culture de « rigueur » et de « bonne forme » dans laquelle ils vivent.

Cette proportion s’explique surtout par des facteurs contextuels : durée d’entraînement VS. brièveté de la compétition, exposition à la blessure, stigmatisation des problématiques de santé mentale, reconversion…

 

Dans ce contexte, malheureusement, la confusion peut aisément survenir pour celui s’aventurant à diagnostiquer un/des troubles mentaux chez le sportif, car la limite est fine entre ce qui relève des besoins de performance et ce qui est de l’ordre du symptôme mental.

 

Par exemple :

les troubles anxieux ne sont pas forcément incompatibles avec l’état mental de recherche de performance en compétition ;

les troubles de l’alimentation peuvent être difficiles à discerner de la rigueur des habitudes nécessaires à la performance ;

le mode de vie des athlètes d’élite entraîne généralement une privation de sommeil qui augmente le risque de symptômes ;

 

Dans ce contexte, et à l’approche d’un événement aussi rare et emblématique que les Jeux Olympiques, le CIO a souhaité établir un consensus relatif à l’état de santé mentale des athlètes élites, aux moyens à mettre à leur disposition et aux perspectives à opérer.

 

Voici le résultat illustré de ces travaux :

TROUBLES 1

 

 

TROUBLES 2

 

Source : Reardon, Hainline, Aron et al. BJSM, 2020

Réagissez