Comment gérer le régime alimentaire de la dernière semaine d’une compétition ?

Que de questions à quelques jours d'une compétition. Suis-je prêt(e) ? Suis-je bien équipé(e) ? ET surtout que dois-je manger ? Petit rappel des règles.

Cereales-Legumes

La dernière semaine avant une compétition, on constate chez certains coureurs une attitude teintée d’indifférence. D’autres, au contraire, vont tout faire pour finement huiler la machine jusqu’à devenir eux-mêmes une machine, s’interrogeant sur les derniers ajustements et ce, jusqu’au départ de la course-même. L’alimentation faisant partie de la dernière ligne droite de la préparation. L’objectif étant de ne pas se louper.

La veille d’une compétition

Ne rien changer à ses habitudes nutritionnelles n’est pas mauvais en soi. Surtout avec l’expérience et une idée toute personnelle de ce qu’il faut manger la veille d’une course. Parfois à des lieux de ce qui est communément admis. Cela marche ? Tant mieux ! Mais si vous vous posez encore quelques questions, voici les dernières recommandations à adopter pour vivre au mieux votre marathon. La priorité reposant sur le confort à la fois digestif et psychologique.

La charge glycogénique

Aujourd’hui, on considère que l’essentiel de la charge glycogénique se fait deux à trois jours avant. Avec une séance courte et rythmée au préalable pour vider le carburant musculaire. Au retour, une collation sera prévue type banane, dattes, amandes, noix, raisins ou abricots secs, yaourt sucré, pain, barre hyperprotéinée, si le repas est différé.
Puis durant 24 h, en parallèle du repos, on force légèrement sur les glucides complexes : riz, quinoa ou patates douces en plat principal, dessert avec féculents (ex : pain perdu aux fruits rouges), viande maigre ou poisson, légumes digestes (avocat, épinards, betteraves, carottes, haricots verts).
24 heures avant la course, l’alimentation redevient normoglucidique.

Pour les hypertendus, restez basique mais ne sautez pas de repas.

Et n’oubliez pas que l’hydratation est primordiale tout au long de cette dernière semaine de préparation.

 

Enfin le jour J, le petit-déjeuner reste une option sur mesure. Léger et digeste pour certains mais énergétique (gâteau de l’effort), il peut être traditionnel et complet pour d’autres coureurs (règle des 3 heures de digestion à respecter). 

Bonne course, à tous !

 

1 réaction à cet article

  1. Le Pain Essène, avant une course cycliste, possible ou trop riche en fibres. Je suis assez sensible dans ce domaine.

    Répondre

Réagissez