Chaussettes et manchons de compression : Quels bénéfices pour les coureurs à pied ?

Si les échanges de conseils concernant les chaussures sont quotidiens depuis des décennies dans les pelotons de coureurs à pied, les discussions concernant les chaussettes et les manchons sont actuellement très présentes car ces vêtements de compression sont utilisés fréquemment notamment chez les trailers. Explications.

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Effets de mode et impact essentiellement psychologique ou effets réels sur la performance et la récupération ? Nous allons tenter de montrer que les effets de ces vêtements de compression (chaussettes, manchons, collants) sont très positifs même s’ils dépendent beaucoup du type de la pratique sportive et des caractéristiques individuelles de chaque coureur.

Tous les produits Chaussettes et Manchons de Compression sur notre site www.lepape.com

 

Pression veineuse et compression veineuse au repos

Chez un sportif au repos en position debout, la pression intraveineuse au niveau des chevilles est de 100 mm de mercure alors qu’elle se situe aux environs de 15 mm de mercure en position couchée. Cette pression veineuse élevée conduit à la distension des veines superficielles et profondes. Les veines superficielles visibles à l’oeil nu drainent 10 pour cent du retour veineux alors que les veines profondes invisibles en drainent 90 pour cent. Une compression moyenne de 20 mm de mercure au niveau de la jambe permet amplement de limiter la distension veineuse au repos.

 

Qu’en est-il lors de l’exercice ?

Pendant un exercice de course, la pression veineuse à l’intérieur des compartiments musculaires de la jambe peut atteindre 200 mm de mercure. Les chaussettes et manchons, en apportant en moyenne une compression de 20 mm de mercure au niveau des jambes, n’influencent donc que faiblement la pression veineuse au niveau du réseau veineux profond. Ces vêtements de compression auraient-ils d’autres effets qu’un simple impact sur la circulation veineuse ?

 

Source - Fotolia
Source – Fotolia

Vêtements de compression, performance et sports de force-vitesse

Les performances sur un seul exercice de sprint ne semblent pas être améliorées par le port de contentions au niveau des jambes mais des améliorations peuvent être observées sur des séries d’exercices intenses avec récupération courte. Ces gains de performance sont attribués à l’association d’un effet hémodynamique, augmentation du retour veineux et rapidité d’élimination de l’acide lactique, et d’un effet neuro-moteur, amélioration de la coordination et de l’équilibre au niveau des membres inférieurs.

 

Le rôle de la qualité des manchons et chaussettes de compression

Pour que ces chaussettes et manchons de compression soient réellement efficaces, il est recommandé d’utiliser du « sur-mesure » car la longueur des jambes peuvent largement varier d’un coureur ou d’une coureuse à l’autre. Les scientifiques et les fabricants recommandent aussi d’utiliser des vêtements de compression qui appliquent une compression dégressive en partant de la cheville vers le haut de la jambe. Attention, les chaussettes et les manchons trop compressifs ou mal adaptés à la longueur des jambes peuvent être mal tolérés et avoir un effet négatif sur la performance.

 

Vêtements de compression et récupération

Si les effets des vêtements de compression sur la performance semblent limités chez les coureurs d’endurance, leurs effets sur la récupération sont indiscutables. De nombreuses études montrent en effet une nette diminution des douleurs de jambes et de la récupération musculaire dans les 24-48 heures après un exercice difficile ou prolongé. L’amélioration de la récupération est patente lorsque les sportifs portent les vêtements de compression dés l’arrêt de l’exercice et pendant les 12 à 24 heures qui suivent cet exercice. Par exemple, de très bons résultats sur les douleurs musculaires et la récupération générale ont été obtenus chez des coureurs à pied qui se sont astreints à porter des collants longs de compression dans les 24 heures qui ont suivi un marathon.

 

Amélioration de la récupération par la compression : quelles explications ?

La compression, nous l’avons vu plus haut, améliore le retour veineux superficiel et profond mais, en améliorant aussi le retour lymphatique, diminue les oedèmes et les sensations de jambes lourdes après les exercices intenses ou de longue durée. Il s’agit donc d’un effet dynamique sur la circulation veineuse et lymphatique. Par un effet thermique, le port de vêtement de compression permet de garder une température musculaire élevée après l’exercice et, de ce fait, être favorable à la récupération.

Source - Fotolia
Source – Fotolia

D’autres explications neuro-motrices sont très intéressantes : la compression pourrait agir sur les récepteurs responsables de l’équilibre situés sur la peau et sur l’articulation des chevilles. En améliorant le sens de la position des différentes articulations, ces vêtements de compression pourraient donc améliorer l’équilibre. Ceci pourrait être un élément non négligeable lors de la pratique de la course à pied et notamment du trail. Enfin un effet mécanique est à noter : le port de vêtements de compression pourrait réduire nettement les vibrations et les oscillations musculaires lors des impacts au sol et surtout lors de la course en descente.

 

Vêtements de compression : les conseils du médecin du sport

– Les effets positifs des vêtements de compression se situent à différents niveaux (veineux et lymphatique, mécanique, thermique, coordination neuro-musculaire, psychologique). Si aucune étude ne prouve qu’ils peuvent améliorer les performances des coureurs d’endurance, ils permettent très souvent de minimiser les effets délétères de la course à pied au niveau des membres inférieurs.

– Chaussettes, manchons ou même collants, ces vêtements de compression sont toujours efficaces sur la récupération et il ne faut surtout pas s’en priver pendant 12 à 24 heures après une course ou un trail de longue durée.

– Pour un effet réel et optimal, le sur-mesure est incontournable. Le fabricant doit assurer des pressions au niveau de la cheville situées entre 20 à 25 mm de mercure avec une pression dégressive vers le haut de la jambe.

– Certains coureurs se sentent beaucoup mieux avec chaussettes ou manchons pendant l’entrainement et pendant la course. D’autres coureurs ne supportent pas ces vêtements de compression. Nous sommes tous différents. Ecouter et respecter ses sensations, c’est depuis toujours la meilleure façon de progresser en course à pied.

– L’inactivité derrière écran au travail associée à des déplacements en voiture ou bien en transport en commun, c’est la certitude de développer une insuffisance veineuse profonde, chez les sédentaires comme chez les sportifs. Porter des vêtements de contention pour les longues journées de travail est un excellent moyen de prévenir les lourdeurs et douleurs de jambe.

 

Dr Jacques Pruvost – Médecin du Sport – Marseille

Pour en savoir plus, lire : « Les bénéfices des vêtements de compression dans une pratique sportive ». Lèpres R, Grumeaux V, Rastel D, Lun B. « Médecins du sport ». Numéro 119. Mai 2015.

Réagissez