Cyclisme : Partez en Montagne !

L’été s’est installé et a motivé en vous cette envie de partir, de prendre des vacances… mais le vélo n’est jamais loin et vous vous demandez comment concilier les deux, comment vous entraîner efficacement (il serait dommage de perdre la motivation maintenant que la météo est bonne !) tout en profitant de congés bien mérités. La solution est alors simple, partez en montagne pour un entraînement dépaysant, agréable et drôlement efficace !

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Pourquoi un stage montagne ?

 

Se changer les idées et casser la routine

Aller s’entraîner dans les cols permet déjà de se changer les idées à une période où l’on arrive souvent à saturation (paradoxalement, l’été est régulièrement synonyme de démotivation pour bon nombre de compétiteurs). Les effets bénéfiques de la montagne sur le moral et le bien-être ne sont plus à démontrer et il en va de même, bien sûr, concernant la motivation. Troquer ses routes d’entraînement habituelles pour aller parcourir des grandes ascensions, rien de tel pour booster le mental d’un cycliste !  La réflexion est d’ailleurs la même pour les thématiques d’entraînement. Aller grimper des cols permet aussi de casser la routine de la préparation tout en conservant un travail de grande qualité !

 

Travailler sur un terrain exigeant

Le fait de s’entraîner sur des parcours aussi exigeants que ceux rencontrés en montagne est naturellement un très bon moyen de développer ses qualités physiques. Sur des profils au dénivelé important vous allez travailler, de manière presque automatique, la force, le rythme, le seuil et l’endurance. En outre, vous allez améliorer votre efficacité de pédalage dans les pentes. Et ceci n’est pas un détail lorsque l’on sait que beaucoup de courses se jouent dans les bosses, même lorsque les parcours ne sont pas si difficiles.  

 

Quid de l’altitude ?

Evidemment, la question se pose lorsque l’on s’entraîne en montagne. Mais à moins de vivre deux semaines à une altitude supérieure à 1500m, les effets positifs de l’hypoxie sur la performance sont marginaux (sans rentrer dans les détails du travail en altitude qui nécessiterait certainement plusieurs articles de ce type). Retenez tout de même que dormir et s’entraîner à plus de 1500m peut engendrer une fatigue supplémentaire sur la durée d’un stage et qu’il faut donc adapter les contenus des séances auquel cas.

 

Comment réussir son stage en montagne ?

 

Arriver frais

C’est une condition importante pour réussir son stage : arriver en étant bien reposé. Si vous débutez votre entraînement dans les cols avec un niveau de fatigue élevé, vous risquez d’accentuer votre méforme et de ne pas tirer tous les bénéfices possibles du séjour. Pour partir du bon pied vous pouvez opter pour une micro-coupure de 4-5 jours une semaine avant votre départ (par exemple : repos pendant 5 jours – reprise d’un entraînement progressif et léger pendant 7 jours – début du stage montagne).

Source - Fotolia
Source – Fotolia

 Durée illimitée

Il n’y a pas de durée limite au-delà de laquelle le stage perdrait en qualité. Si vous pouvez partir trois jours, partez trois jours. Si vous pouvez partir deux semaines, ne vous privez pas ! Bien sûr cela dépend aussi de votre calendrier de course et de vos prochains objectifs (Il serait par exemple inopportun de se priver de courses pendant un mois et de reprendre en compétition directement sur un objectif).

Par contre, l’agencement des charges de travail variera en fonction de la durée de votre séjour. Privilégiez, si vous le pouvez, des blocs de développement de deux à trois jours. Par exemple pour un stage de sept jours :

  • Première journée facile
  • Bloc difficile sur trois jours
  • Journée de récupération
  • Bloc difficile sur deux jours


Quel type d’entraînement ?

Un travail fartlek (en réponse au terrain) est une très bonne option lors d’un stage montagne. C’est-à-dire que vous travaillez selon les parcours et vos sensations sans vous contraindre à des exercices particuliers. Le dénivelé fera son effet naturellement ! De plus ce type de séance met moins à mal le mental du cycliste et la récupération entre les sessions en sera améliorée (ainsi que votre motivation) !

 

En résumé, n’hésitez plus à partir en montagne à cette période de l’année. Cela revêt beaucoup d’avantages comme de regonfler votre motivation et d’effectuer un entraînement de qualité que vous ne pouvez pas réaliser chez vous !

 

Réagissez