douleur intestin - fotolia

Courir, c’est dans les tripes !

Le point de côté survient souvent de façon anodine et met clairement un frein à notre confort. On parvient à le réduire de façon plus ou moins rapide en contrôlant la ventilation et/ou en réduisant l’allure.
Idem, les douleurs à l’estomac peuvent survenir à l’effort. Si leurs causes sont davantage liées aux aliments ingérés (dose / timing / concentration en glucides), elles aussi peuvent se dissiper après quelques minutes d’effort.
En revanche, un autre problème de douleur au ventre, moins ponctuel et plus profond celui-là, peut radicalement nous empêcher de nous entraîner. Et pas seulement à l’échelle d’une séance… À l’échelle de tout un programme d’entraînement !
5 réactions

Tired female athlete standing on running track

Comment votre corps apprend à mieux transpirer

On entend des gens dire « Je suis en nage ! Je manque vraiment d’entraînement… ». Et d’autres qui, au moindre effort, rougissent comme une tomate. Mais avez-vous remarqué que ces deux phénomènes (être rouge tomate, et suer abondamment) ne se manifestaient pas ensemble ? La raison est simple : ils s’inhibent l’un l’autre.

endumuscu

Renforcement musculaire & endurance : amis ou ennemis ?

Alors qu’elle ravit les adeptes du muscle, elle effraie aussi beaucoup de sportifs d’endurance – dont vous, peut-être… La musculation reste engluée, en effet, dans ce « Culte du corps » qu’elle autorise certes, mais qu’elle ne vise pas exclusivement. Tout comme des séances de running à haute et basse intensité entraînent différents effets physiologiques, une pratique raisonnée de la musculation peut s’avérer propice pour les sports d’endurance. Voyons comment.


activite_sedentarite

Activité physique, temps assis et mortalité : prenez soin de vous !

Pour donner du crédit à l’activité physique, on parle souvent de choses complexes (la physiologie du cœur, du cerveau…). Pour discréditer son opposé, la sédentarité, il en est de même (ostéoporose, inactivité enzymatique…). Si l’on prend du recul sur ces explications complexes pour observer plus simplement des statistiques sur la mortalité – ce qui nous parle à tous, il faut l’avouer – le message reste tout aussi limpide et gagne même en impact. Principe d’ergonomie.



endurance1

Endurance et régimes nutritionnels : toutes les stratégies possibles ! (2/4)

Elle fait partie de notre quotidien et pourtant on maitrise encore imparfaitement l’intérêt de la nourriture sur la performance – hormis dans son lien avec la prise de poids. Parmi les éléments majeurs qui la constitue et dont le corps a besoin pour lui fournir de l’énergie, on retrouve les glucides (les « sucres »), les lipides (les « graisses ») et les protéines (pour « réparer »). Comment ces macronutriments peuvent-ils être utilisés pour maximiser les adaptations à l’entraînement ? Pourquoi certains comptent-ils plus que d’autres pour la performance ? Quels sont les régimes qui marchent et ceux qui sont à éviter ? Voici un dossier spécial tiré des recherches actuelles (Burke et al., Toward a common understanding of diet-exercise strategies, IJSNEM 2018) pour tout vous expliquer !

endurance

Endurance et régimes nutritionnels : toutes les stratégies possibles ! (1/4)

Elle fait partie de notre quotidien et pourtant on maitrise encore imparfaitement l’intérêt de la nourriture sur la performance – hormis dans son lien avec la prise de poids. Parmi les éléments majeurs qui la constitue et dont le corps a besoin pour lui fournir de l’énergie, on retrouve les glucides (les « sucres »), les lipides (les « graisses ») et les protéines (pour « réparer »). Comment ces macronutriments peuvent-ils être utilisés pour maximiser les adaptations à l’entraînement ? Pourquoi certains comptent-ils plus que d’autres pour la performance ? Quels sont les régimes qui marchent et ceux qui sont à éviter ? Voici un dossier spécial tiré des recherches actuelles (Burke et al., Toward a common understanding of diet-exercise strategies, IJSNEM 2018) pour tout vous expliquer !
1 réaction


imc

Glucides, performance et masse grasse : comment gagner sur tous les tableaux ?

La majorité des sportifs d’endurance s’affûtent en manipulant leur taux de masse grasse. La majorité des sportifs progressent aussi en manipulant leur masse musculaire. À l’interface de ces masses, on trouve 1 dénominateur commun : les glucides représentent un levier pertinent pour le sportif pour améliorer sa performance autant que sa condition physique.

sporthiver

Vitamine D : l’hiver suppose-t-il une supplémentation pour le sportif ?

Lorsque l’on discute de cette vitamine, on pense au soleil et ses rayons UVB qui en représentent la source majeure pour l’organisme. On pense aussi à l’hiver pendant lequel le manque d’ensoleillement en entraîne des insuffisances, et au sportif, dont la performance pourrait en être affectée. Ces idées suscitent naturellement des recommandations, celle d’une supplémentation en vitamine D en faisant partie. Recommandation légitime… ?


fatiguesport

Tête de noeud : quand la fatigue emmêle les neurones

Parfois, on refuse l’idée même de l’effort lorsqu’elle nous traverse. Une sortie improvisée, une aide spontanée… À peine conscientisée et déjà rejetée ! Cela arrive quand on se démène dans les séances d’entraînement d’un plan qui nous dépasse en réalité. Cela arrive aussi de façon plus commune après une journée de travail délicate. Deux scénarios bien différents. Et pourtant, si on analyse leurs conséquences respectives sur le sportif, on note des similitudes intéressantes.

hiver1

Immunité du sportif : 3 astuces pour mieux passer l’hiver

Si nos étés deviennent de plus en plus chauds, les hivers continuent d’atteindre des températures basses difficiles à supporter. Il ne suffit pas en effet de se dire que, puisque tombe moins la neige au fil des saisons, on tombe aussi moins malade. Le risque infectieux est amplifié l’hiver, c’est connu, mais il l’est encore plus chez le sportif…

Source - Fotolia

C’est quoi un bon coach ? (3/3)

Dans le monde de l’entraînement, le détail règne en maître. S’il suffisait alors au coach de « peser » ces différents détails pour en appréhender leurs effets sur la performance, cela se saurait. Un jeu d’additions et de soustractions suffirait… Au contraire, l’attitude à adopter vis-à-vis d’un athlète reste difficile à déterminer. Voici le dernier article d’une série de trois, dont l’idée est d’objectiver/encourager certains principes d’efficacité propres à toute intervention de performance sportive.

Source - Fotolia

C’est quoi un bon coach ? (2/3)

Dans le monde de l’entraînement, le détail règne en maître. S’il suffisait alors au coach de « peser » ces différents détails pour en appréhender leurs effets sur la performance, cela se saurait. Un jeu d’additions et de soustractions suffirait… Au contraire, l’attitude à adopter vis-à-vis d’un athlète reste difficile à déterminer. Voici le second article d’une série de trois, dont l’idée est d’objectiver/encourager certains principes d’efficacité propres à toute intervention de performance sportive.

Source - Fotolia

C’est quoi un bon coach ? (1/3)

Dans le monde de l’entraînement, le détail règne en maître. Ce n’est pas pour rien, en effet, que l’on s’intéresse au programme de l’athlète (distance, volume, etc.) autant qu’à la manière dont il y répond (fréquence cardiaque, ressenti, etc.) ou encore à son quotidien (qualité de vie, sommeil, etc.). S’il suffisait alors au coach de « peser » ces différents détails pour en appréhender leurs effets sur la performance, cela se saurait. Un jeu d’additions et de soustractions suffirait… Au contraire, l’attitude à adopter vis-à-vis d’un athlète reste difficile à déterminer. Voici donc une série de trois articles dont l’idée est d’objectiver/encourager certains principes d’efficacité propres à toute intervention de performance sportive.