[Cyclisme] Diminuez votre Stress !

Aujourd’hui, nous le savons, le stress est responsable de nombreux maux. En sport il peut agir négativement le jour de la compétition ou en amont en mettant à mal, par exemple, le système immunitaire. Mais il n’est pas une fatalité. Dans ce dossier de plusieurs articles, nous verrons quels outils permettent de diminuer le niveau de stress chez l’individu. Dans ce billet un focus sera réalisé sur la fixation des objectifs et les routines de performance.

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Le stress, présentation 

Définitions

Selon des scientifiques, le stress serait un dysfonctionnement du cerveau impliquant sa partie automatique (cerveau limbique) et sa partie adaptative (cortex préfrontal). En résumé, le phénomène de stress surviendrait lorsque nous adoptons le mauvais mode pour répondre à une situation donnée (par exemple si nous restons en mode automatique pour la réalisation d’une tâche complexe). D’autres spécialistes parlent de réaction à une situation précise, notamment lorsque la tâche à accomplir semble trop difficile à la vue des ressources disponibles. Evidemment, ces deux définitions ne sont pas incompatibles puisqu’il s’agit à chaque fois d’un manque d’adaptation face à des circonstances particulières.

 Effets du stress

Selon certains, le stress peut être positif et négatif. Ici, pour plus de clarté, nous le définissons uniquement comme délétère et préférons le terme d’activation pour désigner les répercussions positives que peut avoir la mise en tension de l’organisme.

Concrètement, l’anxiété, peut provoquer (liste non exhaustive) :

-une baisse de la capacité de concentration

-un accroissement de la fatigue

-une baisse de la forme physique

-une baisse d’efficacité du système immunitaire

-le déclenchement de certaines maladies cardiovasculaires

Dans la performance sportive, elle peut donc jouer un rôle majeur, au quotidien dans l’entraînement, mais aussi, bien sûr, lors des compétitions.

 

Quels remèdes ?

Le stress, malgré ce que l’on pourrait penser, n’est pas inéluctable (même si certaines personnes vont être naturellement plus robustes que d’autres face à ce phénomène).

Aujourd’hui nous verrons deux techniques très simples à mettre en place avec effets immédiats sur la baisse de l’anxiété.

 

La fixation des objectifs

Nous l’avons vu, le stress est proportionnel à la difficulté des objectifs poursuivis. Nous vous invitons donc à vous fixer des objectifs réalistes et de difficulté moyenne. De plus, se focaliser sur des objectifs de résultats est anxiogène. Préférez donc des buts de processus (par exemple, ne soyez pas obsédé par le podium mais concentrez-vous sur les tâches pratiques à accomplir pour réaliser une bonne course. Cela peut être lié au placement ou encore au fait de se ravitailler régulièrement).

Soyez prêts également à vous adapter à l’imprévu et à revoir rapidement vos ambitions. Enfin, et cela va de pair ne craignez pas l’échec et dites -vous toujours que la défaite est possible et que ce n’est pas un drame !

 

Les routines de performance

Cela consiste à prévoir les étapes importantes ou indispensables de votre préparation avant la compétition et de les organiser sur le papier.

 

Exemple de routines de performances avant une course (en retro planning) :

14h – Départ de la course

13h50 – Fin de l’échauffement et mise en place sur la ligne de départ

13h30 – Début échauffement, 20min en endurance avec 1sp toutes les 5min (3 sprints en tout)

12h45 – Aller chercher son dossard, préparer son vélo, se changer

12h30 – Arrivée sur la course

11h45 – Départ de la maison (40min de trajet) avec vélo et sac

11h – Fin du repas

10h30 – Repas d’avant course (pâtes, jambon, brocolis)

10h10 – Préparation repas d’avant course

9h30 – Fin du petit déjeuner (collation très légère)

09h – Réveil

Vélo et sac préparés la veille (casque, cuissard, maillot, chaussures, licence…)

Ce type de préparation permet déjà de s’assurer que le timing est bon et qu’il n’y aura pas de « coup de stress » ou d’oubli avant le départ. Et autre avantage, on « libère » le cerveau d’une organisation qui peut être source d’anxiété. Ainsi on sait que tout est prévu et qu’il n’y a plus qu’à se rendre sur la ligne de départ et se concentrer sur la compétition.

 

Synthèse

Nous avons donc vu au cours de cet article que l’on peut travailler afin de diminuer le niveau de stress pour, en finalité, augmenter ses performances. Et nous avons présenté deux exercices pratiques, très simples (la fixation des objectifs et les routines de performance), qui permettent de progresser rapidement dans ce domaine. Faites le test !

 

Réagissez