Persistance tendinite patte d’oie

Les tendinites ou tendinopathies des sportifs

Bonjour,

Depuis 8 mois je traine une tendinite de la patte d’oie au genou gauche (c’est ce qui m’a été diagnostiqué par le médecin et confirmé par mon kiné et mon podologue). Toutefois, malgré des nouvelles semelles (pieds plats) et de nombreuses séances de kiné toujours aucune amélioration.
La douleur est très localisée sur une « bosse osseuse » que l’on sent très bien au touché et qui n’est pas du tout présente sur l’autre genou. Je l’ai signalé au médecin et kiné qui me disent que c’est la pointe du fémur mais selon eux le fait qu’il y ait cette bosse ou non n’est pas un problème par rapport à la tendinite. Mon ostéopathe me dit quant à lui que cette « bosse » est une anomalie de type « épine osseuse » et qu’elle pourrait être la cause de la persistance de la tendinite car l’épine provoque un frottement important et permanent.

Les radios n’ont rien montré et l’IRM à mis en avant un « œdème osseux » à cet endroit.

Ma question est que faire pour remédier à cette « épine » car je ne supporte plus mon inactivité sportive? Aller consulter une clinique du genou pour envisager une intervention afin de « raboter » l’os? L’opération est-elle la seule solution?

Merci d’avance pour votre réponse

Une réponse à la question

  1. Bonjour,

    Vous décrivez une hyperostose à l’insertion d’un tendon. Ce type de pathologie est bien connu chez le sportif au niveau de l’insertion du tendon d’Achille sur le calcanéum, au niveau de l’insertion du tibial postérieur sur l’astragale, et au niveau de l’insertion de différents tendons sur le bassin. Elle est rare au niveau de l’insertion basse d’un tendon de la patte d’oie sur le tibia et de ce fait il est logique que vous vous posiez beaucoup de questions.

    Votre problème est-il survenu brutalement ? Cela orienterait vers un petit arrachement qui a du mal à cicatriser ou éventuellement une fracture de fatigue.

    Si votre problème est survenu progressivement, la cause est alors micro-traumatique par répétition des mécanismes de traction au niveau de l’insertion du tendon.

    Quel que soit le mode de survenue, je me permets de vous conseiller d’irriter le moins possible cette insertion et donc de faire des soins les moins agressifs possibles. L’IRM est rassurante en montrant un simple œdème osseux, dans un premier temps il est « urgent de ne pas se presser » et de laisser le temps à la cicatrisation de se faire spontanément.

    Il serait intéressant d’envisager une scintigraphie osseuse qui donnera des renseignements précis sur l’importance des phénomènes inflammatoires au niveau du genou. Une scintigraphie normale ou quasi-normale doit vous faire reprendre la course à pied sans arrière-pensée. Si la scintigraphie montre des signes de fixation importants, le repos sportif devrait être prolongé pendant deux à trois mois avant de penser à la reprise.

    Je vous propose de ne pas envisager une opération avant les résultats de cette scintigraphie.

    Répondre
    • Bonjour,

      Merci pour votre réponse.

      La douleur est apparue progressivement pendant la préparation du marathon: la douleur venait pendant le footing et disparaissait dès que j’arrêtais puis au fur et à mesure la douleur apparaissait de plus en plus tôt et persistait même après le footing.

      Ce qui m’inquiète c’est que, même s’il ne s’agit que d’un œdème osseux, pourquoi cela met-il autant de temps à « cicatriser »? Cela fait 8 mois que j’ai arrêté la course à pied (j’ai juste tester mon genou de temps en temps pour voir où en était la blessure, à chaque fois, j’ai eu mal) et cela est d’autant plus frustrant que la douleur ne se fait ressentir vraiment que lorsque je fais de la course à pied. J’ai fait du vélo dans le cadre de mes séances de kiné sans douleur, j’ai pu skier pendant une semaine complète sans ressentir de douleur.

      Je ne connaissais pas la scintigraphie, je vais me renseigner auprès de mon médecin mais bon, si j’ai bien compris à part du repos, rien à faire en attendant d’en savoir plus…?

      Répondre
      • Bonjour,

        Merci pour vos descriptions supplémentaires. Le mode de survenue et le déclenchement des douleurs plaident vraiment en faveur d’une tendinopathie d’insertion dont l’origine est microtraumatique. Seule la course à pied fait apparaître la douleur, ce qui oriente vers une « technopathie », c’est-à-dire dans des termes moins scientifiques, un problème biomécanique engendré par les impacts au sol, le geste sportif et la technique de course.

        Les médecins du sport n’aiment pas prescrire le repos mais préfèrent orienter vers des sports de remplacement qui entretiennent la condition physique générale et ne sollicitent pas la zone douloureuse. La pratique du vélo et du ski ne déclenche pas de phénomènes douloureux, il ne faut donc pas vous en priver…

        La scintigraphie va nous permettre de savoir si la zone douloureuse est encore « hyperfixiante », c’est-à-dire inflammatoire. Dans ce cas la chirurgie est toujours contre-indiquée et il vous faudra alors patienter en pratiquant les activités physiques et sportives qui ne déclenchent aucune douleur.

        Soyez patient et confiant dans l’équipe médicale et paramédicale qui vous suit très bien. Vous allez guérir et pouvoir reprendre la course à pied, ce n’est qu’une question de temps.

        Répondre
        • Merci pour votre réponse et toutes ces informations intéressantes.

          Mon arrêt de la course à pied étant plus long que prévue, je pensais, en effet, m’inscrire dans une salle de sport pour pouvoir faire des activités non traumatisante pour mon genou (vélo, vélo elliptique…), cela me permettra de m’entretenir et surtout de remuscler mes jambes notamment les quadriceps. Depuis l’arrêt de la course à pied, j’ai beaucoup perdu à ce niveau là.
          J’ai lu notamment que le fait d’avoir des quadriceps « forts » pouvaient permettre de stabiliser le genou dans son fonctionnement et pour ce qui me concerne empêcher, ou du moins limiter, les frottements douloureux au niveau du tendon. Qu’en pensez-vous?
          Je fais également des exercices d’étirements quotidiennement depuis environ 2/3 semaines.

          Merci

        • Il est en effet important de poursuivre les activités physiques qui ne déclenchent pas de douleurs pour garder une bonne condition physique.

          Le vélo ou l’elliptique sont, par exemple, de bons exercices dynamiques qui permettent d’entretenir les qualités d’endurance aux niveaux cardiaques et respiratoires.
          Sur le plan du renforcement musculaire, vous pouvez faire de la musculation au niveau des jambes et des quadriceps sans oublier que tous les exercices doivent être conçus pour vous faire aussi travailler en équilibre et développer votre endurance neuro-musculaire. Attention aux seules machines de musculation, les circuits « équilibre » sont au moins aussi importants.

          C’est bien d’avoir des muscles puissants, c’est mieux d’avoir des muscles qui s’adaptent rapidement et dans la durée à toutes les contraintes de la course et du terrain.
          La préparation physique lombo-abdominale est incontournable pour tous les coureurs à pied et passe toujours avant un renforcement isolé des quadriceps. Ne l’oubliez pas !
          Quant aux étirements, c’est toujours bien de prendre du temps à les réaliser mais il faut bien les faire et ne pas hésiter à se faire reprendre de temps en temps par un kinésithérapeute.

          bon courage

  2. Bonjour,
    j’ai une tendinite de la patte d’oie survenue brutalement le 12 novembre 2014 j’ai tout essayé acupuncture kinésithérapie huile essentielles cataplasme d’argile, antiinflamatoires antidouleurs, infiltration, j’ai des semelles orthopédiques (affaissement plantaire) et maintenent genou très douloureux sur l’os de la tête de fumure, gonflé et super douloureux.
    Je mets ma genouillère pour soutenir mon genou
    je ne sais plus que faire écho faite radio
    peut on m’aider.
    merci
    Françoise Tréfois

    Répondre
  3. Bonjour j’ai exactement la même chose. J’ai été au delà du temps de repos prescrit par le médecin du sport en vain (5 mois au lieu de 2)
    . Quel est le temps requis de récupération ? Il est probable que je sois amené à passer une scintigraphie. Merci

    Répondre
  4. Une expérience que je partage pour ceux qui désespèrent !

    J’ai traîné pendant 2-3 ans, une tendinite de la patte d’oie, qui était nettement renforcée par le vélo (pratique quotidienne), et la marche à pied. Habituée à me déplacer uniquement à pied et à vélo, je me suis mise à me traîner comme une petite vieille. La course à pied était moins douloureuse mais pas terrible pour autant, et puis j’aimais moins. J’ai consulté médecin, , ostéopathe et podologue, sans comprendre d’où venait la douleur… Le vélo l’accentuait mais je n’étais pas sûre qu’il soit à l’origine de la blessure. J’ai accusé à l’époque des semelles orthopédiques mal réglées (et destinées à un halux valgus assez bénin) que j’ai cessé de porter du coup.

    Par tâtonnements, j’ai progressivement remarqué que certaines de mes chaussures accentuaient l’inflammation (trop raides ou trop serrées souvent) alors que d’autres soulageaient (larges, souples, à talons raisonnables). Certains vêtements (pantalons raides, chaussettes hautes, bottes qui touchaient la patte d’oie) entretenaient l’inflammation. J’ai aussi trouvé que le meilleur soulagement venait d’être pieds nus, jambe allongée devant moi.

    Finalement, seul le repos intégral m’a soulagée, combiné aux tâtonnements sur les chaussure.

    J’ai pu marcher moins lentement au bout de quelques mois, mais dès que je tentais de reprendre le vélo, l’inflammation reprenait fort (en commençant par un gratouillis qui signalait que ça allait reprendre.)

    J’étais désespérée (les transports en commun, quand on adore le vélo, c’est mauvais pour le moral…), j’avais l’impression que ça ne s’arrangerait jamais !

    Et puis petit à petit, la douleur s’est éloignée, les redéclenchements se sont fait plus rares et moins forts.

    Au bout de presque 3 ans j’ai repris le vélo quotidiennement (environ 15km/jour, puis 22km quand j’ai changé de travail), pendant 4-5 ans. Je craignais que ma grossesse ne pèse sur mes genoux, mais non.

    Néanmoins je me retrouve à nouveau sur les forums car tout est revenu d’un coup récemment pendant un cours de yoga vinyasa (yoga en mouvement avec beaucoup de fentes). J’ai enfin compris ce qui avait déclenché la tendinite au départ ! Je faisais beaucoup de yoga à cette époque, mes autres activités n’avaient fait qu’entretenir l’inflammation. Ca passe pour un sport doux et j’y allais mollo donc je ne m’étais pas inquiétée. J’avais fini par arrêter pour des raisons personnelles, sans savoir que ça m’avait aidé à aller mieux… Jusqu’à m’inscrire à un cours la semaine dernière. J’ai bêtement été au bout de ce cours alors que je sentais bien tous les symptômes de la reprise de l’inflammation au fil des fentes et des étirements. Et me revoilà quelques années en arrière, j’ai mal dès que je marche mais je suis mieux armée et confiante dans le fait que si je fais le nécessaire je serai soignée.

    Bref, mon expérience pour ceux qui désespèrent !
    – Ne désespérez pas, mais soyez patient.
    – Tout le monde a l’air d’accord sur le fait que tendinite = repos, repos, repos… Jusqu’à disparition complète de la douleur. C’est aussi mon expérience sur d’autres tendinites (mains, tendon d’achille)
    – Ecoutez-vous. Si quelque chose semble déclencher la douleur, arrêtez immédiatement (y compris si ce n’est pas un effort mais une position, des chaussures…)
    – L’origine de la douleur n’est pas forcément où on croit. La mécanique de l’inflammation est bizarre. On lie difficilement la douleur à un geste en particulier car il peut y avoir un décalage dans le temps, puis une fois l’inflammation installée on ne sait plus d’où elle vient. Il faut vraiment TOUT arrêter.

    Répondre
    • Bonjour,
      J’ai une tendinite de la patte d’oie depuis 20 ans, la cause est je pense l’équitation et dès que je porte des talons de plus de 4 cm, j’ai tout fait mais la tendinite persiste si vous avez des idées!!!

      Répondre

Réagissez