Le carnet alimentaire : votre allié de poids

Ou comment repérer en un clin d’œil vos erreurs alimentaires !

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Spontanément, personne n’a d’alimentation «équilibrée et normée».

Le carnet alimentaire est un outil pour un suivi diététique. Au cours d’une première consultation avec un spécialiste, il est difficile d’apprécier avec suffisamment de précision les menus, les manies, les préférences alimentaires, les grignotages,…. Ce premier échange permet surtout un « débrouillage » et un repérage des inquiétudes diététiques les plus manifestes. Les informations recueillies doivent être confrontées aux données du carnet alimentaire. Personnellement, si vous remplissez un carnet sans un suivi, il vous permettra de voir précisément ce que vous absorbez. Et vous réservera quelques surprises !

 

La mémoire défaillante

Rares sont les personnes conscientes de ce qu’elles mangent vraiment et des raisons qui les amènent à grignoter tout au long d’une journée. Et, les occasions de picorer ne manquent pas: au bureau, en rentrant à la maison ou en préparant le repas, devant la télévision…

Un petit gâteau par ci, trois cacahuètes par là, la fin du paquet de chips, des petits riens caloriques dont le cerveau ne garde pas la trace. Il faut savoir que la mémoire de la consommation alimentaire est très fugace, ce qui exige une «conscientisation» par l’écrit de tous les en-cas et repas. Pour les sportifs, on doit y ajouter le suivi de ses entraînements (type et durée).

 

Le carnet alimentaire ? Des pourquoi et des comment ?

La méthode du carnet consiste à faire une photographie des prises alimentaires sur une durée évoluant entre 3 et 7 jours. C’est sans doute une des meilleures références pour avoir une vision globale de son alimentation, faire un bilan des difficultés rencontrées, du déroulement de ses repas, et de son rapport à la nourriture.

Ce carnet de bord s’intéresse à tous les moments de la journée, du matin au soir, des changements alimentaires des week ends et des fêtes, des journées sportives ou compétitives…

Vous devez noter tous les aliments mangés: des plats aux boissons, des repas aux grignotages sucrés ou salés, des modes de préparation aux recettes, du quotidien aux exceptions. Le carnet alimentaire intègre, en parallèle, des indices plus sensibles comme la perception de la faim, de la satiété, de l’envie ou de la frustration, de l’ennui, des sensations physiques et émotionnelles après un repas.

 

Il n’y a aucun jugement de valeur

La tenue quotidienne de ce carnet demande un vrai effort et une motivation particulière, et n’aura de sens que s’il est étudié par un diététicien nutritionniste ou un médecin qui accordera une attention et un temps suffisants à l’analyse. Les consultations durent environ 45 minutes.

Le professionnel de santé pourra faire le point sur votre quotidien alimentaire, vous donner des conseils «sur mesure», encourager des choix plus serein et vous aider à comprendre la relation aux aliments.

Chacun a sa façon de vivre.  Il est illusoire de s’imposer un cadre diététique directif.

Réagissez