Cyclisme : pourquoi la révision ?

La révision, c’est obligatoire pour les voitures. Pour les vélos, si le législateur n’a rien prévu, il est néanmoins recommandé d’effectuer un passage au stand une fois par an au moins. Le point sur la révision cycliste, avec les mécaniciens des magasins LePape.

Révision cyclisme

La révision du vélo, c’est un passage obligé pour tout cycliste. Si un pratiquant loisir occasionnel peut se contenter d’une fois par an, un cycliste plus régulier – pas forcément un compétiteur – devrait répéter deux fois en une année ces opérations de contrôle. Un rythme obligatoire dès qu’on dépasse le millier de kilomètres par an. Pour ce faire, il convient de se rendre chez son « vélociste » habituel, que ce soit un petit détaillant ou une grande surface sportive proposant un atelier. Dans un premier temps, le mécanicien fera un bilan des problèmes rencontrés, à vous, comme chez le médecin, d’énoncer les soucis ou les dysfonctionnements que vous avez cru déceler.

Celui-ci effectuera ensuite un examen des points de contrôle classique : chaîne, cassettes, roues, plaquettes de freins. Ce dernier point est crucial : la qualité de freinage est un élément de sécurité primordial. Il est vraisemblable que vous sortirez de cette révision équipé de nouvelles plaquettes. Car des freins usés, cela signifie aussi un freinage métal sur métal qui risque de creuser la jante ! Notre homme (ou femme ) examinera aussi l’usure des transmissions. Si la chaîne est détendue, la pédalée perd en puissance et en efficacité. Et si son seuil de tolérance est dépassé, le risque de casse devient réel.

Le spécialiste observera aussi l’usure des pneus : si ses contours ont pris des formes « carrées » et ou si les stris sont effacés. Les roues seront également passées au crible : bon nombre de cyclistes ne se rendent pas compte que les leurs ont subi parfois de légers voilages. Ainsi elles perdent en rendement, deviennent moins réactives et plus « molles », elles vont parfois jusqu’à frotter sur la fourche ou les freins et ralentissent subrepticement l’avancée. Notre mécanicien regardera aussi du côté des jeux de direction, voir si un graissage s’avère nécessaire. L’usure des pignons et cassettes ont moins de conséquence, mais ces pièces doivent aussi être changées certaines années.
Ensuite, chaque vélo présente ses propres symptômes : craquements, grincements, problème de fluidité, et votre réparateur ira traquer le moindre défaut de fonctionnement. Pour terminer avec la métaphore automobile du début, un meilleur entretien du vélo (graissage de la chaîne, changement des plaquettes de freins au moindre défaut) permet évidemment de ralentir l’usure des différents éléments.

Tant du point de vue de la sécurité que de l’efficacité ou du confort, la révision n’est pas du tout un luxe. Et comme pour votre voiture, plus vous attendrez pour passer au stand de réparation, plus l’addition risquera d’être salée…

Réagissez