Passer du trail au marathon

Au moins trois mois de préparation

Un traileur souhaite programmer un marathon, Sébastien Chaigneau le guide

marathon avec un passé de trailer

Question : J’ai déjà un an de pratique du trail, sur 15 à 25 km, avec des dénivelés de 1000 à 1500 mètres. J’aimerais faire, durant les prochains mois, un marathon, sachant que je n’ai jamais couru sur route. Est ce possible ?

La réponse de Sébastien Chaigneau, notre spécialiste trail

Tout est possible, tout est réalisable, il suffit de vous coller à une préparation type et vous irez au bout.

Mais attention, car si vous avez une base, cela ne reste qu’une base et vous allez devoir travailler très sérieusement et précisément durant les trois mois que nécessite une préparation correcte pour un marathon…

Il ne faut pas oublier non plus que, sur le marathon, il y a un facteur chronométrage et vitesse à ne pas négliger, ce qui oblige à des séances type seuil et VMA que vous risquez de ne pas apprécier…

Avant d’entamer toute préparation, prévoyez une bonne période de récupération et de régénération mentale. L’idéal sera ensuite de vous rapprocher d’un club de course sur route, qui vous donnera les bases et un plan à suivre le plus méticuleusement possible. Vous allez rester dans le monde de la course à pied mais changer d’univers en devant vous adapter au bitume !

Il va donc falloir  vous accrocher et, surtout, ne pas sortir de votre programmation afin de vous concentrer sur votre objectif.

Pour faire les choses correctement, vous allez commencer, 15 jours avant le début de votre préparation, par un test VMA afin d’évaluer votre objectif.

Ne soyez pas trop gourmant la première fois !

Une préparation marathon trop ambitieuse engendrera de la fatigue, voire des blessures. Il est préférable de vous sous-évaluer un peu afin d’apprécier cette expérience et de la renouveler la saison prochaine avec un objectif chrono défini à partir de votre première réalisation.

Lors de votre course, soyez très prudent, car un marathon peut se transformer en enfer ou en calvaire, au choix, si vous partez trop vite. Cela aurait des conséquences sur le reste de votre saison, sur votre moral, voire sur votre envie de courir.

La régularité est le maître mot de la réussite du marathon, que ce soit à l’entraînement ou en compétition !

Ensuite, vous pourrez revenir sur le trail, continuer sur route ou varier les plaisirs !

Ceci provient d’une question posée à notre expert entraînement trail, Sébastien Chaigneau : vous aussi posez votre question à nos expert entraînement

 

Réagissez