7 semaines avant le Trail du Ventoux

Le Trail du Ventoux se dispute chaque année depuis 2004 sur le mont Ventoux dans le département du Vaucluse.
La 20ème édition aura lieu les 12 et 13 mars prochain avec 3 formats au choix (27, 46 ou 72 km). Cette course mythique forme une boucle au départ de Bédoin passant au sommet si caractéristique du géant de Provence, un must à vélo mais également à pied.

Trail du Ventoux

Le 46 km, c’est le parcours mythique qui lance il est vrai la saison nationale de Trail depuis plus de 10 ans.

Le parcours est réputé provençal jusqu’à l’altitude de 1500 mètres, puis il devient plus montagneux avec le passage au sommet à près de 1900 m d’altitude, et les 5 km de crêtes souvent enneigées.

Le retour s’effectue par une traversée complète de la face Sud sur la ligne des jas et les combes les plus sauvages.

Au total, le parcours offre plus de 99,5% de sentiers et de chemins forestiers.

 

Evitez les pièges du profil

Sur le papier, le profil est ascendant-descendant. On peut donc penser que une fois le sommet franchi, il n’y a plus de difficulté et que l’on peut lâcher les chevaux. Grossière erreur : certes au sommet, vous aurez déjà accompli 1620m D+, mais il en reste encore plus de 450 m répartis sur une multitude de petites bosses assassines.

Avec la fatigue de la montée accentuée par l’altitude et le froid du sommet ainsi que par les chocs de la descente, les réserves énergétiques s’épuisent et les douleurs musculaires s’accentuent. Il est très difficile de négocier ces montées successives. Cela implique une gestion raisonnée des 15-20 kms de montée.

Concernant la préparation, elle a dû démarrer au minimum au début de l’hiver pour les néophytes, voire avant, et se précise à présent pour les experts car nous rentrons dans la période spécifique. En hiver, il n’est pas toujours simple de se préparer sereinement.

Pour les montagnards, l’idéal est de croiser son entraînement avec beaucoup de ski (fon/rando/alpi), et pour les autres avec du renforcement musculaire, du travail en salle et sur tapis, ainsi que du VTT bien couvert. Toutefois, dans cette dernière ligne droite, la course doit représenter une part importante de l’entraînement, tout spécialement en raison des longues descentes qui caractérisent cette course et qui font par exemple que les gros descendeurs comme Ludovic Pommeret sont à leur avantage.

 

Voici une trame pour vous guider. Il vous faudra l’adapter à vos compétences et moyens d’entraînement. Pour info, la course se gagne en 3h40 pour les hommes (élites sous les 4 heures), soit près de 12,6 km/h ! et 4h20 pour les femmes (+ 18%).

Les derniers passent juste sous les 10 heures. Les jours 2 et 4 sont facultatifs, mais ne négligez pas le renforcement qui est fondamental pour venir à bout de ce genre d’épreuve.

Courir ne suffit pas !

Dans les 15 derniers jours, on allège les charges d’entraînement pour arriver frais le jour J.

Prenez un départ très prudent et n’hésitez pas à alterner précocement la course et la marche.

 

trail ventoux

 

Réagissez