Une analyse de la flambée des performances à Houilles…ou quand les chronos ne veulent plus rien dire !

Article écrit par Vincent Guyot avec la collaboration de Jean Claude Vollmer

Cette très intéressante analyse de Vincent Guyot sur les temps réalisés lors de la corrida de Houilles incite au questionnement. En effet, elle interroge l’éthique même de notre sport et, au-delà, le concept de la performance.
S’il est parfois nécessaire de faire parler les chiffres ici, ils se suffisent à eux-mêmes.
Implacables, irréfutables, avec une seule conclusion possible, oui, il y a bien des chaussures qui font courir plus vite.
Lecteurs de Lepape info, lisez puis, ensemble, interrogeons-nous comme le fait avec justesse et une grand lucidité P. Urruty sur la portée de sa performance réalisée lors de la Corrida de San Sebastian.

PHOTO : JOHAN BEN AZZOUZ - VDNPQR
PHOTO : JOHAN BEN AZZOUZ - VDNPQR

La 48ème édition de la Corrida Internationale de Houilles a, ces derniers jours, fait couler beaucoup d’encre. Si la course a été remportée par le Kényan Daniel Simiu Ebenyo en 27’12 (quatrième performance mondiale de l’année) certes un bon coureur avec un record à 13 :15.92 sur 5000 m à l’altitude de Nairobi, la course a surtout marqué les esprits par sa densité incroyable en territoire avec 43 hommes sous les trente minutes.

C’est deux fois plus que lors de l’édition précédente lors de laquelle Suisse Julien Wanders avait établi un nouveau record d’Europe en 27’25. Faut il rappeler que Gebrselassié (12 :39.36 et 26 :22 .75 possédait un record sur 10 km route à 27.02 !)

Même réussite pour les français dans le sillage de Jimmy Gressier. Le Boulonnais de 22 ans signe tout bonnement la deuxième meilleure performance européenne de tous les temps en 27’43, améliorant son record de trente secondes, déjà à Houilles en 2018. La double nationalité de Julien le prive de record national mais Jimmy remplace donc Mo Farah à la place de premier dauphin aux bilans continentaux. Les performances se sont accumulées pour les tricolores : 28’24 pour Yann Schrub, 28’32 pour Azeddine Habz, 28’36 pour Benjamin Choquert ou encore 28’39 pour Jawad Abdelmoula s’immisçant dans le gratin national.  

Les meilleurs féminines ont également pu profiter de la densité masculine pour performer. Liv Westphal termine quatrième et signe 31’15 abaissant le record de France de Clémence Calvin de cinq secondes. Elle pulvérise ainsi sa meilleure marque personnelle d’une minute et vingt seconde.

 Elle-même montrait une attitude de surprise, une fois la ligne franchie, les yeux rougis. « Je ne réalise pas, je ne comprends pas. Je voyais que j’étais dans une très bonne allure mais je pensais le payer tôt ou tard. Les relances de la course m’ont beaucoup aidée. Je n’étais pas venue pour un chrono » a-t-on pu lire dans l’Equipe. 


image1

 

Top 100 Hommes : 73 records personnels pour 44,7 secondes d’amélioration en moyenne.

 

Devant une telle pluie de records, il semblait nécessaire de faire les comptes.

Ils sont 73 dans le top 100 masculin à établir leur nouveau record personnel dont 20 des 25 premiers. La statistique prend d’autant plus de poids si l’on observe   le gain moyen par rapport au précédent record personnel : 44,7 secondes.

 

image3

 

Bien évidemment cette moyenne est impactée par des coureurs n’ayant pas effectué de 10 kilomètres depuis bien longtemps mais ayant progressé depuis leur précédent record sur la distance. C’est notamment le cas d’Alexis Miellet passant de 30’20 (2017) à 28’44 devenant au passage le premier français courant moins d’1’46 au 800 mètres (1’45″88 cet été) et moins de 29’ au 10 kilomètres. 

 

Cependant en ne considérant que les athlètes possédant un record sur la distance en 2019 (35 coureurs), la moyenne reste conséquente avec un gain moyen de 39 secondes, un gouffre à ce niveau.

Les interrogations ont rapidement fusé sur la mesure du parcours et le chronométrage mais les deux paramètres à la base de la performance sont bien en règle. Le tracé n’a pas connu de modifications cette année et le chronométrage, géré par une entreprise externe n’a pas défailli.

 

Alors comment expliquer une si grande progression collective ?

 

Les conditions météorologiques ont été particulièrement douces à Houilles le 29 décembre dernier. Près de 10 degrés au thermomètre, une température idéale pour la pratique de la course à pied. 

La corrida de Houilles est depuis de nombreuses années réputée pour sa densité de coureurs performants réunissant de plus en plus. En ne tenant pas compte de l’année 2017, année au temps pluvieux, le nombre de performances de moins de 32’ augmentait progressivement depuis 2013, année d’obtention du label international IAAF (53 en 2015, 66 en 2016, 75 en 2018) avant de dépasser la centaine cette année. Le record d’Europe de Wanders en 2018 a pu également participer à un engouement plus fort amenant plus de coureurs performants à choisir Houilles pour tenter un chrono. Un effet placebo n’est d’ailleurs pas à proscrire dans de telles conditions.

Mais ces paramètres ne suffisent en aucun cas à expliquer pareil constat. Très rapidement les observateurs avertis ont évoqué les souliers flashy roses, verts ou blancs à la semelle épaisse. Les fameuses « Zoom X Vaporfly Next % », petites sœurs des « Vaporfly 4% » déjà particulièrement étudiées par les scientifiques. Le modèle porté par les lièvres d’Eliud Kipchoge lors de l’INEOS 1h59 Challenge, le 12 octobre dernier a depuis conquis les pelotons des courses pédestres séduisant même les meilleurs triathlètes et pentathloniens français à l’instar des Vincent Luis et Valentin Belaud. 

 

image2

 

En prenant le temps de regarder la répartition des chaussures portées par les coureurs lors de la corrida de Houilles, on s’aperçoit que celles qu’on appelle plus souvent « les Next » sont les plus portées et de loin. On dénombre 46 paires dans le top 100 masculin, 32 paires dans le top 50 français. La paire équipait même 17 des 20 meilleurs tricolores. 

Le ratio de record personnel est sensiblement meilleur chez les possesseurs des Next % (85%) que chez les autres (63%). En mettant en relation la paire portée et l’évolution ou non du record personnel on parvient à un chiffre étonnant. 37 français portaient les Next dans le top 100 et parmi ceux – là, seulement trois d’entre eux n’ont pas battu leur meilleure marque personnelle. Toutefois les trois ont établi leur record en 2019, l’un d’entre eux déjà avec les Next %, les deux autres avec les 4%. (Ce n’est donc qu’un problème de forme du jour ou de stratégie de course).

Alors coïncidence statistique ? Tous étaient dans une dynamique d’évolution, au top de leur forme et signent logiquement leur meilleure course en carrière dans un contexte favorable ? Difficile d’y croire à une période de l’année plus sujette à la récupération ou à la fête. S’il est impossible d’isoler de manière scientifique « l’effet chaussures, » il semble clair que la Next% participe à l’optimisation / l’augmentation de la performance et explique partiellement les excellents résultats à Houilles et ailleurs à travers le monde depuis sa commercialisation. 

Aux bilans nationaux tous temps, on compte désormais dans le top 30 chez les hommes 6 performances réalisées à Houilles en 2019. Par ailleurs chez les femmes, quelques heures après le record de France Senior, c’est le record Espoir qui est tombé à Barcelone dans la dernière nuit de l’année. Mélody Julien, Next % aux pieds, abaisse sa meilleure marque de près de deux minutes (34’39 en août dernier) et signe un incroyable 32’48, effaçant Cassandre Beaugrand et ses 33’12 des tablettes. 

Les effets ne se limitent pas uniquement aux références françaises mais affectent particulièrement les bilans internationaux qui voient de plus de plus de souliers flashy bondir dans leurs classements et truster les premières positions. 

Certains observateurs crient au dopage technologique tandis que d’autres appellent à la mise en place d’une réglementation pour éviter l’escalade technologique et en restreindre l’impact sur la performance. 

 

 

Témoignages et interrogations des coureurs – 

 

« Je viens de courir sous dopage technologique » P. Urruty.

Dans ce contexte favorable à l’explosion des records personnels, rares sont les coureurs possesseurs de la Next % à avouer, sans pouvoir, ni vouloir d’ailleurs (mais qui peut les blâmer) la quantifier, la part que prend le modèle à 275 euros dans la réalisation de leur performance. 

Certains sont pour son interdiction mais se voient dans l’obligation de le porter pour prétendre rivaliser. Félix Bour se livrait pour Ouest France en novembre dernier : « Je pense que cette chaussure devrait être interdite mais tant qu’elle ne l’est pas, d’autres l’utilisent et si je ne le fais pas, je vais être désavantagé ».

L’expérimenté Pierre Urruty s’est quant à lui longuement exprimé sur Facebook, après sa victoire à San Sebastián lors de la course de la Saint-Sylvestre.

« Ce soir, j’ai couru vite et j’ai gagné et peut-être même que demain il se pourrait bien qu’il s’avère que finalement j’ai triché… J’ai couru 7,9km en 22’59 et même si mon GPS indique 7,78km sur Garmin et 7,79km sur Strava, j’ai couru les 5 derniers km seul en tête devant des athlètes comme Eneko Agirrezabal (2h14 au marathon en 2019) sans faiblir entre 2’55 et maximum 3’/km avec le vent et les relances et même en partant une fois à la faute sur un virage serré ou j’ai fini dans une impasse. 

Vu mon niveau de forme depuis 2-3 ans et ma longue expérience sur cette distance, ce ne serait pas possible « normalement », et surtout pas avec une telle aisance que j’ai ressentie aujourd’hui et une telle stratégie de course bidon, moi qui suis très en difficulté d’habitude lorsqu’il faut imprimer un rythme élevé. 

Mais voilà, à mon tour comme des dizaines de coureurs qui battent leurs records sur course sur route en ce moment (et les 8 premiers de la course San Silvestre Donostiarra Amara KE), je viens de courir sous dopage technologique. Mon sport ne sera désormais plus le même à présent, et je vous l’annonce les performances actuelles ne relèvent pas du tout d’une progression physiologique des athlètes. »

Dans ce contexte, il semble urgent que les instances réagissent mais d’ici là les athlètes seront encore en nombre ce dimanche à Nice pour la très courue « Prom’Classic ». La météo devrait là aussi de la partie et les coureurs performants nombreux.

Qui n’aura pas la Vaporfly Next % aux pieds ? Probablement pas grand monde. 

 

Commentaires de JC Vollmer.

Quelles questions sont soulevées par cette analyse ?

Tour d’abord que le potentiel et la valeur physique intrinsèque ne sont plus en adéquation ce qui veut dire que celui qui gagne n’est plus forcément le meilleur. Dans un sport comme la course à pied une telle conclusion relève de l’inconcevable.

Que la première règle d’une compétition est l‘égalité de chance pour chaque concurrent sur la ligne de départ. Cela ne semble plus, et de loin, être le cas à moins d’organiser une course pour  les seuls concurrents portant des Nike.

Qu’un chrono situe en principe un coureur dans une hiérarchie. Avec les Nike cette hiérarchie est bouleversée. Un athlète moins performant dans l’absolu se donne donc la possibilité d’être sélectionné pour une compétition nationale, internationale non plus parce qu’il possède plus de talent, qu’il est mieux entraîné et supérieurement préparé mais parce qu’il porte les chaussures d’une marque lui conférant un avantage indéniable. Quelle injustice !

Mais surtout quelle dérive. 

Le monde de la course à pied compétitive est en danger. Déjà gravement menacée par le dopage « biologique »  voilà la planète course à pied secouée par un nouveau fléau : le « dopage » technologique. 

Certains diront que le progrès technologique a toujours été un moteur dans l’évolution de l’athlétisme. 

Certes, les startings blocs ont permis aux sprinters d’optimiser leur mise en action, les perches en fibre de verre ont fortement contribué à l’envol des perchistes, les aires de réception ont permis le fosbury flop, les pistes en synthétique ont été un formidable support pour toutes les disciplines. 

Sauf que, sauf que … dans ces cas, tous les athlètes ont pu en bénéficier de manière identique.

Et dans la situation actuelle avec les chaussures Nike ce n’est pas le cas. 

Les conséquences pour les athlètes de haut niveau peuvent être considérables : résultats tronqués, sélections biaisées, partenariats, primes, insertion sociale, reconnaissance…

Faire des performances, améliorer son record personnel non pas par un meilleur entraînement, un investissement plus conséquent, une meilleure préparation mais à la seule faveur d’une chaussure miraculeuse est une atteinte aux fondements de notre pratique.  

Tu ne progresses plus, tu veux faire l’économie d’une ou de quelques séances d’entraînement, la solution : achète les chaussures qui te feront aller plus vite ! 

Quelle image pour nos jeunes coureurs, quelles valeurs véhiculées par ce message. 

Pourquoi s‘entraîner et faire des efforts pour être meilleur alors qu’on peut réaliser des performances sans passer par les valeurs clefs de notre discipline qui sont travail, persévérance, engagement. Talent, Travail, Temps, la règle des 3T aux oubliettes !

Beaucoup parlent de dopage technologique. Je n’irais pas jusque -là.   Il ne s’agit nullement de blâmer ceux qui bénéficient ou peuvent bénéficier de cet avantage mais il est nécessaire d’interpeller ceux qui permettent ou laissent perdurer une telle situation c’est-à-dire World Athletics, bien silencieuse depuis 2017 sur le sujet. 

Et si à l’heure de la « fin des records » à une période où l’athlétisme est en chute libre sur le plan médiatique, l’arrivée de ces chaussures révolutionnaires est providentielle et représente une sacrée aubaine  pour la fédération internationale.

 Comment interpréter autrement la position de L’IAAF, pourtant totalement dépassée et hors- jeu lors des tentatives exhibitions pour vaincre les 2 heures, qui se félicite de voir Kipchoge descendre sous les 2 h, et lui fait l’honneur de lui attribuer le titre d’athlète de l’année 2019 alors qu’il a réalisé sa prestation en dehors de tout cadre règlementaire. 

En effet, regardons les chiffres suivants.    

Nombre de records du monde battus sur piste par décennie 

Depuis 1951

1951 => 1960 1961 => 1970 1971 => 1980 1981 => 1990 1991 => 2000 2001 => 2010 2011 =>   
Outlook
800 m 1 2 5 1 3 2 1
1000 m 10 3 2 1 1
1500 m 12 1 4 4 3
2000 m 1 4 1 2 2
3000 m s 3 4 3 1 3
5000 m 9 5 3 4 6 1
10000 m 3 4 3 2 8 2
3000 m s 11 7 7 1 4 3
Mile 4 5 4 4 2
2 miles 3 7 4 1 6
Total 57 42 36 21 38 8 1
Indoor
800 m i 1 6 1 3 2 1
1000 m i 1 4 2 3 3
1500 m i 2 6 2 5 2 2 1
Mile 6 4 4 2 1 1
3000 M i 4 5 2 6 5
5000 m i 2 4 1 4 1
Total 14 27 15 20 17 4 2
TOTAL 71 69 51 41 55 12 3

 

Sur piste, battre des records du monde est devenu extrêmement difficile. 

Quand un sport se construit essentiellement sur la notion de records et qu’ils ne peuvent plus être battus cela constitue un sacré handicap pour attirer médias, sponsors et spectateurs. Comment faire, si très hautes performances, records, sont depuis de nombreuses années aux abonnés absents.

On constate que seules les disciplines (5km, 10 km, semi-marathon, marathon) sur route voient leurs performances s’améliorer et même exploser. World Athletics ne peut que se réjouir de cette situation et fermer les yeux sur les conditions de réalisation. A-t-elle d’ailleurs les moyens ou la volonté de s’opposer à la puissance de frappe d’une des plus grandes entreprises mondiales. 

A-t-elle un autre choix que celui de laisser poursuivre cette course à l’armement et à quel prix ? Aura -t-elle la capacité de réglementer, légiférer afin de réguler ? 

De toute façon, le mal est déjà fait. 

Bilans internationaux et nationaux chahutés, performances surévaluées. Est-il possible de faire marche arrière ? C’est peu probable ! 

Et les coureurs, porteurs de ces magnifiques chaussures, comment vont-ils vivre avec ce simulacre, cette illusion de performance, qui va peut-être les accompagner toute leur vie ?

Et si l’effet chaussures n’était pas durable dans le temps, avec la fin de l’effet placebo, et si le l’adaptation du coureur à la biomécanique de la chaussure diminuait avec le temps leur efficacité, et si l’obsolescence des chaussures était programmée et que pour continuer à maintenir son niveau ou améliorer son temps, il faille passer au nouveau modèle. 

Et si, les pointes Nike pour la piste ne se révélaient pas aussi « géniales » que promises et que nos coureurs se retrouvent alors lors des épreuves sur piste en face de leur propre vérité : leur véritable niveau ? Ne vont-ils plus courir que sur route pour échapper au verdict de la piste, le seul juge de paix.

Nike, son projet Breaking 2 puis Ineo et ses coureurs Nike ont créé un tsunami dans le monde de la course à pied, aussi violent que l’arrivée de l’EPO au début des années 1990 mais sûrement plus profond encore car impossible à combattre puisque autorisé et touchant aussi les profondeurs du peloton. 

Alors que faire ? Sinon dénoncer ce qui s’apparente à une gigantesque escroquerie malmenant les fondements et les valeurs de notre sport. 

 

 

Ndlr

Les temps retenus pour les analyses sont les temps officiels et non les temps réels. Les temps officiels étant ceux retenus par World Athletics. Ce choix réduit donc les écarts avec les records personnels préalables. 

Les temps réalisés sur des 10 kilomètres jugés trop favorables comme celui de Morlaix n’ont pas été pris en compte dans l’analyse.

 

62 réaction à cet article

  1. Vous etes des pleureuses, ca fait 3 ans que la vaporfly est dispo et ca chouine maintenant ? ( la next apporte peu par rapport à la 4%)

    le materiel a évolué de tout temps, il y aussi eu un gap enorme dans les annees 70 notamment sur marathon et l’arrivee de mousses synthetiques …

    C’est la vie, en ski, en velo, en tennis, en foot, etc le materiel evolue et la pratique de ces sports change aussi.
    Maintenant de la a dire qu’il ne faut plus travailler, plus prendre son temps, plus n’avoir des prerequis genetiques ( le talent comme vous l’appelez )

    De plus, c’est pas comme si 250$ à reserver pour quelques courses c’etait cher quand on consomme deja une paire par mois pour son entrainement … Qu’est ce qui empeche les autres marques que nike de faire pareil ? C’est aussi de la faute de Nike si ils sont largues ? Si adidas prefere faire la promo des ultraboost et des groupes adidas runners « secte » urbaine ? … C’est de la faute de Nike si asics ne fait que des modeles qui peses 3 tonnes et ne sont pas dynamiques ?

    Gardez vos oeilleres, hurlez à l’injustice, c’est tout le contraire, c’est une liberalisation et une democratisation du plaisir dans ce sport.

    Répondre
    • On ne s alarme « que « maintenant parce que les preuves statistiques de l apport de la  » next  » apparaissent aujourd hui criant.
      Il faut aller au dela de l opposition nike/ addidas, mais voir ou cette orientation vers un apport de plus en plus grand de la technique dans la performance nous emmene

      Répondre
      • je cite adidas car la marque est répendue,
        pourquoi ne pas citer la progression hallucinante de certains coureurs entre la corrida de noel d’issy deux semaines auparavant, et cette corrida de houilles, à à peine deux semaines d’écarts, et iso matériel ? personnellement, je fais plus d’une minute de mieux sur Houilles, et en me sentant moins bien physiquement …

        et pour courir en vapofly depuis 3 ans, je maintiens que la next n’apport quasiment rien par rapport à la 4% classique, qui était déja bashée par des sites de gens ‘éclairés’ car ce n’était que du marketing du vilain nike qui voulait vendre une chaussure à 250€ (oulala les méchants ), et maintenant, d’un coup, ca serait efficace, donc au lieu de les blamer de faire du marketing, on les blame de dopage technologique …

        de plus l’apport de la technique n’est pas de plus en plus grand spécifiquement maintenant, il est croissant depuis toujours et quelque soit le sport, quand en 75 / 76, 10 mn sont gagné d’un coup sur la marathon de nyc, c’est grace à l’arrivée de nouvelles mousses dans les chaussures, personne n’a été choqué …

        Répondre
        • et sinon, pour répondre à la question, comment vont vivre les coureurs de ce « simulacre de performance » bah très bien, tout comme les cyclistes qui ont des vélos plus leger ou des meilleurs rendements de boites de vitesse,
          comme les tennisman qui ont des cordages permettant un meilleur rebond, et une meilleur absorption des vibration, comme les skieurs qui ont du matériel qui glisse mieux, tout en étant plus rigide et renvoyant plus d’energie en virage sans forcement etre infiniment plus lourd … comme les footeux ont des chaussures protégeant mieux, des ballons plus lisses et plus flottant favorisant le jeu rapide et les frappes … etc

          cette micro polémique montre bien l’esprit fermé de certains qui pensaient que tout était immuable / qui sont dégouté d’être coincé avec un autre équipementier …

        • En somme vous vous considerez comme une.sorte de pionnier pour son epoque a qui le temps rendra raison?
          Je pense qu on s acheminera vers une reglementation comme en natation avec les combi polyurethane.

        • je me considère comme rien du tout ! juste que c’est un bonheur de courir avec ces chaussures; en terme de sensation, elle donnent la banane, elles donnent envie d’essayer d’aller encore plus vite … quelque soit le temps à l’arrivée, c’est tout et que je pense que beaucoup partagent cet avis. je trouve que le ton condescendant et méprisant employé dans cet article montrent justement une grande étroitesse d’esprit et nuit aussi à la démocratisation de ce sport. Pas que tous puisse prétendre aux même performances, mais il me semble important que tous prennent plaisir à pratiquer tout en ne mettant pas en jeu leur santé.

          en natation, il y a une différence entre une combinaison et un maillot plus classique notamment par la surface de l’ensemble, c’est ça qui est gênant, ici, la chaussure reste sous la même forme, on ne parle pas d’un exosquelette ou d’une aide allant jusqu’à optimiser d’autres mouvements ou encore l’aérodynamisme du coureur …

      • comme je l’ai dit, j’ai personnellement gagné plus d’une minute sur Houilles vs Issy avec le même matériel avec seulement deux semaines d’écart et l’impression de me sentir moins bien physiquement … je pense sincèrement, qu’il faut aussi se poser des question sur les conditions de courses qui étaient exceptionnelles cette année ;)

        Répondre
      • Perso j’ai fait la corrida de houilles et jai amélioré mon temps de 1’30 en 6 mois de 38’10 à 36.49 je pense donc que le temps était au rdv et beaucoup d’autres critères car je n’ai pas de vaporfly…

        Répondre
    • je me considère comme rien du tout ! juste que c’est un bonheur de courir avec ces chaussures; en terme de sensation, elle donnent la banane, elles donnent envie d’essayer d’aller encore plus vite … quelque soit le temps à l’arrivée, c’est tout et que je pense que beaucoup partagent cet avis. je trouve que le ton condescendant et méprisant employé dans cet article montrent justement une grande étroitesse d’esprit et nuit aussi à la démocratisation de ce sport. Pas que tous puisse prétendre aux même performances, mais il me semble important que tous prennent plaisir à pratiquer tout en ne mettant pas en jeu leur santé.

      en natation, il y a une différence entre une combinaison et un maillot plus classique notamment par la surface de l’ensemble, c’est ca qui est gênant, ici, la chaussure reste sous la même forme, on ne parle pas d’un exosquelette ou d’une aide allant jusqu’à optimiser d’autres mouvements ou encore aérodynamisme du coureur …

      Répondre
      • 1: en natation, c’est la flottabilité qui est améliorée par rapport à un maillot classique, ce qui dénature la discipline ( une grande partie de l’entrainement et de la technique consiste à minimiser les forces de résistance à la progression dans l’eau).
        2: en course à pied, les nouvelles chaussures vous donnent un bien meilleur renvoi, ce qui aurait nécessité, sans leur aide, des années de gammes, de ppg, de travail de pied pour arriver au même résultat. Nous sommes dans le même cas de figure qu’en natation.

        3: permettez moi de douter de vos motivations: vous ne dépensez pas 250 euros pour le simple confort et le simple plaisir de la sensation de vitesse. D’autres modèles existent, alliant confort et légèreté, mais il n’y aura pas le chrono avec…..

        Répondre
        • 1. c’est la flottabilité, et la résistance au frottement de l’eau ;) mais certes, vous avez raison sur ce point, à ceci près que ce que le format de l’équipement changeait aussi, ce qui portait le plus à débat.

          2. effectivement, elle donnent un meilleur renvoi, comme les chaussures des années 2000 par rapport aux années 90, à celles des années 90 qui donnaient un meilleur renvoi que celles des années 80, etc…

          3. oh, si je dépense sans problème ces 250 € pour un semestre car je suis à environ une autre paire par mois en terme d’usure, ce qui sur un semestre équivaut à bien plus … ( 6x 150 environ ) … donc à côté de 900 € déja dépensés, rajouter ces 250 n’est plus un problème.

          mais doutez donc, vous avez choisi votre camp, celui de ceux qui ont décidé que « c’était mieux avant »

          personnellement, je ne prétend rien, je cours pour mon simple plaisir, le simple fait de me dépasser, j’ai 30 ans, aucun passé sportif, et j’ai découvert ce plaisir simple à portée de pieds à 26 ans et demi… et j’ai pu essayer les vaporfly assez vite et ait été totalement conquis.

          si la next était si incroyable par rapport aux 4% j’aurais d’ailleurs amélioré mon temps sur marathon … depuis un an … et au final même pas :( 8 mn de perdues ( snif snif )

          en dernier point, je fais faire le parallele avec le sport mécanique, on n’utilise plus les pneus d’il y a 20 ans, et c’est tant mieux … même si dans certaines catégories, les mecaniques ont que peu changer, et pourtant les temps sont meilleurs et personnes ne s’en plaint. ca s’appelle le progrès, le dépassement de l’humain par la rechercher et la technologie sans nuire à sa santé, et ce n’est pas antinomique avec la beauté du sport. ( contrairement au dopage médical qui lui à terme nuit à la santé )

    • Tout à fait en accord avec toi

      Répondre
    • Nike a tout breveté, les autres marques comme Adidas ont aussi un modèle similaire mais pour le moment il reste qu’un prototype car ils n’ont pas le droit de le commercialiser. Les athlètes français sponsorisé par une autre marque que Nike ont effectivement un énorme désavantage. Doivent t il perdre leur principale source de revenu et investir dans le modèle où se battre comme ils peuvent et continuer avec leur équipementier ?
      Personnellement j’ai la chance de ne pas avoir à me poser la question et de courir en Next, mais je ne suis pas naïf.

      Répondre
      • la plaque carbone n’est pas brevetée puisque Hoka a aussi sorti une chaussure beneficiant de ce principe ;)

        en revanche ,oui, le combo zoom X et plaque carbone avec le drop et les côtes Nike sont brevetés.

        Répondre
  2. 28’30 et pas 28’32 pour moi ☺️

    Répondre
  3. Très bon article , bien argumenté. 30’03 pour moi en 2007 et 3 42 au 1500 à l’époque où notre sport était encore universel où quelque soit ta paire de pompe tu avais ta chance… Snell qui est mort il y a peu et qui avait fait 1 44 au 800 sur une piste en herbe pouvait encore rivaliser avec les athlètes d’aujourd’hui et comparer ses perfs à travers les époques, même bikila pieds nu et ses 2h14 méritait encore le respect avant l’arrivé de ces athlètes marchandisés, fragilisés aux pieds nickelés et j’oserais dire nike laids …peut être d’ailleurs faudrait il prendre le contre …pieds ! et organiser des courses sur herbe et pieds nu comme les deux athlètes , snell et bikila. 2 athlètes avec un grand A…

    Répondre
  4. Si c est pas technologique ,c est biologique ,arrêtez de cautionner tout ça …dégoûter du sport de haut niveau ….

    Répondre
  5. Schrub et Miellet, RP et tous les deux en adidas…

    Répondre
  6. Bonjour,

    C’est ahurissant de lire des bêtises pareil à notre époque!!!!
    J’adore votre site mais cette article est pour moi un enchaînement d’argument vraiment « idiot ».Une paire de chaussure qui fait courir plus vite, ou allons nous???? Jai l’impression de regarder une série sur Netflix.
    Malgré tout j’adore votre site et ce que vous faites!!!
    Sportivement

    Répondre
    • l’étude statistiques des derniers résultats faites au début de l’article ( et faites également sur le site spe 15 ) semble vous donner tort.
      Ces chaussures font évidemment courir plus vite…..

      Répondre
      • à proprement parler elles ne font pas courir plus vite, mais consommer moins d’energie pour une même vitesse, et lissent donc la performance sur la durée d’une course ;)
        les gains sont donc à priori plus important sur du très long que sur un 10 km qui reste une distance relativement explosive.

        Répondre
        • Un 10 km est une course exclusivement aerobie et n a rien d un format « explosif ».
          On reste sur une pourcentage d au mieux 90 % de la vma, et c est bien souvent l economie de course qui fait qu on soit un bon courreur de 10 000 m.
          On ne ferait pas de gammes et de ppg pour aller plus vite?
          Allons donc…..

        • pour toi, peut être, personnellement, je suis à 190 bpm ( 200 en max ) en moyenne sur un 10 km et plus près de 95% de VMA …

          mais c’est assez drole, lepape ne s’insurgeait pas il ya 6 mois https://www.lepape-info.com/actualite/la-nike-zoom-vaporfly-4-fait-elle-courir-plus-vite-analyse/

    • Il faut se documenter avant de répondre… peut être êtes vous plus expert de séries netflix que de course à pieds et d’athlétisme en effet

      Répondre
      • Et vous arrêtez de croire que le père noel existe, et peut-être vous remarquerez que ce débat est totalement inutile. La technologie évolue et elle évoluera encore. Des qu’une chaussure va sortir( n’importe qu’elle marque) et que x coureurs ou coureuses vont battre leurs reccords on dira que cest la faute de la chaussure? Que faites vous de la densité et des conditions favorables, qui était exceptionnelle cette annee !!!Forcement que les gens on battu des records avec car tout le peloton est équipé de ces chaussures!!!! F aut arrêtez de croire que l’on va battre des reccords à cause d’une chaussure!!!!

        Répondre
  7. Effectivement cette polémique est stérile.
    Nous devrions nous réjouir de ces chaussures qui permettent enfin d allier dans une même paire de chaussure de route le confort et le dynamisme.
    La mousse dans les semelles ne crée pas d énergie pour pousser le coureur car dans ce cas effectivement il y aurait dopage.
    De tout temps il y a eu des innovations technique qui profite au départ à leur inventeur mais je ne doute pas que rapidement les autres marques vont s’approprier çette innovation

    Répondre
    • Que dirais tu d un velo qui stockerait de l energie ( en profitant des descentes par exemple) pour la resituer ensuite dans les montees?
      Une grosse partie technique de l entrainement en athletisme est de faire en sorte que le temps de contact au sol soit le plus court possible pour une restitution optimale de l energie.
      Si c est la chaussure qui maintenant fait la plus grande partie du boulot, ou est l interet de ce sport?

      Répondre
      • Votre comparaison est biaisée: la Vaporfly ne stocke pas d’énergie pour la restituer! Et pour faire l’analogie avec le matos vélo, cela fait bien longtemps que les fabricants majeurs de vélo route ont travaillé sur les cadres carbone pour optimiser le ration confort/rendement. Et je ne parle même pas de l’évolution du matos en VTT!

        Répondre
        • vous n’avez pas tort… c’était juste pour souligner le fait qu’un paramètre important de l’athlé’, c’est justement la restitution d’energie ( même si il n’y a pas à proprement parler de stockage) , et cette faculté se TRAVAILLE. ( et oui, c’est exigeant )
          Donc dire que la chaussure ne vous aide pas parce qu’elle ne produit pas d’energie est une erreur. les grands coureurs ont de la caisse, mais aussi  » du pied ».
          Les chiffres et les analyses présentées vous montrent bien qu’il y a une rupture quantitative du gain apportés par ces derniers modèles de Nike. Et susceptible de rendre totalement illisible la discipline s’il n’y a pas de réglementation. ( et cette dernière existe en cyclisme, toutes les innovations ne sont pas autorisées ). De plus, veux t on que l’athlé devienne un sport « mecanique », alors même qu’il ( me ) séduit par sa simplicité et son universalité.

          On sait ce que vaut un chrono, on connait la valeur d’une performance. Quelle avenir pour la discipline si cette performance ne veut plus rien dire, ou si elle consiste à récompenser l’athlète, entre autres, le mieux équipé?
          Quelle valeur je fais passer à un jeune que j’entraîne en demi fond, si l’objectif, que je pensais lui faire atteindre sur 1500 m est disons 4 15, et si finalement quelques mois plus tard, ça ne vaut que 4 20 ou 4 25?
          Malgré les quelques progrès enregistrés durant les 30 dernières années, un pantel courrait déjà en 27 30 au 10000 au début des années 90. Ou sont les français, qui malgré un meilleur entrainement, un meilleur équipements font la même chose aujourd’hui? ( jusqu’aux nouvelles pointes de nike? ).
          Pour être plus cynique, quel avenir pour les meetings et rendez vous internationaux si aucune hiérarchie ou repère chronométrique n’existent un peu durablement?
          Est ce que les ingénieurs de nos chers équipementiers ne peuvent pas trouver des innovations qui redonnent vraiment du sens au sport et au progrès?
          Courir le plus vite possible un 10 km n’a intrinsèquement aucune utilité: c’est ce que cela suppose ensuite de mettre en oeuvre ou ce que cela permet qui a de l’intérêt. Je dirais l’entrainement, la confrontation non faussée avec nos semblables, et la recherche d’une sorte de perfection dans nl’ activité….entre autres. ( je sais, je suis un vieux con)
          On peut aussi penser que ce qui compte est la concurrence par tous les moyens, la recherche de combines pour être devant les adversaires, le résultat rapide, le mensonge quand à sa propre valeur.
          et pour finir:
          LUKE: Vador. Le côté obscur est le plus fort.
          YODA: Non, non, non plus rapide, plus facile, plus séduisant.

  8. Je crois que le gain de ces chaussures se trouve surtout dans la réduction de la fatigue musculaire qu’elle permet.

    Répondre
  9. NO COMMENT !!!!!!!

    Répondre
  10. Et si les performances venaient de la motivation et des instances qui ont pris en main de nombreux jeunes. Cette prise en main à pour échéance les championnats d’Europe et le JO qui seront OÙ !!!
    Nike à toujours équipé la majorité des pelotons.
    De bonnes conditions météo et les chronos tombent , c’est logique.
    Faites la même étude sur le 10 km de Barcelone. Les chronos sont moins flatteur.
    Combien en Nike?
    Et pourtant au moins 1 RP Stéphane Valenti 29’36 » . La préparation c’est la base.

    Répondre
    • Je suis sidéré de ces réponses quand on a une argumentation qui est étayé par des statistiques des preuves et corroborés par nombres d’articles sur le sujet depuis des mois et par des personnes qui sont experts dans le domaine depuis des décennies, jc wollmer co auteur de l’article compris bien sûr. Pour ma part puis je me permettre alors juste alors témoigner d’un sentiment ( ça on peut pas me l’enlever ?) , j’ai fais du bon niveau ( international jeune et senior en cross et 1500) et je suis dégouté par cette mascarade technologique autant qu’être une aberration écologique ( une paire de pompe qui fait 200 km et que l’on jette …) . Nike tue le sport que j’aime .

      Répondre
      • des statistiques ? on peut leur faire dire ce qu’on veut aux stats quand la course est aussi clémente qu’à Houilles …et une semaine plus tard, westphal fait une minute de moins sur un parcours moins clément …

        Répondre
  11. Donc le problème des courses sur route c’est les chaussures de nike … je pensais bêtement que c’était le dopage genre calvin Kenya and co …

    Répondre
    • Les deux mais presque davantage l’arrivée de technologie qui biaisent les perfs oui je trouve , je ne sais pas quel est votre pratique mais je fais partie d’une génération qui a été moi même lézé par des personnes dopés pour les sélections nottament mais j’ai continué à aimer mon sport et à le pratiquer pour battre mes records etc.. et je suis aussi prof d’eps et bien je me retrouve complètement dans l’argumentation de l’article. C’est un changement profond de paradigme pour l’athle et la course . Le dopage ce ne sont que des cas isolés et le plus souvent au haut niveau. La gueguerre des podiums de la course au saussisson ( que je fais aussi à l’occasion…) va se jouer à celui qui aura dépensé 250 euros ( et balancé ses godasses après 200 bornes en passant ) .

      Répondre
      • Donc pour un fois que le système marketing vend un truc qui fait vraiment gagner du temps on ne devrait pas l’utiliser: adidas vends des chaussures à 180 e quel est leur bienfait par rapport à des kalenjy à 60 e ? Tout le système vit de ce marketing qui fait vendre des chaussures des fringues de l’électronique des magazines des inscriptions à des courses des gels énergétiques et pour une fois on en a pour notre argent,,,

        Répondre
        • il y a trois ans, Nike était un villain de faire passer des vessies pour des lanternes car Nike méchant capitaliste américain qui fait des mauvaises chaussures qui blessent les gens et fait croire qu’une chaussure fait économiser 4%

          et maintenant qu’il est prouvé que leur r&d a fait un boulot fantastique, c’est des vilains parce que justement ca marche …
          tous ont essyé de mettre des plaques, mais surtout c’est la qualité de la mousse zoom x qui apporte un avantage ( couplé à la rigidité du carbone )

          https://www.lepape-info.com/actualite/la-nike-zoom-vaporfly-4-fait-elle-courir-plus-vite-analyse/

  12. Bon je suis un vieux coureur…. Le ‘dopage technologique’ a tjs existé ! Asics racer, Nike Air…. Adidas… Bon c’est le progrès technologique et c’est la bataille de toutes ces firmes!
    NIKE a vu le jour grâce à ASICS !
    La c’est vraiment parler ou commenter pour rien.
    Bientôt la nouvelle Saucony Endorphin Pro! Un bijou….

    Répondre
  13. ben attendons un peu , dans quelques heures sur la promenade des Anglais (prom’classic) on aura une confirmation de l’effet de cette chaussure ou pas . LIV y est .

    Répondre
    • et elle a fait un moins bon temps …
      quoi ? en vaporfly ? vraiment ?

      Répondre
      • J’ai couru une partie de la course avec elle et elle était clairement en gestion vu a qu’elle point elle a accéléré sur la fin pour prendre la première place

        Répondre
  14. Cédric Tassel Dopage technologique? Peut-etre, mais il faut quand meme rappeler que Bekele a couru sur piste 26:17 et la on parle de 27’12 sur route. Avec la popularité plus importante des 10,000 et 5,000 et de la course a pied en general. La chaussure est une avancée technologique, j’attends de lire des publications scientifiques sur le sujet juste pour savoir si il y a un effet ressort ou tout simplement…… elle est meilleure que les autres.
    Asics, Saucony, « Hoka one one » commercialise des chaussures avec des technologie similaires, les concurrents pendant 10 ans ont voulu faire des chaussures plates sans renouveler leurs semelles. De 2014 a 2017, c’était le BOOST qui régnait Dennis Kimetto et Kipsang ont explosé les record avec cette chaussure. Nike a révolutionné le design et incorporé une plaque en carbone.
    Au tennis on est passé du bois au plastique. Au ski, pareil. En voile, les matériaux sont de plus en plus léger. Les materiaux ont beaucoup changé. Cette chaussure peut-etre permet d’améliorer les performances, mais elle n’est pas un moteur non plus. Quand au argument du ressort… toute semelle est un ressort. La plaque en carbone est utilisée depuis des années sur piste. Un autre argument, la combinaison en polyurethane bannie des nageurs. Ben la c’est vrai qu’entre mettre un slip et une combinaison pour remplacer sa peau, on est pas au meme niveau.
    Finalement, les techniques d’entrainements sont de plus en plus affinées, les athletes sont de plus en plus nombreux. Une autre statistique, il y a de plus en plus d’athetes sous la barre des 4 minutes au mile. Et la chaussure n’y est pour rien car on parle de piste.
    https://trackandfieldnews.com/u-s-sub-400-milers-club-chronologically/

    Répondre
    • ouais, alors la stat est à double tranchant: ca explose à partir de 2006/2007 ( alors que la serie commence dans les année 60/70 ), et d’aucuns se sont étonnés de la subite bonne santé demi fond américain assez pauvre auparavant. J’ai peur que le matériel y soit pas pour grand chose.

      Répondre
  15. 1/ il est vrai qu’on peut faire dire bcp de choses aux stats… le nombre croissant de bonnes perfs avec ces chaussures peut ainsi être partiellement lié au nombre croissant de coureurs qui les portent… mais il faut alors aussi reconnaitre que ces coureurs les choisissent car ils pensent qu’elles leur procurent un bénéfice…
    2/ la question principale reste probablement liée à ce que représente un certain chrono: même s’il est évident que la chaussure ne permet pas à un amateur de courir aussi vite qu’un champion, il est aussi clair que le gain d’1 ou 2 min sur marathon biaise complètement les comparaisons, notamment en ce qui concerne les records (personnels ou internationaux).
    Le progrès technologique ne devrait donc probablement n’être autorisé en athlétisme (qui n’est pas un sport mécanique) que si le bénéfice reste négligeable par rapport à la valeur intrinsèque des athlètes et ne compromet pas significativement leur hiérarchie.

    Répondre
    • mais l’athlé est un sport mécanique, ton corps est une voiture, doté d’un moteur, de carburant, d’une aspiration à air naturelle, qui s’entraine qui s’optimise par l’entrainement, et la chaussure est ta liaison au sol …

      Répondre
      • le petit hic, c’est que la chaussure n’est pas ‘naturelle’ contrairement aux autres éléments en jeu pour la performance , il serait donc préférable selon ma conception de ce sport, de limiter le bénéfice qu’elle apporte au minimum (santé).

        Répondre
  16. Et l’avantage procuré par ces nouvelles Nike ne s’apparente-t-il pas très fortement au bénéfice par introduction de ressorts dans la chaussure, dont l’usage est pourtant réprouvé par le plus grand nombre (et d’ailleurs déjà interdit par le passé) ???

    Répondre
    • Sauf qu’il n’y a pas de ressort dans ces chaussures…

      Répondre
      • Pouvez-vous alors nous préciser pourquoi les ressorts ne sont pas acceptables?
        S’il s’agit d’un avantage purement mécanique trop prononcé, cet argument semble tout à fait s’appliquer aux vaporfly…

        Répondre
  17. Toute cette frénésie épuisante pour quelque chose d’aussi insignifiant. Courir plus vite et battre des records.

    Tout cela est bien symptomatique de notre époque et société. Le toujours plus.

    Si Nike pouvait dépenser autant d’énergie et d’argent à créer des chaussures totalement écologiques, qui durent des milliers de kilomètres …. mais ça tout le monde s’en moque éperdument.
    La preuve, les coureurs sont prêts à dépenser 250 euros pour un modèle qui ne dure que quelques centaines de kilomètres. Par contre tout le monde s’enorgueillit de battre son record.

    C’est triste.

    Répondre
    • quand une paire « normale » tient même pas un mois et demi, avoir une paire « course » qui fait un semestre, c’est pas non plus un désastre écolo ;)

      Répondre
      • A multiplier par les centaines de million de chaussures , ça commence à faire…..
        Un mois et demi ou un semestre une paire de chaussures……c’est une hérésie mais ça ne choque plus personne car il est devenu normal et usuel d’acheter/consommer et jeter.
        Les fabricants se frottent les mains en tout cas :)

        Répondre
      • pas très crédible comme argumentation, une paire qui ne tiendrait qu’un mois ou deux, à moins que vous n’ayez le kilométrage d’un Pro… ou alors, il faut se poser des questions sur les critères de choix de vos chaussures, sont-elles vraiment adaptées à vos parcours ou votre poids ? (perso, je fais 800-1000 km avec la plupart de mes chaussures…)

        Répondre
  18. Je retiens une stat: « Le ratio de record personnel est sensiblement meilleur chez les possesseurs des Next % (85%) que chez les autres (63%). »
    Donc 63% des PR ont été effectué sur des autres marques, donc même sans Nike, beaucoup ont amélioré leur PR – mais on préfère traiter de tricheurs ceux qui ont couru en Nike

    Répondre
  19. J’ai participé (dernier tiers du peleton) à la corrida de houilles 2019 avec les as et des chaussures bon marché à 200 gr d’une marque distributeur bien connue, et j’ai eu mal aux chevilles pendant une semaine, normal car l’amortie était minimaliste. Je viens d’acheter les Next et pour en gros le même poids, on a un amorti excellent (presque trop présent) ce qui est un vrai progrès… Le problème principal vient de l’absence de produits similaires chez Adidas, Asics. Dès qu’ils se réveilleront la polémique disparaitra et les prix baisseront…sauf si on décide de revenir aux vélos en acier, les raquettes en bois :-)

    Répondre
    • La bonne blague, comme s’il était nécessaire d’avoir 5 cm d’amorti pour éviter d’avoir mal au chevilles après un 10 K ! L’argument est plus recevable sur marathon, mais on n’a pas attendu les vaporfly pour pouvoir courir 30-40′ sans souci… (et on n’aurait pas vu non plus bcp de 10 000 sur piste, avec des pointes sans amorti ou presque…)

      Répondre
  20. Tenant nous en aux faits : des coureurs chaussés de Nike améliorent leurs performances. Ok, mais scientifiquement, ce n’est pas parce que deux faits sont corrélés qu’il y a un lien de causalité ! Autrement dit rien ne prouve que cette amélioration soit liée à la chaussure. Donc tant que ce n’est pas prouvé, toute cette discussion est stérile. Si par le passé, les scientifiques avaient sauté aux conclusions avec si peu d’éléments déterministes…

    Répondre
  21. Ok. donc cela serait du à quoi?
    A la météo ?( bonne sur toutes les courses de l’année ?), à une soudaine hausse du niveau des athlètes en France? ( et pourquoi donc en si peu de temps?), à un recours à plus de dopage? ( étant donné la politique de l’afld de se replier sur le haut niveau, c’est en partie possible).
    Quand bien même des athlètes honnêtes reconnaissent et décrivent l’apport de ces chaussures, ne nions pas l’évidence.

    Répondre
  22. Ou bien, plus simplement, la distance n’est pas bonne ?
    1min30 sur 10 km et à deux semaines d’écart, c’est énorme…
    Surtout quand tu passes en dessous de 38min…

    Répondre

Réagissez