Tokyo 2020 : Du bronze pour le relais mixte Français en triathlon

Léonie Périault, Dorian Coninx, Cassandre Beaugrand et Vincent Luis ont du batailler avant d'être récompensés de belle façon.
Médaillé de bronze en relais mixte derrière la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, le quatuor offre au triathlon Français le premier podium olympique de son histoire.

Le relais mixte Français médaillé de bronze olympique - Crédit photo : ©Wagner Araujo_Triathlon.org
Le relais mixte Français médaillé de bronze olympique - Crédit photo : ©Wagner Araujo_Triathlon.org

Comme annoncé, le combat fut rude et pour la France cela avait difficilement commencé.

Léonie Périault (5ème en individuel) chargée de lancer le relais sort de l’eau après ses 300 m de natation en 14ème position avec 22 secondes de retard sur la Britannique Jessica Learmonth qui devance l’Américaine Katie Zaferes et la Néerlandaise Maya Kingma et l’Allemande Laura Lindemann.

Un écart déjà conséquent mais pas rédhibitoire. Le groupe de 4 aux commandes (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Pays-Bas et Allemagne) est sans surprise, l’Australie est en embuscade.

Du côté des grandes nations seule véritablement la France manque à l’appel pour avoir tous les favoris aux avant-postes.

Lors de la dernière transition de la première relayeuse (cyclisme-course à pied), la France pointe à la 10ème place à 33 secondes, pas très rassurant pour la suite des évènements. Léonie Périault fait l’effort, elle se porte à l’avant du peloton et parvient à grignoter des secondes.

Au moment du premier passage de relais à Dorian Coninx, la France est 5ème à 26 secondes de la tête de course.

 

Le retard augmente à l’issue de la natation pour se situer à 37 secondes. En compagnie de l’Italien Gianluca Pozzatti et du Belge Marten van Riel, Dorian Coninx ne relâche pas ses efforts pendant les 6,8 km à vélo. Avant les 2 km de course à pied, France, Belgique et Italie ne sont plus qu’à 26 secondes du quatuor aux commandes solide sous l’impulsion du Britannique Jonathan Brownlee et de l’Américain Kevin McDowell.

Alors que Gianluca Pozzatti décroche dans le trio de poursuivants, devant Jonathan Brownlee accélère, Kevin McDowell marque le pas, le Néerlandais Marco van der Stel et l’Allemand Jonas Schomburg n’arrive pas à tenir le tempo.

 

Lors du passage au 3ème relais, la Grande-Bretagne seule aux commandes devance de 9 secondes les Etats-Unis, les Pays-Bas suivent à 22 secondes juste devant l’Allemagne. La France est à 30 secondes, la Belgique est légèrement distancée à 39 secondes. L’Italie pointe à 54 secondes.

À la sortie de l’eau, Georgia Taylor-Brown fait la course en tête devant Taylor Knibb et la Française Cassandre Beaugrand quasiment revenue à la hauteur de l’Américaine et à 26 secondes de la Britannique. l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique sont en embuscade mais derrière.

Taylor Knibb plus solide que Cassandre Beaugrand à vélo lâche la Française. Georgia Taylor-Brown ne se pose pas de question aux commandes et semble sereine. Cassandre Beaugrand est rejointe par la Belge  Claire Michel, l’Allemande Anabel Knoll et la Néerlandaise Rachel Klamer.

Au moment d’entamer la course à pied, Georgia Taylor-Brown toujours aux commandes compte une avance de seulement 11 secondes sur Taylor Knibb, 38 secondes sur Anabel Knoll, 40 secondes sur Claire Michel et Cassandre Beaugrand, 42 sur Rachel Klamer.

Cassandre Beaugrand est la plus rapide du groupe de poursuivantes et s’empare de la 3ème place provisoire à 35 secondes de Georgia Taylor-Brown après 1 km.

 

Lors du dernier passage de relais, la Grande-Bretagne reste aux commandes avec 21 secondes d’avance sur les Etats-Unis, 33 sur la France. Cassandre Beaugrand a fait l’écart puisque la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne sont à 20 secondes derrière le relais Français.

 

BRONZE TRIA
Crédit photo : ©Wagner Araujo_Triathlon.org

 

Vincent Luis dernier relayeur Français revanchard après sa déconvenue en individuel plonge dans l’eau motivé comme jamais et se lance avec l’Américain Morgan Paerson en ligne de mire.

À la sortie de l’eau, Vincent Luis a quasiment rejoint Morgan Paerson. L’écart s’est réduit à moins de 20 secondes avec Alex Yee seul devant.

Sur la partie vélo, Vincent Luis poursuit sa démonstration en puissance, le double champion du monde en titre revient sur Alex Yee et se permet même de l’attaquer au moment de la jonction à mi-course de la partie vélo. Derrière Morgan Paerson est légèrement distancé à une vingtaine de mètres. Le final s’annonce incroyable !

Lors de la dernière transition, Alex Yee irrésistible prend un léger avantage sur Vincent Luis. Morgan Paerson avec sa foulée heurtée mais efficace juste derrière revient sur Vincent Luis.

Pendant ce temps, Alex Yee s’envole seul et file vers le titre olympique. Morgan Paerson distance Vincent Luis et assure la 2ème place.

 

5 jours après obtenu l’argent en individuel, Alex Yee offre aux Britanniques le titre olympique, les Etats-Unis s’adjugent la médaille d’argent devant le relais Français.

Léonie Périault, Dorian Coninx, Cassandre Beaugrand et Vincent Luis permettent au triathlon Français de décrocher la première médaille olympique de son histoire.

 

photo 3
Crédit photo : ©Wagner Araujo_Triathlon.org

 

Réactions (source Fédération française de triathlon)

Cassandre Beaugrand – 3ème du triathlon relais mixte : « On est passé par toutes les émotions pendant la course. On s’en sort vraiment bien, on fait une bonne course et nous sommes très contents de ramener cette 1ère médaille au triathlon français. La chaleur ne m’a pas gênée car on avait bien travaillé dessus. J’ai essayé de me concentrer sur mon relais sans me mettre plus de stress, de penser à tout ce que je pouvais mettre en place pour grapiller quelques secondes sur la tête. J’ai été surprise de revenir sur l’Américaine. Je n’ai pas très bien géré le vélo mais j’ai tout donné en course à pied. »

 

Léonie Périault – 3ème du triathlon relais mixte : « Je fais une contre-performance même si les filles devant nageaient vraiment fort. J’ai essayé de donner le relais à Dorian avec le moins de retard possible. J’avais une totale confiance en mes coéquipiers, ils avaient vraiment envie de se rattraper de leur course individuelle. De mon côté j’ai eu beaucoup de frustration. C’est complètement fou de fêter mon anniversaire avec une médaille olympique autour du cou ! C’est un rêve qui se réalise. »

 

Dorian Coninx – 3ème du triathlon relais mixte : « J’aime toujours autant cette épreuve avec l’équipe où il y a toujours une très bonne ambiance. On avait tous envie de se rattraper de nos courses individuelles et Léonie de continuer sur sa belle lancée. Même si nous étions favoris, il faut toujours aller la chercher la médaille et on a réussi. J’ai essayé de gérer la course avec les circonstances dans lesquelles j’étais. Je savais que derrière Cassandre avait une très bonne natation pour aller chercher les filles. Je n’ai pas trop réfléchi en mettant tout ce que j’avais. On a tous fait de notre mieux, personne n’a fait d’erreur, c’est une très belle médaille de bronze. »

 

Vincent Luis – 3ème du triathlon relais mixte :
« C’est comme ça que j’avais imaginé le déroulement de la course. Yee est l’un des meilleurs coureurs du circuit, c’était le plus fort aujourd’hui. Il savait qu’il avait à gérer à vélo pour chercher ensuite l’or à pied alors que je n’étais pas à 100 %. C’est de bonne guerre, j’ai joué mes cartes, il a joué les siennes. Je suis satisfait de ma prestation dans un sport qui devient de plus en plus tactique. On a choisi de faire partir Léonie devant, c’était peut-être risqué mais elle a assuré comme une cheffe. Dorian et Cassandre ont assuré aussi. Puis je prends le relais 3. Je finis 3. C’est donc bien. J’ai beaucoup donné dans les 15 premières minutes de la course puis il m’a manqué un peu d’essence. Ce sont les JO, il fallait y aller pour une médaille d’or aujourd’hui. Je ne me suis jamais posé la question d’assurer la 3ème place, je voulais ramener l’or pour l’équipe. J’ai fait une grosse natation et un gros vélo mais je n’ai pas réussi à revenir sur Yee avec l’Américain derrière qui ne me lâchait pas. Finalement j’ai essayé d’assurer l’argent ou le bronze sur la course à pied. Là je n’étais pas à 100 %, j’ai passé près de 20 minutes à fond et il ne fallait pas que je me mette dans le rouge. Je pense avoir fait la meilleure course possible, il m’a manqué un peu de watts à vélo pour lâcher Yee et prendre quelques secondes. On reviendra dans 3 ans pour chercher l’or à la maison ! J’aurais préféré repartir avec 2 médailles autour du cou. J’en ai une et il ne faut pas cracher dessus, c’est incroyable et elle est historique. C’était déjà très dur d’être dans l’équipe, il faut continuer de travailler, cette médaille d’or restera à jamais un rêve de gamin. »

 

 

Réagissez