La préparation à l’UTMB® de Julien Chorier. Le calme avant la tempête

Nous voici dans la dernière ligne droite. A partir de maintenant, on ne peut plus progresser ! Il faut juste optimiser le niveau de forme et maîtriser ses émotions. Le jour J, il faudra vivre intensément l’instant présent, tout en restant calme et serein. 5 jours de repos sur les 12 derniers jours doivent permettre une belle surcompensation.

Source :  Altitude Films
Source : Altitude Films

Semaine du 21 au 27 août

Lundi : Repos complet

Mardi : Repos complet

Mercredi

  • Matin : 50mn home-trainer en souplesse
  • Après-midi : Vers 18h (heure du départ) sortie ~16 km avec aller 7-8 km à 14-15 km/h pour mimer le départ de l’UTMB et en recherchant le relâchement, l’économie de course. Retour plus facile par les chemins avec un peu de dénivelé.

Jeudi : Entraînement croisé. 60 km facile en 2h.

Vendredi : Sortie 25 km facile avec ~1500m d+. Derniers réglages techniques.

Samedi : Repos complet

Dimanche : Simple footing 1h en entretien, avec 200/300m d+

 

Explications :

A 12 jours de l’événement, les charges réduisent considérablement (4 jours d’entraînement sur 7). C’est l’heure des derniers réglages avec notamment des entraînements spécifiques à l’heure de la course pour habituer le corps à être actif au bon moment, mais aussi pour mieux se projeter mentalement.

 

 

Julien dans les mains expertes de son kiné Julien Gadpaille
Julien dans les mains expertes de son kiné Julien Gadpaille

 

Semaine du 28 août au 3 septembre

Lundi : Repos complet

Mardi : Fractionné (vers 18h). Échauffement complet + 8 x 1min/30s sur sentiers plats. Tu te fais plaisir à aller vite et faire monter les pulsations. + 10 min récupération active.

Mercredi Matin : Footing 30-45 min avec partenaire Compressport

Jeudi : Repos ou petite routine (20-25 min facile + 2-3 accélérations)

Vendredi : Départ UTMB 18h. Sieste en début d’après-midi

Samedi Arrivée UTMB

 

Explications :

La dernière semaine mêle repos et légère activité. Ces derniers jours sont parfois vécus difficilement par les athlètes. Il est vrai qu’avec la diminution des charges de travail, le corps subit un mini-cataclysme qu’il faut savoir contrôler. Prise de poids, perte de confiance, stress … peuvent venir perturber la fin de préparation. C’est pour cela qu’il est intéressant d’alterner des petites séances avec du repos. De même, afin de se rassurer sur son état de forme et d’évacuer le stress, il est intéressant de conserver une séance qualitative mais de faible charge 3 à 4 jours avant le départ. La veille du départ, voire le matin dans le cas d’un départ tardif, il est intéressant de réaliser une petite routine qui consiste en 20 à 30 minutes de footing léger compléter de 3 accélérations progressives.

 

L’approche mentale. Ne pas viser un classement !

S’il ne fallait donner qu’un tuyau, ce serait de se concentrer sur des données objectives de la performance car ce sont les seules contrôlables. Se donner des objectifs en termes de classement est une erreur car cela ne dépend pas que de vous. Ainsi, il est largement préférable de se donner des fourchettes de temps à chaque point de passage défini par le système live trail. L’objectif final est ainsi décomposé en de multiples sous-objectifs qu’il faudra atteindre les uns après les autres.

Comme Julien, il est aussi possible de mettre son cardiofréquencemètre afin d’avoir des repères en terme d’intensité et d’éviter le départ en surrégime. Même un athlète expérimenté comme Julien peut commettre des erreurs de pacing ou de nutrition.

Répétons que cette année, Julien se fixe l’objectif chronométrique de 22 heures. Résultat dans quelques jours ici http://utmb.livetrail.net/

 

1 réaction à cet article

  1. On ne peut que lui souhaiter d’atteindre cet objectif et surtout de se faire plaisir. Bravo à tous deux en tout cas pour cette préparation soignée!

    Répondre

Réagissez