Cyclisme : La PMA et ses questions

« Quelle est ta PMA ? » … question récurrente chez les cyclistes qui traduit une sorte d’obsession pour cette qualité. Mais que se cache-t-il en vérité derrière cet abrégé ? Et pour quelles raisons est-ce un bon moyen d’évaluer sa progression ?

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Définition

 

La PMA signifie Puissance Maximale Aérobie. Elle traduit donc la puissance que le cycliste peut développer lorsque son système aérobie (avec oxygène) est à son maximum (à VO2max). Elle permet ainsi un état des lieux plus ou moins précis de ce que l’on appelle communément le moteur du coureur.

Cependant cette valeur-là n’est jamais absolue et évolue selon les protocoles et les outils de mesure de la puissance. Sans rentrer dans les détails, il est impossible actuellement d’évaluer avec précision et en routine la puissance du seul système aérobie qui est toujours en interaction avec son pendant anaérobie (sans oxygène).

Il faut donc toujours mettre en parallèle les valeurs annoncées avec les conditions dans lesquelles le test a été réalisé.

 

Plusieurs PMA

 

Comme deux protocoles différents vont donner deux PMA différentes (parfois avec de grands écarts) il est très important de ne comparer que les résultats issus d’un même protocole. Adoptez donc toujours le même protocole ou choisissez toujours le même laboratoire pour passer vos tests !

Ci-dessous 2 protocoles différents pour estimer votre PMA :

 

Le test 5 minutes en bosse

(Peut aussi se faire sur 4 minutes. L’important étant de toujours conserver la même durée de test pour pouvoir effectuer des comparaisons)

Avec un capteur de puissance sur votre vélo effectuez un contre la montre de 5 minutes en bosse (performance maximale) en veillant à bien gérer votre effort (être le plus régulier possible). La puissance moyenne de vos 5 minutes sera révélatrice de votre PMA du moment.

 

Le test par paliers

Peut se faire sur Home Trainer avec un capteur de puissance (utilisez toujours la même résistance) ou en laboratoire avec du matériel adapté.

-10 à 15min échauffement

-Départ 100w et augmentez de 30W toutes les 2min (2min à 100W + 2min à 130w + 2min à 160W etc.) jusqu’à épuisement.

Vous obtenez alors votre PMA avec ce calcul : puissance du dernier palier terminé + ((puissance du dernier palier non terminé – puissance du dernier palier terminé) * temps passé dans le dernier palier (s) / 120)

Exemple : Vous tenez 320W pendant 2 minutes puis vous soutenez 342W pendant 60s dans votre dernier palier. Cela donne une PMA à : 320 + ((342 – 320) *0,5) = 331 watts

En outre, il est important de ramener aussi cette valeur à votre poids. En effet, la rapport poids/puissance est, dans de nombreuses situations, plus révélateur de la performance en cyclisme que la seule puissance. Ici, pour un cycliste de 68kg, vous obtenez par exemple un rapport poids/puissance à PMA de 4,87 W/kg.

Dans tous les cas, si vous voulez mesurer la progression de votre système aérobie, tenez-vous toujours au même protocole de test !

Source - Fotolia
Source – Fotolia

 

Pourquoi mesurer votre PMA

Mesurer votre puissance maximale aérobie, malgré les réserves émises, reste un excellent moyen d’évaluer votre potentiel en endurance et donc votre capacité de performance en cyclisme (notamment sur route).  De plus, si vous possédez un capteur de puissance, la mise en place de sessions d’évaluation régulières est très simple et peu contraignante.

Réaliser régulièrement un test de votre PMA est donc très intéressant pour contrôler votre progression et l’efficacité de votre entraînement. Concrètement, 3 tests par année est une bonne option (début, milieu et fin de saison).

 

Réagissez