Mondiaux – Eugene : El Bakkali sacré sur 3000 m steeple, Ingebrigtsen s’incline face à Wightman sur 1500, Kipyegon intouchable chez les femmes

Les 18èmes Championnats du monde d'athlétisme qui ont débuté à Eugene (Etats-Unis) se poursuivent jusqu'à ce dimanche.
L'occasion de faire un nouveau point en compagnie de notre expert Jean-Claude Vollmer sur les épreuves de fond et demi-fond qui se sont déroulées sur la piste du Hayward Field avec notamment les finales du 3000 m steeple masculin et les 1500 m hommes et femmes qui nous offert un beau spectacle.

EUGENE 2

Lepape-info : Jean-Claude, sur le 3000 m steeple messieurs, victoire du champion olympique Soufiane El Bakkali qui confirme sa main mise sur la discipline dans les grands rendez-vous

Jean-Claude Vollmer : C’était le favori à l’instar de beaucoup d’autres disciplines les Kenyans sont moins présents alors qu’ils dominaient depuis plus de 30 ans. Visiblement il se passe quelque chose on le voit aussi avec le 1500 m masculin où l’Europe commence à reprendre le dessus.

On a rarement couru aussi lentement une finale de championnat du monde sur 3000 m steeple avec une victoire en 8’25″13 mais avec un dernier 400 m très impressionnant en quasiment 58″, j’ai rarement vu cela. Maîtrise absolue de Soufiane El Bakkali, dans la course on croit qu’il est souvent en difficulté, il traîne un peu loin et il finit véritablement en trombe. Quelque soient les configurations de course, je pense qu’il est intouchable en ce moment.

 

Lepape-info : Mehdi Belhadj termine 13ème en 8’34″49 

J-C.V : Je pense qu’il n’a pas encore le niveau pour finir une course avec un tel rythme sur le dernier 1000 m / 800 m, le changement est trop brutal. Mehdi a couru en 8’16, les meilleurs peuvent courir en 8′ il ne faut pas rêver ni espérer de miracle. Il est à son niveau. La leçon à tirer d’une telle finale pour lui est qu’il faut qu’il élève globalement son niveau. La prochaine course tactiquement cela peut être un départ en 2’35 au kilomètre, il faut s’adapter au niveau, il a fait de belles choses cette année. Au Championnat d’Europe à Munich dans un mois ce sera une autre course, il y aura des Espagnols, peut-être des athlètes qui n’auront pas fait les Championnats du Monde. Il ne faut pas se projeter sur le classement au moment des Mondiaux loin de là.

 

Lepape-info : Sur le 1500m messieurs, Jakob Ingebrigtsen a trouvé plus fort que lui en la personne du Britannique Jake Wightman

J-C.V : Ce fut une course de très haut niveau avec un passage en 1’52 au 800 m, 2’48 au 1200 m. C’est exactement le genre de course pour laquelle Ingebrigtsen qui manque de vitesse avec Wightman qui a déjà couru 1’44 sur 800 m ne peut pas répondre. Le Britannique a très bien couru en collant Ingebrigtsen qui n’a pas pu faire la différence avant la dernière ligne droite. S’il y a du monde avec lui comme ce fut le cas et que cela se court pas loin de son meilleur niveau, il montre ses limites. Je le dis depuis longtemps et je suis l’un des seuls à penser qu’Ingebrigtsen ne battra jamais le record du monde d’Hicham El-Guerrouj (3’26″00). Pour moi c’est plus un coureur de 5000 mais sur cette distance il y aura des clients aussi.

 

Lepape-info : Comme en finale des Jeux olympiques, des chronos de très haut niveau sur cette finale avec le podium en moins de 3’30 

J-C.V : Abel Kipsang lance la course avec un premier 400 m en 55″51, Ingebrigtsen embraye ensuite Timothy Cheruiyot met son nez devant, chacun à tour de rôle a permis que cette course aboutisse sur un chrono final de très haut niveau avec des Kenyans hors du podium et des Européens qui n’ont plus peur d’eux (Le Britannique Jake Wightman s’impose devant le Norvégien Jakob Ingebrigtsen et l’Espagnol d’origine Marocaine Mohamed Katir)

 

Lepape-info : Enfin le 1500 m féminin fut de toute beauté, incroyable scénario de course avec Faith Kipyegon (1ère), Gudaf Tsegay (2ème) et Laura Muir (3ème) qui ont très rapidement faussé compagnie au peloton 

J-C.V : C’est un truc de fou ! Gudaf Tsegay part aussi vite que les hommes en finale avec un premier 400 en moins de 59″ qui a du leur mettre du lactate jusqu’aux oreilles. Après cela se calme mais cela reste à un très haut niveau avec des relances permanentes. Tsegay finalement termine 2ème cela montre qu’il y a des limites humaines, que l’on ne peut pas jouer tout le temps comme cela il suffit de voir leur état à l’arrivée. Cette tactique était la seule pour espérer battre Kipyegon finalement victorieuse en 3’52″96 (2ème chrono de sa carrière) elle a montré qu’elle était largement au-dessus du lot, on avait les 3 meilleures devant. J’ai eu peur à un moment elles étaient sur des bases de 3’45 !

Réagissez