cycling professional race

Nos cousin Québécois, du vélo ils en font !

Lors des derniers championnats du monde de vtt qui se sont déroulés au Canada dans la province du Québec et plus précisément au Mont Sainte Anne, j’ai eu l’occasion d’agrémenter cette pause outre atlantique de de rencontres avec des acteurs clés du cyclisme québécois. Immersion intégrale dans le cyclisme de nos cousins québécois.




image1

Le Swiss sportlab, un laboratoire novateur en Suisse

Cyrille Gindre est le fondateur du site Volodalen, site référence de la course à pied que tous les passionnés connaissent. Ce chercheur a écrit de nombreux ouvrages et il collabore de longue date au magazine Zatopek. Il y a 6 ans, il quitte son Jura natal pour venir créer son laboratoire à Aigle en Suisse, à 2 pas du siège de l’Union Cycliste Internationale.

Kenyan-Eliud-Kipchoge-franchit-vainqueur-ligne-arrivee-marathon-Londres-28-avril-2019_0_729_486

2h au Marathon : 1 chance sur 10 en Mai 2032

À observer un marathon on se prêterait volontiers à deviner sur le résultat. Aujourd’hui plus que jamais, on cherche à prédire les performances au point d’en oublier leur composante imprévisible. Un contexte… Un athlète… Une foule… Et le record tombe. Alors plutôt que de s’évertuer à projeter une « date » pour cette fameuse barrière des 2h, ne serait-il pas plus pertinent de parler de « probabilité » de record ?

image3

Championnat du Monde de 24h : 24 heures pour un record !

24 heures en courant pour parcourir le maximum de distance.

Énoncé ainsi, l’exercice est clair et simple. Et il l’est. Mais ce qui l’est moins, c’est l’approche mentale de l’exercice. Habituellement une course se termine sur la ligne d’arrivée, ici cette ligne d’arrivée n’existe pas. C’est à chacun d’aller la fixer. De la repousser le plus possible pour au final engranger la distance la plus importante. La performance ici c’est la distance réalisée et non le temps mis. Et là, l’exercice est plus difficile. Car malgré la douleur, malgré la difficulté, il faut aller coûte que coûte de l’avant. Ne jamais s’arrêter. Toujours progresser.
C’est à ce moment que la force mentale s’exprime. Ignorer les alertes envoyées par le cerveau à ses muscles. Repousser son seuil de douleur. Il n’y a pas de limite. « La seule limite, c’est celle qu’on se donne ! ». C’est le moment où chacun d’entre nous juge que la souffrance n’est plus supportable.

Crédit photo : Albin Durand

Jeff Lastennet : « Un cross ou un marathon m’a toujours fait plus rêvé qu’un 800 m »

Jeff Lastennet est un touche à tout passionné. Il y a un peu plus de dix ans, il était demi-finaliste aux championnats du Monde 2009 à Berlin, sur 800 mètres. Une autre vie, presque, pour le Bordelais, 32 ans aujourd’hui. Sa carrière a été stoppée par des blessures à répétition. Il a ensuite goûté aux longues soirées, qu’il n’avait pu qu’entre apercevoir durant ses années sur le double tour de piste, comme pour rattraper le temps perdu. Une vie étudiante à l’âge adulte, en somme. Sauf que le sport est dans ses veines. Sauf que ses veines sont le sport.
5 réactions

78707101_960093377697811_5685181869650345984_o

Hugo Hay, une structure atypique pour voir Tokyo et Paris

Hugo Hay a fait un choix fort. A 22 ans, le double médaillé aux championnats d’Europe de cross espoirs (argent en 2017, bronze en 2018) a quitté début septembre Bressuire (dans les Deux-Sèvres, près de Poitiers), et son coach de toujours, Abel Jamain (excepté un intermède de quelques mois avec Alain Lignier), pour rejoindre Louvain et la Belgique, aux côtés de l’entraîneur Tim Moriau et d’un groupe dense d’une douzaine d’athlètes (1) avec qui il se trouve actuellement en stage jusqu’à la mi-février. Le champion de France senior et vice-champion d’Europe espoir du 5 000 mètres l’été dernier explique la réflexion qui a sous-tendu ce choix, la manière –atypique- dont se construit son entraînement ; ses ambitions ; la façon dont il a monté sa propre structure –sans l’aide de la Fédération, dont le rôle interroge, par parenthèse -; et termine en expliquant pourquoi il a choisi de ne pas porter, en compétition officielle, les chaussures volantes de son propre équipementier.
3 réactions

Crédit : Running CV

Pourquoi je ne cours pas avec les Next%

L’arrivée des Nike Vaporfly 4% puis des Next% a bouleversé le paysage de la course à pied sur route - en attendant la piste ! Les chronos ne veulent plus dire grand-chose et c’est, au fond, une question fondamentale qui doit agiter nos neurones quand frémissent nos guiboles sur le macadam : pourquoi courons-nous ; pourquoi cherchons-nous à être le plus performant possible ?

25 réactions

PHOTO : JOHAN BEN AZZOUZ - VDNPQR

Une analyse de la flambée des performances à Houilles…ou quand les chronos ne veulent plus rien dire !

Cette très intéressante analyse de Vincent Guyot sur les temps réalisés lors de la corrida de Houilles incite au questionnement. En effet, elle interroge l’éthique même de notre sport et, au-delà, le concept de la performance.
S’il est parfois nécessaire de faire parler les chiffres ici, ils se suffisent à eux-mêmes.
Implacables, irréfutables, avec une seule conclusion possible, oui, il y a bien des chaussures qui font courir plus vite.
Lecteurs de Lepape info, lisez puis, ensemble, interrogeons-nous comme le fait avec justesse et une grand lucidité P. Urruty sur la portée de sa performance réalisée lors de la Corrida de San Sebastian.
64 réactions



Jean-Marie Hervio / KMSP / FFA

Yann Schrub a tenu son rang

L’équipe de France senior a souffert, comme attendu, en finissant 11e par équipes. Elle était inexpérimentée et marquée du sceau de la jeunesse : les quatre athlètes en lice fêtaient leur première sélection chez les seniors à ce niveau. Azzedine Habz, 26 ans, a fini 37e, Emmanuel Roudolff-Lévisse, 24 ans et pas dans son assiette 65e, Abderrazak Charik, 22 ans et encore espoir, 54e alors que Yann Schrub, 23 ans, a confirmé sa victoire aisée au cross de sélection, en finissant 19e.

Photo : swissathleticsfederation

Julien Wanders : « J’assume ma tactique »

10,22km en 30 minutes pile. Soit un passage aux 10 bornes en 29’25’’ et quelques sur ce parcours spectaculaire lisboète : cela dit la performance affolante et le rythme impressionnant imprimé par le Suédois Robert Fsiha, pas un inconnu puisqu’il avait pris la 17e place (et 1er Européen) des Mondiaux l’année dernière. Julien Wanders avait dynamité la course, dès le départ, à environ 2’50’’ au kilo. Il a ensuite connu un énorme trou noir, de deux tours, avant de revenir sur la fin, pour terminer à quelques secondes du podium. Virevoltant (comme la semaine dernière lors de la course de l’Escalade à Genève où il avait estoqué l’Ethiopien Barega -12’52’’ sur 5 000 m), et ahurissant sur la route, parfois même trop, il est moins à son avantage en cross.
1 réaction

Jean-Marie Hervio/KMSP/FFA

Une génération cinq étoiles !

Dans la foulée de Jimmy Gressier, les espoirs français, dont la plupart sont nés en 1997, ont remporté un cinquième titre consécutif par équipes aux championnats d’Europe (juniors en 2015 et 2016, espoirs depuis 2017).