Quid de la fréquence cardiaque ?

Un peu de théorie sur la fréquence cardiaque.

Petit tour d’horizon sur la fréquence cardiaque afin de mieux comprendre l’importance de son utilisation dans le cadre de l’entraînement

Photo Gore Running wear

Petit tour d’horizon sur la fréquence cardiaque afin de mieux comprendre l’importance de son utilisation dans le cadre de l’entraînement

La fréquence cardiaque est généralement définie comme le nombre de contractions ventriculaires par minute tel que l’on peut le déterminer à partir d’un électrocardiogramme. Chez l’individu normal, la fréquence cardiaque est identique au pouls qui est la fréquence des ondes de pression se propageant le long des artères périphériques.

La fréquence cardiaque a toujours été considérée comme un paramètre physiologique intéressant pour les épreuves d’effort. En effet, contrairement à d’autres paramètres, la fréquence cardiaque présente de multiples avantages :

  • Elle se mesure facilement réalisable sans appareillage considérable ou d’un coût élevé
  • Elle est indolore
  • Elle est surtout le seul paramètre qui peut-être quotidiennement utilisé comme moyen de contrôle à l’entraînement

La présence sur le marché de cardiofréquencemètre fiables, légers, non-encombrant et d’un coût accessible permet d’utiliser efficacement la fréquence cardiaque comme témoin de la charge d’entraînement ou comme indice de la récupération après l’effort.

En effet, la mesure de la fréquence cardiaque au repos, lors d’une charge de trail et lors de la récupération présente un intérêt évident car permettant de donner un aperçu de la capacité de performance et d’adaptation du système cardio-respiratoire.

Il est toutefois important de noter que certains facteurs sont à prendre en compte :

  1. Les facteurs extérieurs
    – la température atmosphérique
    – l’altitude
    – l’humidité
    – la pression atmosphérique
    – la charge émotionnelle
  2. Les variations en raison de l’âge
    L’âge influence la fréquence cardiaque de manière très importance.
    – Des nouveaux-nés possèdent des fréquences cardiaques de repos de l’ordre de 100-150 puls/mn
    – La fréquence cardiaque moyenne chez des adultes de 20-30 ans est de 65-70 puls/mn
    – Les hommes et les femmes ne présentent pas de différence significative même si la fréquence cardiaque de repos est légèrement plus élevée chez la femme

Qu’elle est l’influence de l’entraînement sur la fréquence cardiaque de repos (appelée souvent FCR) ?

Le cœur présente de remarquables adaptations après un entraînement de plusieurs années dans le domaine de l’endurance. En corrélation avec une augmentation du volume du cœur pouvant aller jusqu’à 70%, la fréquence cardiaque de repos est abaissée chez des sujets endurants. Cette bradycardie induite par l’entraînement est à mettre au compte d’une économie de la fonction cardiaque.

Une analyse des phases de la période cardiaque chez des sujets endurants, montre qu’il y a essentiellement une augmentation de la diastole (de 0.6 seconde chez un sujet normal à 1.38 seconde chez des sujets exceptionnellement endurants). Si la cause généralement admise est une plus grande activité parasympathique (préparation de l’organisme à l’activité), on peut encore citer une plus grande vascularisation (ensemble des vaisseaux sanguins), une élévation du nombre des mitochondries (petites organistes essentiel dans le processus énergétiques cellulaires) ainsi qu’une activité enzymatique plus grande (réactions de l’organisme).

On a pu observer des bradycardies pouvant aller jusqu’à 30 puls/mn chez des sportifs après des années d’entraînement intensif dans le domaine de l’endurance.

S’il existe certes des corrélations entre le niveau de la fréquence cardiaque au repos et le degré d’entraînement dans le domaine de l’endurance un diagnostique du niveau de performance potentiel n’est pas possible à partir de la fréquence cardiaque de repos.

En effet, des erreurs de mesure sont possible en raison de l’état émotionnel du sujet, de sa position de repos (debout, assis, couché…) de l’heure dans la journée. De même le degré d’expression individuel de la bradycardie ne permet pas de donnée des indications précises sur l’état d’entraînement d’un sujet.

Utiliser la fréquence cardiaque de repos pour déterminer ses aptitudes physique est donc peu fiable mais analyser son évolution une donnée importante permet d’estimer l’effet de l’entraînement.

Jean-Claude Vollmer, Chef du service du suivi des pôles, des conditions d’entraînement et de l’encadrement éducatif des sportifs de haut niveau à l’INSEP

logo insep

2 réaction à cet article

  1. Bonjour,

    Poiuvez-vous preciser SVP l’effet (augmentation ou diminution) sur la FC (repos ou en courant) de la temperature exterieure, de l’altitude, de l’humidite, et de la pression atmospherique?

    Merci beaucoup.

    JC

    Répondre

Réagissez