Périostite et course à pied

Malgré l'arrêt de la course à pied, la douleur persiste. Yannick Guilldo, médecin, répond.

Périostite et course à pied

Question : je viens à vous car je ne sais pas quoi faire. Il y a 15 jours, je suis allé voir un kiné osté car j’avais une douleur au niveau extérieur du tibia qui me dérangeait lorsque je courais. Après diagnostic, il s’avère que c’est une périostite. Il m’a conseillé de ne pas courir pendant 10 à 15 jours et de me faire des cataplasmes en guise d’anti-inflammatoires. J’ai bien suivi ses instructions et je ne cours pas depuis trois semaines. Je ressens moins la douleur mais elle est toujours là, que dois-je faire ? Que me conseillez-vous ? Mon souhait le plus cher, recourir sans avoir d’appréhension sur le fait d’avoir mal ou pas et d’en profiter un maximum.

La réponse de notre expert médecin, Yannick Guilldo

Effectivement, le diagnostic qui semble le plus plausible est celui de périostite car nous sommes face à une douleur tibiale, survenant à l’effort, n’empêchant pas vraiment cet effort, chez quelqu’un qui pratique la course à pied et qui n’a pas eu de traumatisme aigu. Malgré tout, on ne peut pas être affirmatif et on doit évoquer également une possible fracture de fatigue. Les éléments en faveur d’une fracture de fatigue sont :

- le côté unilatéral de votre douleur tibiale (les périostites sont souvent bilatérales)

- le fait que vous ayez toujours mal malgré l’arrêt de l’effort.

Seule la localisation précise de votre douleur, à la palpation du tibia, permet  quasiment d’affirmer le diagnostic de périostite. En effet, si votre douleur se situe au niveau de la jonction des 2 tiers supérieurs – tiers inférieur, du bord tibial interne, il s’agit d’une périostite.

La différence est importante entre les deux diagnostics que sont la périostite et la fracture de fatigue tibiale. En effet, la fracture de fatigue tibiale impose un arrêt strict du sport, tant qu’il existe une douleur (et c’est votre cas). Par contre, compte tenue de la difficulté de fixer un arrêt de sport en temps,  face à une périostite, on peut tolérer une certaine pratique sportive malgré la douleur. Car la  périostite est souvent très chronique. La douleur évolue pendant plusieurs semaines voire pendant plusieurs mois, mais on en guérit toujours. Si vous attendez de ne plus avoir de douleur et de ne plus avoir d’appréhension, vous risquez de rester très, très longtemps sans courir. En effet, il n’existe pas de traitement miracle  permettant de régler ce type de douleur chronique.

De ce fait,  je vous conseille :

- affirmer le diagnostic de périostite (douleurs très précises à la jonction des 2 tiers supérieurs –  tiers inférieur du tibia).

Si c’est le cas, vous pouvez reprendre progressivement la course à pied. Vous serez attentif à tous les fondamentaux (avoir de bonnes chaussures, bien s’échauffer, beaucoup boire, …)  et vous effectuerez systématiquement un ponçage à la glace au niveau de la douleur après votre pratique sportive.

- Bien connaître votre « effet/dose »,  je m’explique.

  • Par exemple, vous courez 40 minutes, à 12 km/h et vous avez un peu mal pendant cette pratique, mais les jours suivants, votre douleur, au  quotidien,  n’est pas plus importante que si vous n’aviez pas couru. C’est que cette dose ( 40 minutes à 12 km/h)  est acceptable : donc on la valide et on peut la faire.
  • Mais si vous courez par exemple 60 minutes toujours à 12 km/h et que vous avez une douleur plus importante (que votre quotidien habituel), les deux ou trois jours suivants, c’est que cette dose n’est pas acceptable.

Comprenez bien que, face à ces douleurs chroniques tibiales qui correspondent  à la périostite et ne pouvant pas fixer médicalement un arrêt précis du sport, il est inutile d’attendre des semaines et des semaines avant de reprendre progressivement et à bonne dose (donc celle que vous avez déterminée comme je l’ai dit ci-dessus) votre activité physique.

Bon courage

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo: vous aussi posez votre question à notre expert médical

9 réaction à cet article

  1. Merci beaucoup pour cette réponse très complète. :-D
    Comme vous le disiez et me le conseilliez, je n’ai pas attendu. J’ai fais ma 1ère sortie hier matin, un petit 7 km à 12km/h et ça va. J’ai rensenti un petit point en courant mais rien ensuite. Je me suis fais un cataplasme de cryo-argile dès que je suis rentré.
    Je suis content de pouvoir reprendre mais je sais très bien qu’il faut que j’y aille tranquillement.

    Répondre
  2. Une excellente réponse pour une pathologie souvent mal traitée sur le plan physique (et à retardement) ! Je partage l’article sans attendre !

    Répondre
  3. bjr! j ai pas change les charges de travail, mais des basket j ai pris une new balance M890 ( qu apparement ont pas trop d’amorti)… apres cela des douleurs surtout au repos qui correspondent a une periostite… j ai mis glace, massage… j ai recouru 5 jours apres: pas de douleur a l’effort, un peu au repos, mais surtout quand je fais les massages transversal.. quelqun m peux donner des conseils;;; je m’en fous tant q j ai pas vraiment mal a leffort…merci

    Répondre
  4. Etes-vous certain qu’il s’agit d’une périostite ?

    La périostite est une douleur qui se situe au niveau du bord interne du tibia (os de la jambe), à la jonction 2/3 supérieur – 1/3 inférieur, très exactement. Cette douleur est majorée par la percussion de l’os, à ce niveau. Cette douleur est très fréquente chez les coureurs à pied et à eux seuls.

    S’il s’agit effectivement d’une périostite, vous avez raison, vous pouvez continuer à courir. En effet, le repos strict ne s’impose pas. Il faut impérativement appliquer de la glace, sur la région douloureuse, à la fin de votre entraînement.

    Les ondes de choc sont le seul et vrai traitement ayant une réelle efficacité sur la périostite tibiale. Ce traitement peut paraître barbare car il s’agit de percuter la zone douloureuse. Il faut faire deux séances par semaine tout en continuant votre activité physique et sportive. Il faut bien évidemment moduler vos entraînements en privilégiant les terrains plats et la durée de l’effort (il vaut mieux parfois courir 2 fois 40 minutes qu’une fois 80 minutes).

    En conclusion, s’il s’agit bien d’une périostite, contactez un kinésithérapeute qui est doté du matériel d’ondes de choc et commencez immédiatement votre traitement.

    Si vous avez un doute sur le diagnostic, il faut me donner plus d’éléments pour que je puisse vous répondre de façon plus efficace.

    Yannick Guillodo, médecin sportif

    Répondre
  5. Bonsoir, voilà 3 mois que je me suis fait une periostite j’ai continué à courir tant que c’était supportable mais la sa fait 1 mois que je ne peux plus!! Depuis 1 mois je fais des séances de kiné, la semaine dernière plus rien je suis retournée courir aucune douleur, j’y retourne 3 jours après et la dés la 1ère foulée trop mal. Je retourne chez le kiné et elle mz dit de changer de kine parce qu’elle sait plus quoi faire et n’est pas équipé pour les ondes de chocs!! Je sais plus quoi faire!!!! ( ps: j’ai fait des semelles et racheté des nouvelles baskets)

    Répondre
    • Bonsoir , Nathalie , j’ai eu le meme symptome que vous j’ai fais une IRM , constat c’était un œdème entre la talon et le talon d’achille , 5 séances d’ondes de chocs chez le kiné et reparti courir progressivement suite à ses conseils , et la quelle bonheur de ne plus souffrir ,

      Répondre
    • Bonjour,

      Vous souffrez d’une périostite dite « compliquée » parce qu’elle dure depuis plus de trois mois et parce qu’elle est trop douloureuse pour que vous puissiez courir.

      Avant d’envisager les ondes de choc, je vous conseille de consulter votre médecin traitant ou bien un médecin du sport pour faire un bilan clinique mais aussi radiologique. A ce stade douloureux, il est important de visualiser vos tibias par des radiographies standards et par une IRM. Cette imagerie nous montrera si vous souffrez d’une périostite simple ou bien d’une éventuelle fracture de fatigue. Et là le traitement risque d’être très différent… !

      En attendant, je me permets de vous conseiller de ne pas courir du tout et de privilégier les sports sans impacts au sol : natation et vélo, éventuellement elliptique.

      Vous pouvez lire sur notre site l’excellent article du Dr Guillodo intitulé : « Périostite récurrente que faire » et si vous êtes un peu patient vous pourrez lire très prochainement un article intitulé : « Périostite : quoi de neuf ? »

      De toutes les manières, tenez-nous au courant après les radiographies.

      Répondre
  6. Bonjour,
    J’ai 20 ans cela fait maintenant 1 mois que je ressens une douleur au niveau du tibia interne sur les deux jambes, je pratique du foot environ 4 à 5 fois par semaine, je ne sais pas si c’est une fracture de fatigue ou une périostite, merci de m’aider.
    J’ai mis des anti inflammatoires qui ont calmé la douleur pendant 1 semaine environ, je masse régulièrement la zone concernée, J’ai continuer le football malgré tout avec des hauts et des bas, comment remédier à cela ?

    Répondre

Réagissez