L’électrostimulation pour faciliter le retour veineux

Comment ça marche ?

On parle beaucoup de l'électrostimulation pour favoriser la récupération du sportif. Elle peut notamment aider au retour veineux. Explications.

Utilisation d'un appareil d'électrostimulation

Pour qui ?

  • Retour veineux perturbé par la pratique du sport.
  • En prévention pour les sportifs présentant des problèmes veineux connus.

Pourquoi ?

  • Faciliter le retour veineux.
  • Diminuer l’œdème et la fatigue.
  • Lutter contre l’effet douloureux et inflammatoires des courbatures.
  • Préserver son capital veineux.

Comment ?

  • L’activation de la pompe musculaire augmente le débit du retour veineux :
    • Au niveau des membres inférieurs : pompe musculaire du mollet.
    • Au niveau des membres supérieurs : pompe musculaire du biceps brachial.

Protocole

  • La mise en place est simple et peut se faire par le sportif seul, allongé sur une table. En position assise lors d’un voyage prolongé en avion, train, voiture…
  • Quand ? Selon le protocole choisi, dans la demi-heure ou l’heure qui suit la fin de l’exercice. A renouveler si besoin après la première séance. Renouvelable selon la durée du trajet lorsqu’utilisé en prévention des risques de stase veineuse liés au voyage.
  • Position des électrodes : utilisation préférentielle de grandes électrodes. Classiquement deux électrodes placées sur chaque mollet.
    Possibilité de traitement spécifique d’un membre inférieur : une électrode distale sur le mollet, ou une électrode proximale sur les ischio-jambiers ou le fessier ou le quadriceps.
    Pour le membre supérieur : classiquement, deux électrodes (une sur chaque biceps brachial).
    Possibilité de traitement spécifique : une électrode sur le biceps brachial et l’autre sur l’avant-bras, sur le triceps brachial ou sur le trapèze.
  • Réglages : fréquence du courant entre 1 et 2 Hz (courant spécifique du Veinoplus 1.75 Hz).
    Intensité faible pour déclencher un léger battement musculaire.
  • Durée de traitement : 20 minutes.

Contre-indications

  • Plaies cutanées sur la zone de pose des électrodes.
  • Suspicion de phlébite.

Cette fiche est tirée du livre « Fiches pratiques pour la récupération en sport », de Christophe Hausswirth (INSEP Publications).
Pour commander ce livre le site de la boutique de l’INSEP.

Réagissez