Crampes et vêtements de compression : quel rapport ?

Le test de vêtement de compression a déclenché de violentes crampes au mollet et à la cuisse chez un internaute. Il interroge Yannick Guillodo, médecin du sport. Sa réponse.

La question : Suite à un article sur la compression, j’ai voulu tester les vêtements de compression sur les mollets et les cuisses, sur une distance de 50 km. Résultat : des crampes insoutenables aux cuisses et au mollet ! Pouvez-vous me donner votre avis ?

La réponse de Yannick Guillodo, médecin du sport

Vous faites partie des sportifs qui pensent que l’on peut où que l’on doit améliorer, modifier, d’une façon artificielle, ses qualités ou ses défauts. Je suis un peu provocateur envers vous mais c’est pour mieux vous faire comprendre mon avis.

  • Si vous souffrez d’une plainte réelle, lors de la course à pied : il faut alors définir, avec l’aide des professionnels (médecins du sport par exemple), l’origine de ces maux pour les améliorer ou les guérir. Par exemple, vous avez des douleurs musculaires, chroniques, des mollets. Dans ce cas,  il se peut qu’une contention (chaussettes, bas) vous soit prescrite pour votre vie quotidienne, plus que pour votre pratique sportive, d’ailleurs … Il s’agit dans cet exemple d’une prescription médicale justifiée dans le cadre d’une plainte bien identifiée. La contention, achetée  en pharmacie et remboursée par la sécurité sociale car prescrite par un médecin, aura pour mission de diminuer vos douleurs chroniques de mollets.
  • Si vous ne souffrez d’aucune pathologie sportive ; mais vous avez lu que la compression était un nouvel outil «  miraculeux » améliorant les performances ? Améliorant la récupération ? Améliorant les douleurs musculaires des courses de longue distance ? … Bref, alors que tout allait bien chez vous, vous décidez d’intervenir sur votre organisme, donc de modifier le processus naturel, en portant des vêtements de compression, sur vos mollets et cuisses. Vous prenez un risque en modifiant votre circulation veineuse, votre liberté musculaire, … Ce risque s’est manifesté par des sensations de crampes qui ressemblent à un syndrome de loge d’effort, véritable cercle vicieux entre le contenant et le contenu.

    Je vous donne un exemple : une bague serre trop le doigt, donc le doigt grossit, alors la bague serre encore plus le doigt … il faut, parfois, couper la bague, pour rompre ce cercle vicieux.

    Dans votre cas, entre l’augmentation du volume musculaire de la cuisse et du mollet (le doigt, dans l’exemple) et la nouvelle compression que vous portiez (la bague, dans l’exemple), vous avez déclenché ce cercle vicieux, vous avez créé, probablement, un syndrome de loge. Ce dernier s’est manifesté par des crampes et que vous avez résolues en coupant la bague (c’est une image !) c’est-à-dire en diminuant la compression externe.

En conclusion,  pour tout nouveau matériel (chaussures, compression, …) ou toute nouvelle technique d’entraînement, il faut les tester. Il faut les appliquer d’une façon progressive pour savoir s’ils sont adaptés à la morphologie, à la pratique, à la technique du sportif.

D’une façon générale, je ne suis pas pour le port systématique d’une compression pendant l’effort. L’utilité,  après l’effort,  peut se concevoir.

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

2 réaction à cet article

  1. N’est-il pas nécessaire de contacter un médecin sportif avant de prendre une nouvelle initiative au cours de nos activités sportives?

    Répondre
    • Tout dépend de votre initiative ! Si c’est pour du textile, des chaussures, de la diététique de l’effort, des tests à l’entraînement suffisent. Très souvent être à l’écoute de vos sensations et de votre corps que ce soit en course ou après vous suffit pour des initiatives plus poussées (médicament, bandage..) une petite visite n’est pas inutile !

      Répondre

Réagissez