Connaissez-vous la Maladie de Hoffa ?

La maladie de Hoffa est définie comme une irritation d’un coussin graisseux situé dans l’articulation du genou, sous la rotule en avant du fémur et du tibia. Une maladie bien connue par les médecins du sport...

Connaissez-vous la maladie de Hoffa ?

Question d’une personne souffrante de la Maladie de Hoffa :

 

Bonjour,

Je suis une femme de 50 ans, je cours depuis 3 ans, à raison d’1h30 à 2 h par semaine (trois sorties), la course à pied est pour moi une méthode de détente, un moyen de décompresser. Je n’ai jamais cherché la performance, et jusqu’à récemment ma pratique me comblait à 100%. Malheureusement, suite à une chute sur mon genou gauche (une racine d’arbre a eu raison de mon équilibre) on m’a décelé une maladie de Hoffa, suite à une IRM. Je ne peux plus courir depuis.

Le problème est que cette maladie est peu connue, parce qu’elle se produit rarement. Mon médecin généraliste ne connait pas. Le cabinet de kiné que je suis allée voir, pourtant spécialisé dans le sport, ne connait pas non plus (de ce fait, je n’ai pas fait de séances de kiné, je n’imagine pas qu’on puisse me construire un programme de kiné sans connaître la maladie). Je commence à désespérer… d’où ma question : mais qui est susceptible de connaître cette pathologie ? Vers quel spécialiste me tourner ? Où trouver d’autres runners qui ont connu cette pathologie pour échanger ? Merci pour votre réponse.

 

La réponse de notre médecin du sport :

 

Bonjour,

Ne désespérez pas, la maladie de Hoffa est bien connue par les médecins du sport et les chirurgiens orthopédistes !

La maladie de Hoffa est définie comme une irritation d’un coussin graisseux situé dans l’articulation du genou, sous la rotule en avant du fémur et du tibia. Ce coussin de Hoffa a pour rôle d’amortir les impacts entre le tendon situé sous la rotule, le tendon rotulien, et la face antérieure du fémur, la trochée sur laquelle coulisse la rotule et son tendon.  Il est surtout sollicité dans les mouvements de flexion du genou et participe à la stabilisation de la rotule. Ce coussin graisseux est bien vascularisé et bien innervé ce qui explique que son atteinte soit très sensible chez les coureurs à pied.

Radio de profil qui montre l’augmentation de volume du coussin de Hoffa (flèches rouges)
Radio de profil qui montre l’augmentation de volume du coussin de Hoffa (flèches rouges)

En cas de maladie de Hoffa, les douleurs surviennent à la course, au niveau de la face antérieure et externe du genou. Ces douleurs s’accompagnent parfois de sensation d’instabilité, d’accrochage ou de ressaut ce qui peut les faire prendre pour une lésion du ménisque externe.

L’échographie est toujours intéressante car elle va montrer le dysfonctionnement au niveau du corps adipeux situé sous la rotule lors des mouvements de flexion et d’extension du genou. Elle va aussi montrer la zone inflammatoire au doppler. Chez les coureurs à pied, la maladie de Hoffa survient le plus souvent sur un problème mécanique en relation avec une maladie cartilagineuse ou arthrosique de l’articulation entre le fémur et la rotule. Votre chute a sans doute été l’élément déclenchant du problème articulaire.

Dans un premier temps, le traitement consiste à calmer les phénomènes douloureux au niveau de la face antérieure et externe du genou : glaçage, physiothérapie,  anti-inflammatoires non stéroïdiens en patch (attention, pas de cortisone) et mésothérapie.

La rééducation consiste à traiter le dysfonctionnement de l’articulation fémoro-patellaire et d’éviter les conflits au carrefour entre la rotule, le fémur et le tibia. Pour vous orienter et orienter les kinésithérapeutes qui vont vous prendre en charge sur le plan de la rééducation, je vous propose de lire sur notre site lepape-info les deux articles sur la rotule du runner et sur les traitements des douleurs de la face antérieure du genou.

Tant que la douleur est présente, mieux vaut éviter de courir et d’agresser le coussin amortisseur. Essayez plutôt le vélo ou l’elliptique

Et tenez-nous au courant de l’évolution de vos douleurs.

Cordialement

Dr J.Pruvost

 

 

Réagissez