Blancheur ou rougeur des doigts : doit-on s’inquiéter ?

Un problème vasculaire sans gravité

Vous avez les doigts qui rougissent ou blanchissent pendant l'effort ? En réponse à une question d'internaute, Yannick Guillodo, médecin du sport, vous explique pourquoi.

La question : Depuis quelques semaines, j’ai les doigts qui deviennent rouges et gonflent dès que je fais plus que 3 km. Comme je cours 3 fois par semaine 5km ça devient très gênant pour moi ! Est-ce un problème de cœur ? De retour sanguin? De rétention d’eau (je ne pense pas) ? Je cours depuis 8 mois et je n’avais jamais eu ça.

La réponse de Yannick Guillodo, médecin du sport

Je vous rassure, il ne s’agit pas vraiment d’un problème de cœur. Il s’agit d’un problème vasculaire qui, somme toute, est assez classique dans la pratique sportive. Effectivement, on rencontre assez souvent, chez les sportifs, des phénomènes vasculaires soit de type vasodilatation (rougeur) soit de type vasoconstriction (blancheur). Ces phénomènes vasculaires sont « normaux » lors de la pratique sportive : un effort  augmente notre température centrale (cette chaleur est en partie évacuée par la sueur) et dans la période de repos qui suit, on assiste à l’effet inverse (diminution de la température du corps). Il existe donc une vasodilatation (ouverture des vaisseaux sanguins = rougeur) puis une vasoconstriction (fermeture des vaisseaux sanguins = pâleur).

Mais au-delà de ces phénomènes physiologiques normaux d’adaptation, il existe, chez certains sportifs, des phénomènes vasculaires, plus exagérés, soit localisés (extrémités, mains ou pieds) soit généralisés (l’ensemble du corps). Chez vous, il existe une forte vasodilatation (rougeur), localisée  (les doigts), pendant l’effort. Pour d’autres sportifs, il s’agira d’une vasoconstriction distale, après l’effort (doigts douloureux et très blanc) : c’est le  syndrome de Raynaud.

Nous n’avons pas d’explication unique au phénomène que vous décrivez. Il n’est pas grave et peut varier dans le temps : vous êtes actuellement face à ce phénomène, il pourra disparaître dans quelques temps, de la même façon qu’il est arrivé, c’est-à-dire sans raison unique. Comprenez bien qu’il s’agit d’une variation « supra physiologique » de votre organisme, lorsque vous lui demandez un effort : vasodilatation (ouverture des vaisseaux sanguins) d’effort.

Donc ne soyez pas inquiet, débutez votre effort d’une façon plus cool et plus progressive (laissez votre organisme s’adapter à cette variation physiologique), hydratez-vous correctement, évitez les vêtements serrés au niveau des membres supérieurs, et prenez du plaisir à courir malgré ce petit désagrément qui n’a pas de caractère de gravité médicale.

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

Réagissez