Huile de palme : trop c’est trop !

Pour limiter votre consommation, lisez les étiquettes !

HUILE DE PALME

Difficile d’y échapper ! On la retrouve dans de nombreux aliments industriels, margarines, céréales petit déjeuner, biscuits sucrés, salés, barres chocolatées, … Pose-t-elle un problème?

Qui est-elle ?

L’ «huile» ou plus justement «graisse» de palme (solide à température ambiante) est extraite des fruits du palmier à huile. Ingrédient traditionnel des cuisines d’Afrique, d’Asie…, elle fait aussi le bonheur de l’industrie agro-alimentaire pour ses spécificités :

–       Elle confère croustillant, croquant, fondant… aux aliments

–       Elle assure stabilité et conservation

–       Elle est bon marché

Que lui reproche-t-on ?

Riche en acides gras saturés peu intéressants pour la santé, sa popularité est mise à mal. Et, pour la fabrication de certains aliments industriels (feuilletés, viennoiseries, plats cuisinés..), elle subit des transformations technologiques qui produisent des acides gras trans d’origine artificielle. Consommés en trop grande quantité, ils contribuent au déséquilibre qualitatif de la ration lipidique globale et à une augmentation des risques cardio-vasculaires*.

Comment la débusquer ?

Le consommateur est bien dépourvu face aux étiquetages «muets». La graisse de palme figure dans la liste des ingrédients sous la discrète mention «graisse ou matières grasses végétales», les acides gras trans peuvent être identifiés par les termes «huiles (ou graisses) partiellement hydrogénées».

*Rapport de l’AFSSA : ‘’risques et bénéfices pour la santé  des Acides Gras Trans apportés par les aliments, Recommandations’’. Avril 2005

2 réaction à cet article

  1. C’est faux, l’huile de palme n’a pas besoin d’être transformée puisqu’elle se présente déjà sous un aspect solide à température ambiante. En revanche, elle permet de remplacer les graisses végétales partiellement hydrogénées qui produisent quant à elle des acides gras trans et qui on des effets délétères sur la santé : http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-maladies-cardiovasculaires-des-graisses-saturees-pas-si-risquees–12898.asp?1=1

    Répondre
    • Merci pour votre commentaire qui me permet de lever une confusion générale au sujet de l’huile de palme, corps gras composé principalement d’acides saturés (palmitique, stéarique, laurique et myristique) et insaturés (oléique que l’on retrouve dans l’huile d’olive également).

      Le fruit du palmier après avoir été pressé mécaniquement puis chauffé donne une huile qui va être désodorisée, raffinée puis à nouveau traitée à des fins industrielles.

      C’est la partie insaturée de l’huile de palme, l’acide gras oléique entrant dans sa composition, qui fait l’objet d’une hydrogénation transformant alors la matière grasse en corps gras trans retrouvé entre autres dans certaines margarines.

      Pour rappel, une consommation excessive de matières grasses saturées et trans est néfaste pour la santé et pour compléter ces précisions, je vous invite à lire http://www.lepape-info.com/nutrition/matieres-grasses-trans-hydrogenee-ou-partiellement-hydrogenee-quen-est-il-pour-notre-sante

      Bonne lecture

      Répondre

Réagissez