Le test de la montre Polar M600

Richard Coffre a testé pour vous la Polar M600 durant un mois et vous livre ses impressions sur ce modèle avec cardio-fréquencemètre intégré au poignet.

Polar M600

Le testeur : Richard Coffre

47 ans
Taille : 1m82

Poids : 73 kg
Pratique du running depuis 1997
4-6 entraînements par semaine en fonction des objectifs pour environ 50-75 km hebdomadaire.

Chronos

10 km : 44 min
Semi-marathon: 1h 36
Marathon : 3 h 36
Participations à l’Ecotrail (30, 50 et 80 km)

Les conditions du test 

4 semaines d’utilisation dans la vie quotidienne et sportive (running, rando et balade) soit près de 200 km de course à pied.

 

Le test

Avertissement : faites bien en sorte de finaliser la configuration sinon, au lancement de l’application Polar, vous avez un message vous prévenant qu’il faut continuer sur le smartphone sans plus d’explication. Étrange ! En fait, il suffit juste de s’assurer que la phase de configuration est allée à son terme. Ce n’est pas toujours évident et j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois malgré mon habitude de configurer des montres.

Le bracelet est très agréable ce qui est primordial car on doit avoir le boitier très près du poignet pour mesurer la fréquence cardiaque.

La navigation dans l’application Polar sur la montre est assez différente des montres de running (genre Garmin Forerunner, ou Suunto Ambit, …) et même de celle de Casio outdoor. Toutefois on s’y fait très vite.

La présentation des données d’un enregistrement est belle, toute en couleurs, c’est plus « beau » que l’affichage de la Garmin Forerunner 630. Le petit conseil résumant la séance en fin de séance est un plus pour les néophytes.

Cette montre connectée se positionne sur deux secteurs à la fois selon :

– sport : avec la possibilité de garder trace de nombreuses activités

– détente

En ce qui concerne le secteur sport, soyons directs, je ne la trouve pas à la hauteur des Garmin et autres Suunto en termes de paramètres enregistrés et donc restitués pour l’analyse post-séance de course à pied. Mais c’est un avis d’un data addict ou presque. Si vous préférez avoir une information juste mais concise sans avoir des données pointues, cette montre vous conviendra.

Précision FC à revoir mais des infos à la pelle

Les données présentées sont pertinentes, toutefois, il y a un gros hic selon moi : la faible précision de la mesure de la fréquence cardiaque (FC) au-delà de 100 pulsations à la minute, c’est-à-dire quand on est en plein effort, surtout en running. J’ai fait tout mon test avec ma Garmin Forerunner 620 pour avoir un étalon : sur une trentaine de séances, seules 2 ont été correctes du point de vue de la mesure de la FC. En général, il y a une grosse surestimation de 20 à 30 pulsations ce qui n’est pas rien. C’est un phénomène connu pour les montres avec un capteur au poignet, car il provient de la méthode de calcul qui n’est pas encore assez fiable lorsque le rythme cardiaque dépasse un certain seuil. Ce manque de fiabilité est pénalisant pour tous les conseils basés sur la mesure de FC, notamment la phase de récupération.

Si on fait abstraction de ce point, les données recueillies selon les activités sont très intéressantes. Comme c’est une montre fonctionnant sous Android, vous avez accès à tout le catalogue et j’ai bien aimé l’application qui permet de compter les pompes, cela permet de se concentrer sur l’essentiel : pomper…

Le côté smartwatch (montre connectée) est bien présent et fonctionne très bien. On est dans des conditions similaires à la Casio que j’ai testée récemment. Je ne détaillerai pas toutes les fonctions possibles : cela va du déport de toutes les notifications du smartphone à la rédaction en mode vocal des SMS, du lancement des applications. Elle est très au point et c’est un plaisir de s’en servir au quotidien.

Autre bémol tout de même, la baisse d’autonomie qu’elle entraîne sur le smartphone ! Mais ce n’est pas la seule, la Casio avait le même comportement. C’est donc un parti pris des constructeurs qui supposent que l’on recharge beaucoup plus souvent son smartphone que sa montre. Pas faux ! Néanmoins la consommation peut être importante et cela me chiffonne. J’espère que les constructeurs vont s’améliorer dans ce domaine. A l’heure actuelle, pas question de faire un trail de plus de 100 km, à moins de s’appeler Kilian Jornet.

Au final, je considère que cette montre fait bien son travail quand on est un geek sportif mais pas un sportif geek. Vous me comprenez j’espère.

Une idée cadeau de choix pour la fin de l’année, n’est-ce pas ?

Achetez la Polar M600 sur lepape.com

Réagissez