Sac bien chargé, confort de course assuré

Quelques principes de base à ne jamais oublier

Pour bien gérer votre course, il est primordial de penser à l’organisation de son sac bien avant le jour J….

Sac à dos bien chargé, confort de course assuré

Sur les trails longs et/ou en autosuffisance, le sac à dos est obligatoire.

La première étape consiste à le choisir… Il doit être confortable, adapté à votre morphologie et permettre de contenir TOUT le matériel obligatoire et nécessaire pour le bon déroulement de votre course.

D’où, l’importance de le tester à l’entraînement avec la charge prévue – voire sur une course de préparation afin de le soumettre aux conditions de course. Vous penserez à trouver les bons réglages des différentes sangles pour que votre sac ne bouge pas. De plus, lors du choix de celui-ci, vérifiez qu’il dispose bien d’une attache ceinture mais aussi poitrine pour un parfait maintien.

Il sera aussi équipé d’un élastique porte-matériel qui permet d’attacher une veste, une micro-polaire, etc., mais aussi de compresser le sac.

Vient ensuite le problème de chargement. La règle de base est d’assurer son confort, de limiter les risques de blessure, de frottement, de gêne, tout en permettant un accès rapide au matériel de première nécessité.

Il n’existe malheureusement pas de règles toutes faites et valables pour tous ; toutefois, il est bon de rappeler quelques données de base.

La bonne répartition des charges :

  • Les charges les plus lourdes doivent être près du corps et donc au plus près de votre dos ;
  • Les charges les plus lourdes seront au niveau de la ceinture ;

Rien ne doit bouger dans le sac ;

Le matériel obligatoire :

Vous allez devoir faire le tri entre le matériel qui va vous servir tout au long de la course et celui qui est là pour assurer votre sécurité dans des conditions extrêmes.

Ainsi, le petit matériel habituel, comme le sifflet, la couverture de survie ou le briquet vont être mis dans un sachet type Ziploc et placé dans le fond de votre sac, car ils ne serviront que dans des conditions extrêmes. Vous serez alors arrêté et vous pourrez fouiller dans votre sac. Vous mettrez aussi au fond du sac les sous-couches de secours – idéalement sous plastique, afin de les protéger de la pluie et de les contenir dans un espace limité.

Dans le haut de votre sac, ce sera le sur-pantalon ainsi que la veste, car ils doivent être accessibles rapidement en cas de mauvais temps.

Vos ravitaillements seront répartis en deux parties. La première dans les petites poches extérieures (filet, poches ceinture), afin d’être accessibles instantanément sans avoir à vous arrêter ; la deuxième –la réserve – sera dans le sac ou sur une poche extérieure : vous effectuerez le « remplissage » lors de vos arrêts aux points de contrôle ou de ravitaillement.

Enfin, ne prenez pas un sac trop petit afin de ne pas avoir à tasser ! Pensez au remplissage de votre poche à eau ! Cela peut vite se transformer en déballage type Foirefouille juste pour mettre un peu d’eau.

Il ne vous reste plus qu’à effectuer vos tests, à noter vos erreurs et le chargement idéal, afin de ne plus vous poser la question !

Réagissez