Le test de la Suunto Ambit 3 Peak Sapphire HR

Quelles évolutions offre l'Ambit 3 Peak Sapphire par rapport au modèle précédent ? Ludovic Chorgnon s'est posé la question et a testé les deux modèles dans les mêmes conditions. Verdict.

Suunto Ambit 3 Peak Sapphire HR

Le testeur

Ludovic Chorgnon
43 ans

Taille : 1.80 m
Poids : 69 kg

Pratique du running depuis 15 ans
Triathlète
11 entraînements par semaine dont 6 de course à pied

Chronos
10km : 34mn50
20km : 1h12
Semi-marathon : 1h16
Marathon : 2h46
100km : 8h14
Trails et ultra-trail : 4 Diagonales des Fous (34h02); 2 Marathon des Sables (41ème); Badwater (217km non-stop); Spartathlon (245km non-stop); Ultr’Ardèche (216km non-stop); Comrades; AMT au Mustang (Népal); Everest Sky Race; Himal Race (6ème); Grand Raid Sahara
Triathlon : Ironman de Bolton, Zurich, Embrun (2 fois), Ch’triman et Altriman

Les conditions du test

Utilisateur quotidien de l’Ambit 2 HR Sapphire (voir mon compte-rendu) en natation, vélo et course à pied, mais aussi en montagne et en très haute altitude, j’attendais l’Ambit 3 Peak avec l’envie de découvrir la dernière version d’un modèle que j’apprécie et l’inquiétude d’avoir au poignet une évolution « commerciale » et sans intérêt d’un point de vue sportif.
Voulant faire preuve de la plus grande objectivité, j’ai notamment traversé l’ile de la Réunion sur le parcours de la Diagonale des Fous (en off) avec les deux montres aux poignets pour les comparer dans des conditions rigoureusement identiques.

Le test

A l’ouverture de la boîte (toujours aussi bien finie) je découvre une montre au design quasi-identique et pourtant encore plus raffinée, même si les goûts et les couleurs restent toujours subjectifs. Enfin mises côte à côte, l’Ambit 3 donne dans l’instant un « coup de vieux » à l’Ambit 2. En revanche ce qui est parfaitement objectif c’est la finition qui est réellement au top. Cette montre ne souffrirait pas la comparaison avec de simples montres vendues le même prix en bijouterie.

Le confort au poignet, déjà très bon avec l’Ambit 2, est encore supérieur en version 3 et réussit le tour de force de rendre l’Ambit 2 presque trop raide lorsque l’on échange …

Question ergonomie, la prise en main reste toujours quelque peu complexe pour quelqu’un qui découvre la montre, certains concurrents se montrant plus intuitifs. En revanche, une fois passé par la case documentation tout est finalement simple. Pour les utilisateurs d’une Ambit 2, le passage à la version 3 se fera les yeux fermés, tout étant à l’identique. J’apprécie toujours autant la fonctionnalité qui permet d’interdire l’arrêt de la séance tant qu’il n’y a pas manipulation de déblocage, tout en laissant l’accès à toutes les autres fonctionnalités. Rien n’est en effet plus agaçant que de découvrir à la fin d’une bonne séance que l’on n’aura pas les informations sur celle-ci, en raison d’un appui involontaire avec le poignet.

Pour les montagnards et coureurs d’ultra en montagne, l’altimètre reste toujours une référence mondiale, et en est même jouissif. Quel bonheur de disposer d’un outil quasiment au mètre près avec toutes les cartes que vous soyez à 6 000m ou au bord de la mer, impossible de rater la gestion de son effort lorsque l’on court ou marche avec des cartes. En revanche pour les utilisateurs de cartes, si la boussole intégrée est parfaitement fiable, elle reste bien moins pratique qu’une bonne vieille boussole. En effet, il est moins agréable et moins rapide de courir avec le bras immobilisé à l’horizontale devant, sans parler des valeurs tellement précises qu’elles varient sans cesse à la moindre respiration. Bref lorsque l’on n’a que cela, cette boussole vous sortira de tous les mauvais plans, mais si vous avez le choix optez pour l’option « quelques grammes en plus », surtout qu’une bonne boussole vous offrira les échelles de lecture des cartes et des visées bien plus aisées. Evidemment, pas question de dénigrer cette Ambit 3 pour cela, chacun son rôle …

Pour les moins habitués à l’orientation, le GPS intégré saura vous emmener (en l’ayant programmé à l’avance évidemment) et vous ramener sans aucun souci, une nouvelle fois avec une précision bluffante, surtout pour un vieil habitué de la montagne, qui ne jure que par les cartes et l’observation du terrain. Toujours concernant le GPS, la recherche des satellites globalement rapide sur l’Ambit 2 (disons 9 fois sur 10, car lorsqu’il ne trouve pas rapidement, c’est parti pour 1 à 2mn à jouer la statue en attendant le signal …) est rendue ridicule par l’Ambit 3. Quelle évolution !!  Une seconde, c’est le temps moyen. Et lorsque ça patine – c’est-à-dire 1 fois sur 20 seulement – une quinzaine de secondes suffiront à vous localiser. Mieux, le GPS capte les satellites même en piscine couverte, ce qui avec en général une structure métallique, est loin d’être une chose aisée, pour ne pas dire quasi impossible pour la quasi-totalité de ses concurrentes.

Et puisque l’on parle de nage, l’Ambit 2 n’était pas particulièrement fiable sur les distances en bassin (il m’arrivait d’avoir 200m d’écart sur 3 km de natation en piscine de 25m). L’Ambit 3 couplée au GPS a tout simplement résolu le problème et désormais, même sur 4 km, pas question de lui faire perdre 25m … Quand à la détection des nages pratiquées, elle est juste bluffante !!! Même en m’amusant à changer de nage volontairement pour la surprendre, rien à faire, la détection est d’une exceptionnelle précision, ce qui permet à votre montre de vous dire que vous nagez le dos crawlé, le papillon, la brasse ou en nage libre. Si l’on m’avait annoncé cette fonctionnalité avant, j’aurais été le premier à la décrier en expliquant qu’en nageant on a autre chose à faire que de regarder la détection de nage, ou quelque paramètre que ce soit. En revanche, tout ceci prend son sens lorsque, revenu devant son ordinateur on analyse sa séance sur son compte Movescount.

Concernant la natation, les informations sont nombreuses, peut-être même trop d’ailleurs pour être réellement super efficaces, d’ailleurs pour certaines valeurs je n’ai toujours pas compris la différence avec d’autres fortement proches …

Point plus ennuyant en natation, activer le son via le compteur d’intervalle (pour ceux qui n’auraient pas compris tout de suite, un bip tous les X mn/sec ou X km) est déjà long, pour ne pas dire compliqué, mais surtout inutile dans l’eau, le son  étant inaudible sous l’eau en pleine nage. En revanche la fonction est tout à fait performante en course à pied ou à vélo. Il eut été judicieux de régler le volume sonore plus fort pour la natation ou de proposer un réglage par l’utilisateur.

La ceinture de fréquence cardiaque, est incontestablement la plus légère et la plus confortable de toutes celles qu’il m’a été donné de porter. Même celle de l’Ambit 2 fait d’un autre temps en regard. Il est possible de la connecter directement sur un iPhone et sur Android, cela dit je n’ai pas encore compris comment on pouvait courir en tenant son téléphone à la main pour le regarder, alors qu’il est si simple de regarder sa montre … Enfin, pour les hyper connectés c’est certainement très bien ! Petits détails intéressants à noter également, la ceinture est utilisable dans l’eau et la pile est remplaçable facilement sans avoir à passer par un quelconque service.

Pas convaincu du tout par les chiffres annoncés par Suunto sur l’Ambit 2 dans tous les modes, je m’attendais à être de nouveau déçu. Et non seulement l’autonomie a été améliorée grandement, mais surtout elle est enfin fiable dans tous les modes. Testée avec le GPS réglé en très haute précision comme en précision moindre, j’ai même réussi à aller plus loin que les autonomies de 16h et 50h annoncées. Bravo pour la performance et enfin une montre qui permet (encore plus avec l’autonomie intermédiaire de 24h) d’envisager tout type d’ultra avec sérénité. Enfin, en version 50h, pas de miracle comme chez toute la concurrence. Il faudra en effet accepter de perdre des km, tous les lacets passant à la trappe, mais le sachant il est parfaitement possible de le gérer en ajoutant une petite marge.

Le chargeur prise électrique (plus performant que l’USB sur PC pour l’Ambit 2) et le câble USB permettent de charger la montre mais aussi de charger sur le Movescount toutes vos séances, ou récupérer vos derniers paramétrages. Ceci conviendra à la très large majorité. Mais si vous êtes montagnard et partez très longtemps, vous pourrez recharger probablement votre montre, en revanche dès que la mémoire sera pleine, vous perdrez, sans ne rien pouvoir y faire, vos plus anciens exercices. Dommage tout de même que Suunto n’ait pas pensé à un système permettant de libérer la mémoire tout en gardant la synthèse de chaque exercice. Il eut été si simple de conserver temps, distance, dénivelé, … sans la trace GPS ou d’autres détails.

Mais finalement le plus ennuyant avec ce chargeur c’est que Suunto persiste avec sa prise propriétaire qui est d’une part très sensible et nécessite de la bouger légèrement pour établir la bonne connexion, mais surtout ce modèle propriétaire est handicapant lorsque l’on voyage ou que l’on est en montagne longtemps, quand tous les appareils photos, téléphones, … se sont aujourd’hui uniformisés autour d’une prise mini-USB commune et pour le coup partageable entre plusieurs appareils et sans problème de connexion.

Enfin la limite de 10 « applications » accessibles sur la montre est rapidement gênante car cela nécessite de gérer tous ses programmes sur Movescount, de désactiver puis activer les programmes au fur et à mesure de ses besoins et enfin de resynchroniser les paramètres sur sa montre. Quand on voit les capacités générales de cette montre, cette limite ressemble fort à une erreur de stratégie …

Reste que ces imperfections ne m’empêchent en rien de tirer une conclusion nettement positive : cette Suunto Ambit 3 est une valeur sûre et un sacré bel outil en plus d’être une fort jolie montre pour le quotidien.

La fiche de la Suunto Ambit 3 Peak Sapphire HR

Marque : Suunto
Modèle : Ambit 3 Peak Sapphire HR
Type : GPS et cardiofréquencemètre
Poids : 92 grammes
Diamètre : 50 mm
Epaisseur : 17 mm
Etanchéité : 100 m

Prix : 624€

Acheter la Suunto Ambit 3 Peak Sapphire HR sur lepape.com

8 réaction à cet article

  1. Bonjour Ludovic,

    y’a t’il une réelle différence entre le bracelet de l’ambit3 saphhire et celui de l’ambit2 sapphire
    Car celui de l’ambit3 saphhire est en silicone alors que celui de l’ambit2 est en élastomère selon le site de Suunto.
    En fait je veux remplacer le bracelet de mon ambit3 Peak, car le bracelet n’est pas très agréable.
    merci

    Répondre
    • Bonjour
      Si je vous comprends bien vous avez une Ambit 3 Peak saphhire. Effectivement vous êtes quelques uns à trouver que le bracelet de l’Ambit 3 Saphhire est dur. Vous pouvez parfaitement le changer pour celui de l’Ambit 2 saphhire qui semble pour certains être plus confortable et plus doux.
      Cordialement

      Répondre
  2. Bonjour,
    J’aimerais faire l’acquisition d’une montre suunto ambit sport 3 , j’hésite entre la saphhire et la normal sport ambit 3, je n’arrive pas bien à voir les différences entre les deux pour justifier 100e de différence si ce n’est que la saphhire à un verre en minérale saphhire plus résistant aux rayures! Selon certain site de vente il dise qu’il y a le baromètre en plus et d’autre non…
    bref pouvez vous m’éclairer et me dire ce que la saphhire a en plus pour coûter 100e de plus?
    Merci d’avance

    Répondre
    • Les deux principales différences sont la batterie et la présence d’un alti/baro sur la peak. J’ai la sport et en montagne c’est limite … je vais donc me rediriger vers la peak.
      10h en precision 1s pour la sport ça fait juste sachant qu’avec présicion 5s on a pas les dénivelés +/-

      Répondre
  3. Christian 09/11/2016
    Bonjour
    J’ai fait l’achat d’une SUUNTO Ambit 3 Peak Sapphire Hr
    Utilisation en piscine de 25 m
    La montre n’affiche jamais mes distances exactes d’entrainement, j’ai toujours un écart de 50 voire 100 m sur une séance de 2500m
    De plus je n’arrive pas à programmer mon style de nage (crawl) dans le mode exercice / Pool swimming
    Peut-on m’aider à profiter entièrement de cette montre…?
    Merci part avance

    Répondre
    • Salut Christian, pour moi aucun souci de précision mais un problème de conception que j’ai d’ailleurs déjà remonté à l’entité Française de la marque. En fait même si tu actives le GPS en piscine (avec l’Ambit 3 le GPS est tellement top que même en piscine il capte super bien !), il n’en tient pas compte comme sur la nage en eau libre, et ne se sert que de l’accéléromètre. Et donc si tu fais des longueurs uniquement en jambes, il ne détecte pas de mouvement de bras forcément, et donc ne comptabilise pas ces longueurs. Pas de solution pour l’heure si ce n’est bouger légèrement la main, mais ce n’est pas le but … Pour le mode de nage, pas compris ce que tu voulais programmer ??? La montre détecte toute seule et très bien tous les types de nage, et même elle se met à jour très rapidement dès que tu changes de nage.
      Ludo

      Répondre
      • Bonsoir Ludo

        Merci pour ta réponse; j’ai bien saisi le problème. En moyenne, comme aujourd’hui, la montre m’ « avale » 100 m sur 3000 effectués ce qui fut le cas aussi mardi sur la même distance.
        Ce n’est plus un réel problème, car en fin de séance je rajoute les longueurs manquantes…
        Pour la programmation des types de nage ,en effet, là aussi j’ai cerné la question , elle détecte correctement
        Je découvre cette montre progressivement, il me reste plus qu’à l’utiliser en eau libre..

        Merci encore
        Christian

        Répondre

Réagissez