Période Hivernale et Swimrun : Que faire ? (Partie I)

Article écrit par la Team Belove (Ralite Tom, Arnaud Elfie)

C’est aux alentours de fin octobre que la saison Swimrun s’achève. Les belles et longues journées d’été se font de plus en plus courtes, le froid s’installe progressivement.
Si on veut prendre le départ d’une course swimrun, il faudra alors changer de continent ou attendre quelques mois. Mais que faire en attendant ? Est-il toujours possible de faire des entraînements swimrun ? Que devons-nous faire à l’entraînement ? Est-il possible d’être bien préparé au printemps si on ne peut pas faire d’entraînement spécifique swimrun ?
Cet article vous permet de faire le point et de vous donner quelques conseils pour pouvoir être prêt et en pleine forme pour votre prochaine saison sportive et vos futurs Swimrun.

Période Hivernale et Swimrun

Bilan et perspectives

 La saison de swimrun s’achève, il est donc important de prendre le temps de faire le bilan de votre saison sportive.  

 

  • Comment s’est passé votre saison swimrun ?

 

Prenez le temps de vous remémorez les courses que vous avez faites. Les paysages que vous avez vu, les sensations que vous avez eu, la complicité avec votre binôme…Sur quelles distances vous êtes-vous lancés? Est- ce que le type de parcours vous a plu ?

 

Prenez également le temps de réfléchir à votre matériel. A part quelques experts, les swimrunners changent régulièrement de matériel. Que cela soit les chaussures, la combinaison, le pull-boy, le ravitaillement, il y a toujours une remise en question à faire, certains détails à changer, à améliorer, selon le type de courses, les distances etc.

Est-ce que vous vous êtes sentis à l’aise avec votre matériel ? Votre binôme aussi ? N’hésitez pas à noter certains ressentis et questionnements.

Si vous avez des interrogations, vous pouvez vous renseigner auprès de swimrunners sur les réseaux sociaux, site internet etc. Mais rappelez-vous aussi : il n’y a pas d’équipement parfait type. Chaque personne est différente au niveau morphologique, physiologique, des antécédents de blessures etc. Par exemple, une paire de chaussures peut parfaitement convenir pour un swimrunner mais par pour un autre. On peut vous conseiller, vous guider, mais le meilleur moyen de trouver son matériel c’est de le tester en condition, à l’entraînement et avec votre binôme.

Période Hivernale et Swimrun

 

  • Déterminer vos envies et faire vos choix pour la prochaine saison

 

Après avoir fait votre bilan, il est maintenant temps de déterminer vos envies pour la prochaine saison de swimrun. De nombreuses courses voient le jour chaque année en France et partout dans le monde. Il n’y a que l’embarras du choix. Vous pouvez choisir votre prochaine course en fonction du lieu de la course, des paysages, des distances, de la température de l’eau, du dénivelé…A vous de voir en fonction de vos envies, de vos craintes, et de vos objectifs (performance, plaisir, découverte…). La plupart du temps, certains organisateurs proposent différentes distances de course, ce qui peut être pratique si vous y allez à plusieurs, entre amis, en famille…Le swimrun est un sport nature de partage alors il est très facile d’allier sport et plaisir dans cette discipline. Alors c’est parti, regardez le calendrier avec votre binôme, et faîtes vos choix.

 

Conseil : le phénomène swimrun prend de plus en plus d’ampleur alors faîtes bien attention aux dates d’inscription des courses. Certains swimrun sont complets à peine 24h après l’ouverture des inscriptions. Alors, notez bien vos courses, les dates d’inscriptions de celles-ci et soyez réactifs, il va falloir cliquer vite.

 

Hiver mais pas Hibernation

On vous l’accorde, la période hivernale et aussi synonyme de baisse de motivation. Les prochaines échéances sont loin, la fatigue de la saison précédente se fait sentir. Vous devez couper entre les deux saisons pour ne pas avoir de lassitude, c’est certain, mais attention, ce break ne dure pas tout l’hiver.

Voici quelques conseils à « ne pas faire » pendant l’hiver :

- Ne pas…passer deux mois à faire du gras…

image1Oh oui il fait froid, il y a peu de luminosité et la motivation est partie en vacances, mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire. La période des fêtes est un moment à ne pas louper, c’est le moment de se faire plaisir. Mais profitez-en aussi pour faire des balades digestives en famille, des footings tranquilles pour éliminer les excès. Toute activité est bonne à prendre. Si vous n’avez pas envie d’y aller seul, motivez vos amis, familles, enfants. C’est dur de sortir mais une fois de retour vous serez contents d’avoir fait du sport.

L’hibernation c’est pour les marmottes, pas pour les swimrunners, alors on fonce…

 

-Ne pas…rester au chaud.

C’est certain, l’hiver ça donne envie de rester au chaud, face au feu de cheminée et de chiller..

Mais si vous faites du swimrun, vous allez certainement nager en eaux froides, vous allez grelotter, vous allez devoir résister au froid. Alors pourquoi ne pas commencer à vous préparer au froid ? Certaines personnes pourront vous le dire, on ne s’habitue pas au froid mais on le supporte mieux quand on y est confronté et qu’on peut s’entraîner dans des conditions proches de celles que vous allez rencontrer lors de vos courses.

Alors, couvrez-vous bien, surtout au niveau des extrémités et de la tête (des études indiquent que 30% de la chaleur corporelle passe par la tête) et sortez pour courir, et faire des activités sportives extérieures. Évitez tout de même les entraînements en eaux libres si la température de l’eau descend en dessous de 8 degrés. Les entraînements en eaux froides doivent toujours se faire en groupe, n’y allez jamais seul. Lorsque la température de l’eau est trop froide c’est même fortement déconseillé. Ne prenez pas de risque, vous allez retourner dans les eaux froides bientôt mais en attendant il y a beaucoup d’autres choses à faire.

 

-Ne pas… arrêter de s’entraîner.

Même si l’envie de s’entraîner diminue, l’hiver est propice à d’autres activités. Nous y reviendrons un peu plus tard dans la partie entraînement. C’est pendant cette période de l’année que l’on doit travailler le foncier, l’endurance et c’est important aussi de retourner aux fondamentaux que cela soit en natation comme en course à pied. Donc vous l’aurez compris, l’hiver est une très bonne période pour travailler vos points faibles, entretenir les points forts et développer votre endurance fondamentale, surtout pour ceux qui font des longues distances.

 

- Ne pas…bouder son binôme :

image3Ce n’est pas parce que vous n’avez pas de swimrun de prévu qu’il faut oublier votre binôme. Au contraire, passer du temps ensemble, s’entraîner ensemble même dans d’autres disciplines ne peut que renforcer vos liens et votre complicité. Essayez de trouver des créneaux ensemble pour vous entraîner. Vous pouvez également vous prévoir quelques courses par équipe ou en individuel que vous pouvez faire ensemble. Plus on connaît son binôme et  meilleurs vous serez en swimrun. Il est important de connaître vos allures, vos ravitaillements, votre matériel. Il est également important de pouvoir dire si vous êtes fatigués, si il faut réduire l’allure etc. Tous ces petits détails vont changer de grandes choses en swimrun. Pour l’anecdote, il nous est déjà arrivé de sortir d’une portion natation et d’avoir la mâchoire gelée. On n’arrivait pas à parler ni à articuler. Nous avons donc mis en place des codes avec nos mains (sensibles à ceux de la plongée), et cela nous a permis de savoir si on allait bien, ce dont on avait besoin etc.

 

- Ne pas…abandonner vos paddles.

Les entraînements de natation vont s’effectuer en piscine pendant quelques mois, vous ne reprendrez l’eau libre qu’au printemps. En attendant, vous allez continuer à travailler votre technique, à revenir aux fondamentaux. Mais attention, il est tout de même important de conserver des séances où vous mettez les paddles que vous utilisez lors des swimrun. Pourquoi ? Tout simplement par que s’entraîner avec des plaquettes vous donne des appuis, c’est certain, mais il faut une bonne force musculaire pour pouvoir pousser sur les paddles, et ça, même sur de longues distances. Si vous perdez un peu de force musculaire au niveau de la ceinture scapulaire, que vous ne travaillez pas votre technique avec les paddles, le mouvement ne sera pas bien réalisé lors de vos swimrun. Vous allez également manquer d’endurance musculaire et vous risquez de vous blesser. De nombreux nageurs, utilisent des plaquettes trop grosses ou sur de trop longues distances sans s’être vraiment entraînés avec. Cela abîme le complexe musculaire de l’épaule (muscles de la coiffe, tendon du long biceps), ce qui peut provoquer des tendinopathies. Donc ne rangez pas vos plaquettes au placard, car même si vous nagez moins avec, il est important de les utiliser en période hivernale.

 

Retrouvez les bienfaits de l’entraînement hivernal l’article suivant : Période Hivernale et Swimrun : Que Faire ? (Partie II)

Team Belove (Ralite Tom, Arnaud Elfie)

 

 

 

 

Réagissez