Que devient Yuki Kawauchi ?

En mai 2018 nous avions publié une longue analyse de la carrière et des performances sur marathon du « phénomène » japonais, Yuki Kawauchi. Petit retour en arrière.

kacwaucui

A la date de la publication de l’article le 7 mai 2018, Yuki Kawauchi avait déjà participé à 81 marathons depuis son premier en 2009 avec un chrono de 2 h19 .26.

Sa meilleure performance est alors de 2h 08.14, réalisée au marathon de Séoul en 2013, six semaines après celui d’Oita gagné en 2h08.15.

Sur le plan international, il faut retenir une 9 -ème place aux championnats du monde de marathon en 2017 à Londres (2h12.19) et son exploit majeur avec une victoire au prestigieux marathon de Boston en avril 2018. 

En mai 2018, il détenait déjà le record mondial (78) de marathons courus en moins de 2 h 20 et précédait dans ce classement insolite (source Association Road Racing Statisticians) Doug Kurtis avec 75 marathons sous les 2h20 sur 14 années de carrière et le suédois Kjell -Erik Stahl avec 71marathons sous 2h20 sur une période allant de 1979 à 1995 (16 ans). 

Si la meilleure performance de Kurtis est anecdotique avec ses 2 h 13.34 celle de Stahl, 2h 10.35 est pour l’époque (en 1983) très élevée (le record du monde à cette date est de 2h08.18).

Pour arriver à ce bilan avec seulement10 saisons de marathon, il a fallu à Yuki se démultiplier, et participer ainsi à plusieurs marathons par année avec un chiffre record de 13 marathons en 2014 et 2015. Quand la plupart des experts s’accordent à considérer que 3 marathons par année à ce niveau de performance est un maximum ! Alors 13 avec des moyennes incroyables !!

Il ne faut pas oublier non plus qu’en dehors des marathons, Yuki prenait chaque saison le départ de plusieurs semi-marathons.

Impressionnant !  Mais dans ce domaine notre suédois en acier (Stahl signifie acier en allemand) a fait mieux, participant entre août 1981 et août 1982 à 14 marathons avec une moyenne de 2h16.11. Hallucinant quand on sait qu’à l’époque Stahl tout comme Yuki travaillait à temps complet !

 

Que s’est-il passé sur la planète marathon avec Yuki Kawauchi depuis sa performance majeure au marathon de Boston ? 

 

Ah oui ! Fait très important à noter, Yuki est passé professionnel, quelques jours après son exploit alors que passer professionnel était jusque- là absolument pas dans ses intentions. Yuki a donc abandonné son travail administratif de 40 h /semaine dans un établissement scolaire pour se concentrer sur la course à pied et ainsi pouvoir mieux s’entraîner 

 

Quels ont été ses résultats depuis cette date ?

 

Après Boston qui était son 4 ème marathon de l’année 2018, Il a terminé la saison avec 11 marathons à son actif et un meilleur chrono de 2 h 11.29, obtenu en décembre 2018. C’est la seule saison où il présente 2 performances supérieures à 2 h 20 dont un chrono à 2 h22.57 à peine 6 semaines après Boston, sachant que pendant l’intervalle séparant les deux marathons, il a participé à 2 semi – marathons dont le premier, une semaine après Boston, en 1h04 :35. Ahurissant !

En 2019, il a participé à 11 marathons et un meilleur chrono de 2h09.21 à Otsu ainsi qu’une participation aux championnats du monde de Doha (29ème avec 2h17.59) 

En 2020, il semblait parti sur le même rythme, ayant déjà couru 2 marathons, 1 semi et un 30 km à la date du 8 mars, avant l’interruption de la saison pour cause de pandémie du coronavirus.

Depuis le marathon de Boston, il donc terminé 20 marathons supplémentaires ce qui l’amène à un total de 101 marathons sur la période 2009- 2020 dont 96 sous la barrière des 2h20. 

 

Le tableau suivant donne le détail de tous les marathons année et année.

2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
22 ans 23 ans 24 ans 25 ans 26 ans 27 ans 28 ans 29 ans 30 ans 31 ans 32 ans 33 ans
02:19:26 02:12:36 02:08:37 02:12:51 02:12:24 02:10:14 02:24:10 02:15:14 02:09:54 02:18:59 02:14:21 02:17:29
02:18:28 02:17:54 02:16:11 02:22:38 02:08.15 02:10:38 02:15:16 02:11:53 02:13:04 02:11:46 02:13:41 02:14:33
02:17:33 02:14:31 02:12:58 02:08:14 02:13:02 02:15:06 02:14:12 02:10:13 02:14:12 02:09:21
02:09:57 02:13:26 02:14:27 02:15:25 02:13:33 02:12:04 02:14:04 02:15:58 02:15:29
02:12:33 02:18:38 02:18:29 02:09:35 02:12:13 02:09:01 02:09:18 02:22:57 02:15:01
02:11:52 02:10:01 02:15:57 02:17:58 02:11:03 02:12:19 02:14:51 02:15:32
02:17:48 02:15:35 02:11:27 02:16:23 02:14:32 02:15:57 02:18:08 02:17:24
02:10:29 02:11:40 02:12:53 02:16:23 02:09:11 02:13:43 02:24:55 02:20:28
02:10:46 02:12:29 02:12:42 02:16:33 02:12:45 02:15:02 02:16:26 02:17:59
02:09:05 02:18:41 02:13:21 02:15:54 02:12:03 02:12:50
02:09:15 02:12:59 02:13:29 02:10:53 02:11:29 02:14:17
02:13:43 02:12:48 02:10:03
02:09:45 02:12:24
02:18:29 02:15:15 02:12:22 02:14:36 02:12:10 02:13:04 02:15:21 02:12:13 02:12:32 02:17:43 02:15:12 02:16:01
00:00:57 00:03:45 00:03:08 00:04:09 00:03:15 00:02:39 00:03:13 00:02:14 00:02:26 00:04:28 00:03:03 00:02:04

 

La moyenne pour l’ensemble de toutes ces marathons est tout bonnement incroyable : 2h14.35 (écart type de 2’57). 

Quelle constance dans un niveau de performance exceptionnel : 96 sous les 2 h20 – 64 sous les 2 h15 – 28 sous les 2 h12 et 12 sous les 2 h10.

 

Quelques réflexions

 

Quel que soit son devenir, Yuki Kawauchi a déjà marqué le monde du marathon, c’est une certitude.

Certes, son passage dans le monde professionnel ne lui a permis de progresser sur le plan chronométrique. Avec un seul chrono sous les 2 h10 sur les 2 dernières saisons 2018-2019, il est peu probable qu’il puisse faire mieux à l’avenir que les 2h08.11 de 2013, sa meilleure année avec une moyenne de 2h12.10 sur les 9 marathons de la saison.

Les années 2018 et 2019 ont vu sa moyenne sur l’ensemble des courses se relever sensiblement, ce qui n’est pas très étonnant vu l’accumulation des courses et son calendrier démentiel. Son passage dans le monde professionnel est probablement survenu trop tardivement, c’est en 2013 qu’il aurait dû sauter le pas.

Nous ignorons s’il a, depuis son passage chez les professionnels, changé sa méthode d’entraînement – kilométrage moyen à faible allure et beaucoup de compétitions pour le rythme spécifique. Mais peut être qu’en augmentant le volume et en maintenant son rythme effréné de compétitions son organisme a peut-être eu du mal à digérer ce régime même s’il dispose de meilleures conditions de récupération. 

L’usure physique, inévitable pour n’importe quel humain, semble se manifester de manière incontestable. 

 

 

Perspectives 

 

Yuki avait, lors de son passage chez les professionnels, annoncé que son objectif à long terme était de devenir champion du monde sur marathon à Eugène en 2021. En effet, sélectionné pour les championnats du monde de Doha (5 octobre), il n’a pas pu participer aux trials japonais (15 septembre) sélectifs pour les jeux de Tokyo 2021. Il n’a pas non plus participé à la session de rattrapage pour la 3 -ème place de sélectionné lors du marathon qui s’est déroulé le 15 mars à Tokyo, en huis clos, préférant participer au marathon d’Otsu où il a terminé une très modeste 25 -ème place.

Les championnats du monde à Eugène ne se dérouleront qu’en 2022. A quel niveau de performance se situera alors Yuki qui aura 35 ans ? 

Comme nous le laissions déjà entendre en mai 2018, Yuki ne pourra plus améliorer son meilleur chrono. Ses derniers résultats confirment notre hypothèse. 

Par ailleurs étant donné l’extrême densité du marathon japonais actuel (29 coureurs sous les 2 h10 au 8 mars et 10 sous les 2h08), il semble que la route lui soit barrée pour gagner sa place pour des championnats du monde ou JO futurs.

Les questions qui se posent pour Yuki, comme pour tous les coureurs de haut niveau, sont les suivantes ? 

Comment Yuki, qui avait pour habitude de beaucoup courir, a-t-il géré cette période sans compétitions ?

Quelle sera sa stratégie de reprise au niveau du rythme des compétitions ? 

Peut-être que cette longue coupure lui aura été bénéfique, permettant à son organisme de régénérer ou au contraire cette inactivité lui aura peut-être fait perdre qualités et repères ? 

Cet arrêt forcé va avoir des conséquences pour tous les coureurs de longue distance, il y aura des perdants et des gagnants, seul l’avenir nous le dira.

Ce qui est certain, c’est que Yuki, en raison de son jeune âge (pour un marathonien) va certainement pouvoir atteindre l’objectif des 100 marathons en moins de 2 h20, peut être pourra-t-il même dépasser les 120 ?  Peut-être aussi qu’il sera tenté d’aller établir des records sur l’ultra distance, qui peut savoir ? 

Ce que l’on sait avec certitude c’est que cet homme est un phénomène qui dépasse tout ce qu’on pouvait imaginer en termes d’effort et de récupération.

 

 

1 réaction à cet article

  1. Bonjour, je reste perplexe sur ces commentaires élogieux !!!!!! on ne devrait pas publier des informations de ce type !! le sport avant tout c’est du plaisir à l’écoute de son corps et non aux sirènes de la performance ( argents, pognons ! ). pour moi, ce n’est pas un surhomme, aux oubliettes !!!, et ce n’est pas un exemple à suivre.
    Vive le sport !!!

    Répondre

Réagissez