Bâtons : à prendre ou à laisser ?

Certains les utilisent, d'autres non. Pourtant, la question de l'utilité des bâtons lors d'un trail est récurrente. Plus qu'un simple accessoire, les bâtons nécessitent entraînement et dextérité afin de les utiliser au maximum de leurs capacités. Tout dépendra donc de l'objectif fixé.

Le bon usage des bâtons

La question de l’utilité des bâtons est récurrente. Un simple premier constat permet d’y voir plus clair : sur trail court (20 à 40 km), très peu les utilisent. Cela est certainement lié à l’intensité de la course. Sur trail long, leur utilisation est plus fréquente, même parmi l’élite. Enfin, en ultra trail, la majorité des coureurs les prennent.

  • Pourquoi ?

Cela est lié à la nécessité d’économie de course et d’économie musculaire. Paradoxalement, l’utilisation des bâtons augmente la consommation d’oxygène et donc le coût énergétique de la locomotion. En effet, la demande en oxygène augmente au niveau des muscles des membres supérieurs. Cela est très bénéfique pour la dépense calorique des marcheurs nordiques, mais cela peut également surprendre les traileurs qui, à une vitesse donnée, recherchent une dépense énergétique minimale.

Comme l’a montré Guillaume Millet dans son article Sacrificing economy to improve running performance—a reality in the ultramarathon ?, l’ultra trailer doit faire un choix entre la préservation de son intégrité musculaire et son économie de course. Ainsi, n’est-il pas préférable de consommer un peu plus pour se préserver et durer davantage ? Sur des courses longues, de quelques heures à quelques jours, la réponse est oui.

Pour autant, l’utilisation des bâtons n’est pas systématique car elle requiert un véritable entraînement et une dextérité dans le maniement. La décision doit être prise bien en amont afin que les courses de préparation et les sorties longues (randonnées, courses, reconnaissances) soient réalisées avec les bâtons. Ces derniers, doivent devenir le prolongement de vos mains.

Enfin, un examen attentif du règlement est conseillé. Très souvent, le choix des bâtons y est définitif et il est alors nécessaire de les avoir avec vous du début jusqu’à la fin de la course, et non à la carte.

Par conséquent, si l’hésitation est encore présente à quelques jours de l’épreuve, c’est que le niveau de préparation avec bâtons ne suit pas. Mieux vaut alors affronter l’épreuve à mains nues, même si l’encombrement des bâtons est de plus en plus dérisoire.

1 réaction à cet article

  1. Bonjour suite aux conseil que vous donné sur la pratique avec des bâtons j’envisage d’en acheter car je trouve que ça aide quand même bien ( j’étais au Trail du Bourget avec un copain et lui avec ces bâtons montais mieux que moi) merci.

    Répondre

Réagissez