Les résultats des Championnats de France de cross-country (Le Mans), le 6 mars 2016

Clémence Calvin et Hassan Chahdi ont décroché leur deuxième titre national sur cross long au Mans le 6 mars 2016. Très à l’aise dans les labours, même sur un parcours très boueux, ils n’ont laissé aucune chance à la concurrence au cœur de l’hippodrome des Hunaudières, où près de 13 000 personnes avaient fait le déplacement.

Clémence Calvin
Clémence Calvin

Et soudain ce fut le déluge, à quelques minutes de la fin de la dernière course, le cross long masculin. Une pluie bienvenue pour nettoyer des corps couverts de boue de la tête au pied, en passant par des dossards dont le fond blanc immaculé n’était depuis longtemps plus qu’un lointain souvenir. L’eau est la meilleure amie de la course dans les labours. Elle a l’art de transformer un terrain de jeu plat et peu spectaculaire en bourbier géant, sur lequel rejoindre la ligne d’arrivée devient un petit exploit. « On ne courait même pas, on pataugeait », résume Johanna Geyer Carles (Athlé Sud 77), sacrée sur le cross court féminin après avoir pourtant chuté au départ. « C’est la première fois que je disputais un cross aussi boueux », renchérit Clémence Calvin, « Il a été à la hauteur de la région et de sa tradition. »

La fondeuse de la SCO Sainte-Marguerite Marseille fait partie de ces athlètes qu’un sol instable et gorgé d’eau n’effraye pas. Au contraire, avec sa foulée puissante et ses jambes charpentées par les heures d’entraînement, elle semble parfois à peine ralentie par la boue. Sur l’hippodrome des Hunaudières, elle s’est donc régalée. Portée par le crédo « Qui m’aime me suive », elle a tout de suite pris les commandes du cross long pour ne plus les lâcher une fois l’écart creusé, avec une victoire en 27’25’’ sur les 7,385 km. Une belle démonstration de force, malgré la superbe prestation de la valeur montante du fond français Jacqueline Gandar (Havre Ac), sacrée chez les espoirs et qui termine dix-huit secondes derrière elle. Le podium est complété par la championne de France 2015 Sophie Duarte (CA Balma) en 28’01’’, alors que le titre revient chez les masters à Christine Bardelle (Alès Cévennes Athlétisme), septième au scratch.

chahdi-0603
Hassan Chahdi

Chahdi, toujours aussi solide 

Son homologue masculin, Hassan Chahdi, semble renaître chaque année dans les labours, même s’il a montré l’an dernier qu’il avait aussi les jambes d’un futur grand routard. On avait vu l’athlète de l’EA Centre Isère en retrait il y a une semaine à Aubière, avec une sixième place sur 3 000 m lors des France Elite. On l’a retrouvé métamorphosé au Mans, peut-être moins aérien qu’en 2015 aux Mureaux mais l’appui toujours aussi solide. Intelligemment, il n’a pas tenté de suivre les Marocains Othmane El Goumri (Alès Cévennes Athlétisme) et Mohamed El-Aaraby (AS Saint-Junien), au-dessus du lot en 37’58’’ et 38’03’’ sur les 11,645 km. Mais, en 38’36’’, il a été de loin le meilleur Français.
Il devance de vingt-quatre secondes l’épatant Vincent Luis (EFS Reims), prétendant au titre olympique en triathlon et auteur d’une magnifique remontée après un départ prudent. La médaille de bronze revient à Morhad Amdouni (Val d’Europe Athlétisme) en 39’07’’, victime d’une violente chute et qui a peut-être payé un départ un peu trop audacieux. Dans la même course, Félix Bour (Athlé 55), enfin épargné par les blessures, décroche le titre espoirs avec une douzième place au scratch.

Palcau impérial chez les juniors

palcau-0603
Fabien Palcau

Il fallait bien lacer ses chaussures sur l’hippodrome des Hunaudières, sous peine de finir sa course en chaussettes. De nombreux athlètes en ont fait les frais, à l’image de Jimmy Gressier. Le transfuge du football, licencié à l’Entente Maritime Athlétique 62, a sans doute offert l’image de la journée, en réussissant à rattraper au vol, grâce à un joli saut, une de ses pointes. Finalement médaillé de bronze, il a dû subir, chez les juniors, la loi du vice-champion d’Europe Fabien Palcau (Dijon Uc), dont l’aisance sur terrain gras n’est pas sans rappeler celle d’un certain Chahdi. Dans une des courses les plus attendues, avec une densité exceptionnelle de prétendants au podium, la médaille d’argent revient à Anthony Pontier (Clermont Athlétisme Auvergne). 
Si Palcau a attendu l’ultime grande boucle pour décrocher Gressier, la triathlète Cassandre Beaugrand (As Monaco) n’a pas fait de détails chez les juniors filles. Au bout de moins d’une minute de course, elle comptait déjà plusieurs mètres d’avance sur la concurrence. Sacrée sans trembler, elle compte déjà quatre titres nationaux dans les labours et reste invaincue aux France de cross.

Une Carrère au sprint chez les cadettes

Parmi les moments forts de cette édition 2016, le sprint final entre Claire Carrère (Athlé Sud 77) et la triathlète Bérénice Fulchiron (ASPTT Valence) chez les cadettes restera dans les mémoires. Après avoir résisté aux nombreux coups de butoir de Bérénice, c’est finalement Claire qui a franchi en tête la ligne d’arrivée. Le pôle de Fontainebleau compte un nouveau fleuron à surveiller de près.
Côté cadets, le scenario très tactique a logiquement favorisé le pistard Pierre Proust (Serve Bocage AC), auteur d’une attaque tranchante dans les derniers hectomètres de la course.
Sur le cross court masculin, le spécialiste du 1500 m Bryan Cantero (AS Aix-les-Bains) a aussi fait parler sa pointe de vitesse.
Enfin, chez les masters hommes, Thierry Guibault (Entente Oise Athlétisme) a conservé son titre national en réalisant une course de patron, malgré la résistance de l’inusable Driss El Himer (Strasbourg Agglomération Athlétisme).

A voir les visages marqués et les corps en souffrance des coureurs les plus expérimentés à l’arrivée de leur course, ces France de cross 2016 vont laisser des traces. Et pas seulement de boue.

Les résultats complets des Championnats de France de cross-country 2016

3 réaction à cet article

  1. bonsoir a tous,

    avez vous les résultats des master 2, 3 et 4.
    merci pour votre aide.

    Répondre
  2. Claire Carrère a été formidable de courage, persévérance.Un très grand moment de sport.Nous les Varois, ne sommes pas étonnés.Nous connaissons ses qualités depuis longtemps.

    Répondre

Réagissez