Source - Fotolia

Le travail des jambes en natation

Jusqu’à présent, l’utilisation des jambes en natation fait toujours débat même entre les plus grands entraîneurs internationaux. Il est donc temps d’observer ce que nous dit la littérature scientifique à ce sujet, puis de comprendre quels sont les mécanismes mis en jeu dans cet environnement. Enfin, des aspects plus pratiques seront abordés, pour que tout le monde puisse optimiser son entrainement, en s’aidant des membres inférieurs…

Source - Fotolia

Plan d’entraînement pour préparer le BNSSA

Quoi donc ? Le BNSSA ? Mais qu’est-ce que c’est ? Cet acronyme veut dire : Brevet National de Sécurité et Sauvetage Aquatique. Ce diplôme est délivré par le Ministère de l’Intérieur et permet de devenir sauveteur en mer, en lac ou en piscine. Il est très souvent courtisé par les étudiants qui souhaitent avoir un job d’été. Un métier sportif avec de fortes responsabilités et dans un environnement plutôt agréable.
Pour décrocher ce sésame, il faut bien connaître les règles de sécurité, maîtriser le secourisme et évidemment disposer d’un niveau de natation suffisant pour venir à l’aide aux victimes. Cet article a donc pour but de proposer un plan d’entraînement de 8 semaines à raison de deux séances hebdomadaires afin de maximiser ses chances de réussite sur les épreuves sportives.

Woman swimmer in a starting position

Les Systèmes énergétiques en Natation

D’un point de vue scientifique, l’une des meilleures définitions de la natation vient de l’auteur Ferran Rodriguez : « La natation le résultat d’une transformation d’une puissance métabolique en une puissance mécanique avec une efficience énergétique donnée ». En clair, Rodriguez explique que le nageur utilise son énergie pour surpasser la résistance de l’eau et des vagues. Cette énergie augmente d’ailleurs avec le cube de la vitesse. Décryptons son chapitre tiré du livre : “World book of swimming : from science to performance.” (Editeurs : L.Seifert, D.Chollet et I.Mujika, 2010).

Source - Fotolia

Comment quantifier l’entraînement en natation ?

La natation est un sport mesuré, sans doute l’une des disciplines les plus faciles à évaluer avec l’athlétisme. L’environnement se situe dans un bassin, qui fait toujours les mêmes dimensions (25m ou 50m) où le climat est sensiblement identique, excepté lorsque les compétitions se déroulent en extérieur dans des conditions météorologiques parfois perturbées. Le terrain de jeu étant stable, il est alors aisé de faire toutes les mesures possibles et imaginables (voire dans certains cas, inimaginables !). A cet effet, les moyens de mesurer l’efficacité de l'entraînement sont multiples. C’est à la fois une chance car nous disposons de plusieurs éléments, mais à la fois cela rend l’activité complexe. Il faut savoir avec quoi composer.

Dans un but de suivi de l’entrainement, il est primordial de contrôler ce que l’on fait, pour pouvoir comparer ses performances dans le temps, planifier son entrainement, et comprendre pourquoi des progrès ont été réalisés – ou pas – par des chiffres. On ne maitrise pas ce que l’on ne mesure pas… Alors voyons voir en quoi il est intéressant de quantifier cet entrainement…
1 réaction


image2

La respiration en natation

On l’a assez répété, la natation se déroule dans un milieu non habituel. L’environnement aquatique altère notre façon de se mouvoir et nous avons une représentation de notre corps bien différente que sur Terre. Ainsi, l’un des facteurs largement modifié par ce milieu est la respiration. Sans une bonne technique de respiration, l’effort devient tout de suite plus conséquent. Regardons de plus près, comment respirer en natation, ce qui ne se fait pas naturellement.