Les résultats du 80 km de l’Eco Trail de Paris, le 19 mars 2016

Une course très rapide, des larmes à l'arrivée et deux nouveaux vainqueurs, Sylvaine Cussot et Nicolas Duhail, la 9ème édition de l'Eco Trail de Paris a tenu toutes ses promesses.

Eco Trail Paris 2016

Les émotions et les larmes de joie auront marqué le 80 km de l’Eco Trail de Paris 2016.

D’abord, lorsque Nicolas Duhail remporte pour la première fois cette course, au terme d’une course parfaitement maitrisée mais au combien disputée. Et c’est les yeux humides qu’il recevra sa médaille de finisher et les honneurs des flashs des photographes.
Ensuite, lorsque, après un peu plus de 7 heures de course, Sylvaine Cussot débouche des marches, au premier étage de la Tour Eiffel, pour franchir elle aussi en vainqueur la ligne d’arrivée. Emmanuel Gault, son compagnon, tout juste monté sur la 3ème marche du podium, ne peut retenir ses larmes, félicitant sa championne avec des trémolos dans la voix.

Nicolas Duhail et Sylvaine Cussot au sommet

Mais revenons au point de départ de ces belles aventures sportives, sur la Base de Loisirs de Saint Quentin en Yvelines (78), où le départ était donné à midi en ce samedi 19 mars 2016. Le thermomètre fait grise mine, 4 petits degrés et un vent glacial accueillent les 2 500 coureurs qui s’élancent pour cette 9ème édition de la course francilienne.
D’entrée de jeu, les favoris sont au rendez-vous et prennent la tête, imposant leur rythme sur les 20 premiers kilomètres très roulants. Emmanuel Gault, qui vise un triplé, Yoann Stuck, 2ème l’an dernier, Nicolas Duhail, Arnaud Perrignon et Alexandre Mayer, qui lâchera ensuite un peu prise, composent le groupe de tête. « On est parti très vite, comme d’habitude sur cette course, mais personne n’a voulu emballé le rythme car on sait que tout se joue en fin de course ici » expliquait Yoann Stuck à l’arrivée.
Coté féminin par contre, Marion Delage dynamite la course d’entrée de jeu, comptant jusqu’à 5 minutes sur sa poursuivante, Sylvaine Cussot à la mi-course. « J’ai tenté le coup » lâchait-elle à l’arrivée, « j’ai pris le pari de creuser  un écart mais je l’ai payé en fin de course… » Car une fois le 45ème kilomètre atteint, Sylvaine Cussot entame une inexorable remontée remotivée à l’annonce du faible écart qui la sépare de la 1ère place . « On m’annonçait des écarts de 10, 12 parfois même 15 minutes! Alors j’ai été tenté de tout lâcher mais quand on m’a annoncé 3 minutes alors qu’il restait encore 20 km, je me suis dis que tout était possible. J’en rêvais de cette victoire, alors je me suis fais mal et je suis allé la chercher » détaillait elle à l’arrivée avec émotion.

Chez les les hommes, la victoire a été bien plus longue à se dessiner pour le lauréat du jour, Nicolas Duhail. Il lui faut attendre les 10 derniers kilomètres pour creuser un petit écart sur Yoann Stuck, et s’imposer au premier étage de la Tour Eiffel en 5h25mn27s et avec moins de 2 minutes d’avance sur celui qui décroche la 2ème place pour la deuxième année consécutive. Un Yoann Stuck forcément un peu déçu mais beau joueur une fois la ligne d’arrivée franchie. « Nicolas a parfaitement géré sa course, toujours dans le bon tempo et sans aucun temps mort. Je me sentais vraiment bien mais sur la fin de course il a réussi à placer quelques relances sur les quais que je n’ai pas pu suivre… »
Une déception qui pointait aussi chez Emmanuel Gault, qui termine à 6 minutes du lauréat du jour. « J’avais vraiment de bonnes jambes aujourd’hui mais quand on est sur un rythme aussi soutenu que celui de cette course, la moindre baisse de régime se paye cash. J’ai connu des petits coups de moins bien aux 40èmes et 60èmes kilomètres et Nicolas et Yoann en ont profité pour grappiller un peu de temps que je ne n’ai jamais pu reprendre. » Une déception néanmoins bien futile par rapport à sa fierté et son émotion suite à la victoire de sa compagne. « C’est magnifique qu’elle accroche enfin cette course à son palmarès. C’est la récompense de beaucoup d’entrainement et vivre ça tous les deux c’est très fort » concluait-il la voix chargé d’émotion.

C’est également en pleurs que Marion Delage s’empare de la deuxième place après 7h01mn49s d’effort. Des larmes de joie et de soulagement, toute la pression retombant comme un soufflet. « Je suis super fière de moi » disait-elle dans un grand sourire à l’arrivée. « J’ai eu des maux de ventre pendant toute la course à cause du froid… C’est vraiment une fierté d’être allé au bout de moi même malgré ça ».
Sylvie Hascoet complète le podium et termine à quarante petites secondes de la deuxième marche du podium.

Alors que le vent souffle toujours et que la Dame de Fer s’illumine dans la nuit parisienne, les coureurs toujours en course ont jusqu’à 1h du matin pour en gravir les marches et mériter eux aussi leur médaille de finisher.

Les résultats

  • Hommes 
  1. Nicolas DUHAIL, 05h25mn27s
  2. Yoann STUCK, 05h27mn08s
  3. Emmanuel GAULT, 05h31mn07s
  4. Alexandre MAYER, 05h38mn30s
  5. Jerome MIRASSOU, 05h59mn39s
  6. Bertrand COLLOMB-PATTON, 06h07mn23s
  7. David WAMSTER, 06h08mn20s
  8. Sébastien BUFFARD, 06h10mn42s
  9. Wardian MICKAEL (USA), 06h12mn01s
  10. Arnaud PERRIGNON, 06h14mn57s
  • Femmes
  1. Sylvaine CUSSOT, 06h49mn59s
  2. Marion DELAGE, 07h01mn49s
  3. Sylvie HASCOET, 07h02mn29s
  4. Amandine ROUX, 07h31mn32s
  5. Margrethe LOGAVLEN, 07h33mn18s
  6. Denise ZIMMERMANN (SUI), 07h33mn57s
  7. Marit KARLSEN (NOR), 07h34mn25s
  8. Peggy GOULETTE-SEIGNEURAY, 07h57mn38s
  9. Hélène LERNOULD, 08h15mn35s
  10. Stephanie LABRUGUIERE, 08h17mn37s

La galerie photos de la course

Réagissez