Corail Bugnard : L’envie de tout faire !

La traileuse originaire de Tresserve aime contempler son beau lac du Bourget. « O temps suspens ton vol … » clamait le poète Lamartine grand amoureux du lac du Bourget. Un ver cher à Corail Bugnard qui elle aussi aimerait que le temps s’arrête. Pour avoir plus de temps pour tout faire, pour tout voir, pour parcourir toujours plus de kms. Et pourtant, elle aussi doit faire des choix. Rencontre avec l’étonnante athlète du team Odlo-Oxitis, à Aix les Bains, qui nous a accordé une interview pour Lepape-info.

Corail Bugnard

Lepape-info : Après ton sacre à la Saintélyon, la saison 2016 fut plutôt mitigée. Quel bilan tires-tu de cette saison mi-figue, mi-raisin ?

Corail Bugnard : « Après la sortie de l’hiver, je ne suis jamais parvenue à retrouver mon niveau de forme de l’an dernier. J’ai du mal à l’expliquer car je ne m’entraîne pas moins. Ceci dit, j’ai du gérer des phases de stress plus délicates que les années précédentes. Je termine mes études de vétérinaire et entre les examens, ma thèse à soutenir et mes premiers remplacements sur le terrain, je n’étais pas toujours la plus disposée pour être à 100% en trail. J’ai aussi pris 5 kg que j’ai un peu de mal à perdre avec ce rythme très soutenu cette année. Ce qui peut expliquer en partie mes contre performances. Jusque là, j’ai toujours eu l’habitude d’enchaîner beaucoup de courses sur des formats courts. Cette année, j’ai allongé la distance tout en continuant à enchaîner, ce qui n’a peut être pas été des plus judicieux, je le reconnais. »

Lepape-info : Et pourquoi faire autant de courses ?

C.B : « C’est comme ça que je m’éclate. Je voudrais pratiquer plein de sports, surtout les sports d’endurance et être sur toutes les courses. C’est vrai que si je veux vraiment continuer de progresser et accrocher les meilleures devant, il faudrait que je cible davantage mes courses. Mais je serai toujours frustrée de passer à côté de telle course ou de tel événement. Ancienne nageuse pendant 10 ans, puis rameuse pendant 4 ans, je suis venue naturellement au trail pour le plaisir de m’évader et l’envie de découvrir des grands espaces. Mais j’aime aussi le ski de rando, le ski de fond, faire du vélo de route ou du VTT, du roller ou encore aller à la piscine. C’est un cruel dilemme pour moi que de choisir entre spécialisation, optimisation de mes performances, et le plaisir de goûter à tout et de découvrir toujours plus de courses. Mais je ne souhaite pas que ma vie tourne seulement autour du trail alors je vis très bien cette dispersion. C’est aussi comme ça que je trouve mon équilibre. »

Lepape-info : Revenons sur ta saison 2016, les débuts furent-ils un peu laborieux ?

C.B : « J’ai repris la compétition à Gruffy et j’avais encore mal à un genou, avec un moral au plus bas. Au Malpassant, je courais à domicile. Une course correcte mais j’ai bien fait de choisir le petit parcours plutôt que le grand du Nivolet-Revard car je n’étais pas encore au mieux et les conditions météo étaient très difficiles avec de la neige en pagaille. Quant à la Maxi Race, c’est un peu différent. C’est une course longue et exigeante où il faut davantage gérer. J’étais très bien sur la première moitié de course, longtemps à la lutte pour la 5ème position. Puis des mauvaises crampes sont arrivées et je me suis fait reprendre pour ne terminer finalement qu’à la 10ème place. »

Lepape-info : Avec la Pierre Menta, tu as pu revivre l’un de tes meilleurs souvenirs de course ?

C.B : « Oui c’est sans doute l’une de mes courses préférées et l’un de mes meilleurs souvenirs avec une édition 2015 inoubliable. Cette année, je faisais équipe avec Anne Lyse Rousset. Nous n’avions bien sûr pas le même niveau mais nous avions à cœur de courir ensemble sous les couleurs de notre team Odlo-Oxitis. Anne-Lyse est incroyable surtout sur ce type de profil et elle m’a bien tiré. J’appréhendais un peu au départ surtout dans les descentes mais ça s’est plutôt bien passé, nous avons été relativement régulières. C’est une super course, que je referai certainement à l’avenir. Nous terminons 3ème derrière les espagnoles et le binôme de savoyardes Mélanie Rousset / Caroline Freslon Bette. »

Lepape-info : Et tu as continué sur ta lancée avec le High-Trail de Val d’Isère la semaine suivante, pourquoi ?Corail Bugnard

C.B : « Certainement la course de trop. C’était très difficile en altitude surtout avec autant de neige. J’ai essentiellement marché et j’ai tout donné pour sauver ce podium. J’ai alors décidé de couper complètement la compétition durant tout l’été. Je n’ai participé qu’à une petite course fin août, la Ronde des sapins à la Féclaz, puisqu’à côté de la maison. Mais cette coupure fut très bénéfique et j’ai pu bien rebondir sur cette fin de saison. »

Lepape-info : Nous t’avons même vu sur route, pourquoi ce choix, toi qui est plutôt nature ?

C.B : « J’ai participé au semi marathon de la foire à Chambéry. Le parcours n’a rien d’exceptionnel mais je devais faire un test car je me préparais à faire le marathon de Lisbonne, une aventure entre copains, histoire d’allier défi sportif et découverte d’une ville européenne. J’ai terminé mon semi en 1h29mn17s, une première expérience sur route intéressante mais extrêmement sollicitante autant sur le plan musculaire qu’articulaire. Pas évident d’envoyer du rythme quand on a l’habitude de courir en montagne. J’ai aussi couru la Grésylienne juste à côté de la maison car je vis aujourd’hui à Drumettaz Clarafond, pour engranger encore un peu plus de spécifique route. »

Lepape-info : Tu rentres aujourd’hui de Lisbonne. Que retires-tu de cette première expérience sur marathon ?

C.B : « Ne sachant pas trop ce que je pouvais faire je me suis basée sur 3h15 et j’ai suivi le drapeau des 3h15 du début à la fin. Tout a bien été, j’avais de bonnes sensations tout le long du parcours.  C’est un effort différent du trail mais constant où l’on court tout le temps avec quelqu’un à ses côtés. J’ai trouvé ça super sympa, d’autant plus que cela m’a permis de découvrir une nouvelle ville. Je fais 3h14mn01s au final, je suis plutôt satisfaite. »

Lepape-info : Ta fin de saison semble encore chargée, où seras-tu prochainement ?

C.B : « J’irai aux Templiers le 23 octobre prochain sur l’épreuve reine. Mais je risque de souffrir un peu dans les montées après cette incartade sur route. En novembre, je compte bien m’amuser sur les petits trails locaux, d’abord la Sange Run le 6 novembre puis Montagnole le 13 novembre. C’est toujours l’occasion de rencontrer des amis. Ensuite, mon dernier objectif de la saison reste bien sûr la SaintéLyon début décembre. La course m’avait bien réussi l’an dernier, une victoire presque inespérée. On verra bien ce que cela donnera cette année, dans d’autres conditions. »

Lepape-info : Et pour la suite comment vois-tu ta carrière sportive ?

C.B : « A moyen terme, j’aimerais beaucoup m’essayer au Sky Running car j’aime les formats courts et très typés montagne. Je ferai essentiellement les manches du circuit qui ne sont pas trop éloignées (Italie, Suisse ou Mathyesin en Haute Savoie). Quant à l’hiver, je compte poursuivre mon expérience en ski alpinisme. Je me suis testée sur des montées sèches, le genre d’effort qui me convient bien, même si je manque encore un peu de technique. Et quoi qu’il arrive, même si je décide un jour de ne plus mettre de dossard, je continuerai toujours de pratiquer les sports d’endurance, de rouler en vélo ou en roller, de faire du ski (fond, alpin, ou rando), bref de me défouler. Juste pour le plaisir. »

Un plaisir partagé que d’évoquer ces moments de passion avec cette grande championne du présent et en devenir qu’est Corail Bugnard. Une carrière à suivre….de près !

Corail Bugnard en bref

Née le 11 avril 1991 à Annecy
Taille : 1m68
Poids : 57/58 kg
Vit à Drumettaz-Clarafond
Profession : vétérinaire
Célibataire
Team : Oxitis – Odlo

Palmarès

2014
Trail des Balcons d’Azur (25 km) : 1ère (1ère senior, 7ème au scratch) en 2h16’33.
Nivolet-Revard (26 km) : 1ère (1ère senior, 17ème au scratch) en 2h29’41.
Tecnica Maxi-Race Trail du Lac d’Annecy (Fémina-Race, 15 km) : 1ère (1ère senior) en 1h32’36.
Championnats de France de km vertical (5,6 km) : 8ème en 46’23.
Cross du Mont-Blanc (23 km) : 2ème en 2h38’03.
Infernal Trail des Vosges (30 km), manche du TTN court : 2ème en 3h03’42.
Championnats de France de trail court (23,4km) : 5ème en 2h07’49.
Festival des Templiers (29,3 km) : 1ère en 1h53’48.

2015
Nivolet-Revard (27 km): 1ere (1ere senior, 20 eme au scratch) en 2h45’55
Grand raid 73 (23 km) : 1ere en 2h23’10
Femina race (15 km) :  1ere en 1h38’05
Championnats de france de course en montagne : 9ème en 58’32
Pierra Menta d’été avec Célia Chiron (70 km en 3 jours) : 2eme en 12h03’02
Courchevel X-trail (33 km) : 1ere en 3h37’27
Infernal trail des Vosges (30km) : 1ere ( 26 eme au scratch) en 2h56’57
Championnats de France de trail court au Sancy (34km) : 13 eme (107eme au scratch) en 3h48’40
Saintélyon (72 km) : 1ere en 6h32’54

2016
Trail du Sancy (20 km) : 1ere en 2h31’48
X3 Courchevel :  4eme en 2h50’28
Trail du Malpassant (27 km) : 1ere en 3h04’27
Maxi Race (86 km) : 9eme en 11h50’44
Saintinoise (20 km) : 1 ere en 1h54’52
Montée du Revard (18 km) : 1ere en 2h09’30
Pierra Menta d’été avec Anne-Lyse Rousset : 3eme équipe Femmes
High Trail Vanoise (38 km) : 3eme en 7h08’43
Semi-marathon de la foire de Savoie :  4eme en 1h29’17

Réagissez