Championnat de France de Trail : Trois questions à Michel Lanne

Pratiquement à domicile, Michel Lanne, gendarme secouriste au PGHM de Briançon, sera l'un des sérieux postulants au titre sur le trail de 57 km.

3 Ambiance Gapen'cimes 2012 photo Robert Goin


Lepape-info : Comme beaucoup, vous avec repéré le tracé, qu’en pensez-vous ?
Michel Lanne : Oui, je suis venu à la fin de l’été, c’était l’occasion d’effectuer une sortie longue pour me faire une idée du profil du terrain et profiter des paysages. En général, le jour de la course, je n’ai pas vraiment le temps de contempler les sites que je traverse ! J’ai reconnu les vingt premiers et vingt derniers kilomètres, qui sont à mon avis, les plus difficiles. Je pense que le parcours présente tous les types de profils et terrains que l’on peut rencontrer en trail. On évolue sur des pistes carrossables plutôt roulantes, puis des montées raides sur sentier herbeux ou pierreux, suivies de descentes assez techniques. La partie finale peut également réserver quelques surprises. En bref, le tracé est assez complexe et il faudra être complet pour remporter cette belle épreuve. 

Lepape-info : quelles seront vos ambitions sur ces championnats de France ?
M.L. : Ce premier championnat de France de trail sera l’occasion de se confronter aux meilleurs coureurs français. C’est intéressant et particulièrement motivant. Maintenant, je ne me fixe pas d’objectif. Je vais faire comme d’habitude et m’appliquer à donner le maximum pour faire le meilleur résultat possible. Sur un 57 km, il est difficile de prévoir ce qui va se passer et une baisse de régime passagère peut coûter cher. Il ne faudra rien lâcher pendant environ six heures d’effort. Quant au profil, je suis plutôt adepte des gros dénivelés bien techniques. Sur la Gapen’cimes, je dirais que c’est un peu roulant, mais je me suis particulièrement bien entraîné pour progresser dans ce domaine.

Lepape-info : Début aout, vous vous êtes fait une entorse, comment vous sentez-vous ?
M.L. : Ma forme actuelle est bonne. Après mon entorse de la cheville, j’ai repris l’entraînement avec une grosse envie et beaucoup de fraîcheur. J’ai fait un bloc de travail de 4 semaines, travaillé ma vitesse en côte en fractionné et pas mal tourné à plat sur un anneau de course. enfin, quelques reconnaissances dans la vallée de Serre Chevalier, sur le parcours du futur Serre Che Trail Salomon, que j’organise la saison prochaine m’ont permis d’optimiser mon l’endurance. Je me sens bien et motivé à l’idée de courir pratiquement à domicile ! 

Avec Robert Goin

Réagissez