Se préparer à un objectif : quelques conseils de base

A mi-chemin entre l’entraînement « classique » et la préparation mentale, ces quelques conseils vous permettront de mieux cibler et de mieux préparer votre prochain objectif !

Plan d'entraînement - 20 km

Se fixer un objectif réaliste et motivant

Bien choisir son objectif c’est déjà une étape capitale dans votre préparation. Votre objectif doit être réaliste et motivant. Si la barre est trop élevée cela va générer chez vous beaucoup de stress et vous conduira certainement à l’échec. A l’inverse, si la cible est trop facilement accessible la motivation sera absente de votre préparation et vous ne progresserez pas.

 

Concrètement, pour bien définir le but à atteindre servez vous de votre expérience et visez une performance accessible mais qui vous challenge tout de même. Par exemple si vous roulez régulièrement 100 km, il peut être intéressant de préparer une sortie de 200 km (en passant par des distances intermédiaires durant votre préparation). Ou si vous finissez régulièrement dans le TOP 20 de vos courses vous pouvez raisonnablement vous motiver et travailler pour accrocher un TOP 10. Par contre, dans ce cas de figure, viser la gagne serait certainement déraisonnable et source de beaucoup de stress, du moins dans un premier temps.

 

Analyser l’épreuve cible

Une fois votre objectif fixé il est important d’appréhender les facteurs clés qui vous permettront d’être dans l’allure le jour J. Cette analyse de l’épreuve et des déterminants de la performance est indispensable pour réussir votre préparation : quel kilométrage ? quelles intensités ? quelles conditions environnementales ? etc.

Par exemple, si vous préparez un ultra ou un critérium, vous imaginez bien que l’entraînement, la diététique voire le matériel seront très différents.

 

Accepter l’imprévu et s’adapter

La préparation doit être progressive, bien sûr, et elle doit être adaptée à votre objectif. Le but est de préparer votre corps et votre esprit aux exigences de l’épreuve que vous visez. Le jour J, vous devez vous sentir prêt, c’est-à-dire que vous ne devez plus avoir de questions. Vous ne devez rien essayer de nouveau ce jour-là. Cela sous-entend que vous avez répété de nombreuses fois vos gammes en amont à l’entraînement. 

La durée de l’épreuve doit être maîtrisée ainsi que son intensité (hormis pour quelques exceptions comme l’ultra), idem pour votre plan diététique (rodé de nombreuses fois à l’entraînement) et votre matériel. Ainsi, lors de l’épreuve, vous ne serez pas surpris et peut-être même que vous trouverez le challenge « facile » en comparaison de votre préparation.

 

Réagissez